Mort de Valéry Giscard d’Estaing : ce coup politique « vécu comme une insulte »

Publié le par Gala par Nina Siahpoush-Royoux

Valéry Giscard d'Estaing n'a pas eu droit à des hommages nationaux et ce, car c'était sa dernière volonté. Pourtant, il semblerait que cette décision ait été prise pour une toute autre raison.

Mort de Valéry Giscard d’Estaing : ce coup politique « vécu comme une insulte »

Le 2 décembre 2020, Valéry Giscard d'Estaing a rendu son dernier souffle, à l'âge de 94 ans. Ses obsèques ont eu lieu le 5 décembre, dans le Loir-et-Cher. Pas de grande cérémonie à l'horizon, mais juste une quarantaine de proches, recueillis en sa mémoire au sein du petit village d'Authon. L'ancien président de la République lui-même désirait s'en aller seulement en présence de quelques personnes chères à son cœur.

Comme le précisent nos confrères de Valeurs actuelles, Valéry Giscard d'Estaing "n'a pas souhaité d'hommage national et a préféré être inhumé dans l'intimité familiale". "Un de ses héritiers de la famille centriste à laquelle il appartenait" estime que la raison pour laquelle il ne voulait pas que la France entière honore son nom, est qu'il "aurait vécu comme une insulte de voir son fils Louis, maire de Chamalières depuis 2005, concurrencé par une liste LREM lors des dernières municipales". Pour rappel, Valéry Giscard d'Estaing était lui aussi maire de cette commune du département du Puy-de-Dôme de 1967 à 1974.

Un président pudique

Il avait alors annoncé sa candidature officielle à la présidentielle cette même année, depuis le balcon de l'hôtel de ville. De son côté, Louis Giscard d'Estaing a affirmé auprès de France Info le 9 décembre dernier, que son père voulait tout simplement de la discrétion puisqu'il "considérait que l'hommage national était avant tout pour les chefs militaires". "Pour le reste, il considérait que c'était de la sphère privée et c'est pour ça qu'il souhaitait des obsèques privées, strictement familiales", a déclaré celui qui est également le conseiller régional d'Auvergne-Rhône-Alpes. Quoi qu'il en soit, la France a tout de même décrété, le mercredi 9 décembre dernier, une journée de deuil national. Un livre d'or en l'honneur de Valéry Giscard d'Estaing a d'ailleurs été installé à l'entrée du musée d'Orsay, qui pourrait être rebaptisé en son nom.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article