Niort se souvient de la venue de VGE

Publié le par La Nouvelle République

Décédé mercredi, l’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing s’était déplacé à Niort pendant son unique mandat, le 12 octobre 1979, pour promouvoir l’apprentissage.

Ministres et secrétaires d’État sur les talons, VGE avait visité le centre de formation. © (Photo archives NR, Pierre Ducousso)

Ministres et secrétaires d’État sur les talons, VGE avait visité le centre de formation. © (Photo archives NR, Pierre Ducousso)

Président de la République de 1974 à 1981, Valéry Giscard d’Estaing est mort mercredi soir, à 94 ans, dans sa propriété du Loir-et-Cher. Pendant son unique septennat, l’ancien chef de l’État s’était déplacé à Niort, le 12 octobre 1979. VGE avait à l’époque choisi le CFA pour s’adresser « à l’ensemble des apprentis et artisans de France », et promouvoir une filière qui peinait à séduire les jeunes.

Seize ans après le général Ce jour-là, les deux hélicoptères Puma du président et sa suite se posent sur le terrain de sport du centre des apprentis des Trente-Ormeaux, à Niort, où 8.000 personnes sont déjà massées. À l’époque, les Niortais n’ont pas vu l’ombre d’un chef de l’État depuis le déplacement mémorable, dans la liesse générale, du général de Gaulle, seize ans plus tôt.

À 18 mois de l’élection présidentielle qui sacrera la victoire de son rival socialiste François Mitterrand, et fragilisé par l’affaire dite « des diamants de Bokassa » révélée par Le Canard enchaîné deux jours plus tôt, Valéry Giscard d’Estaing, 48 ans, est en déplacement officiel dans le Poitou pour parler avenir, et convaincre que les progrès, les réformes, passent par lui. Ministres et secrétaires d’État sur les talons, celui qui est à l’époque le plus jeune président de France visite le centre de formation.

Large panel de métiers Ouvert depuis presque trois ans, le CFA de la chambre de métiers de Niort est à l’époque l’un des rares en France à proposer un aussi large panel de métiers. En 1979, l’établissement, dont la construction a coûté 130 millions de francs, financés en partie par le conseil général, compte 1.730 apprentis et 700 élèves de classes préparatoires à l’apprentissage (CFA). Il pourrait en accueillir un millier de plus.

« L’apprentissage possède la même valeur, mérite la même considération et doit conduire aux mêmes promotions sociales que l’enseignement général », déclare notamment le président dans son discours prononcé dans un gymnase bondé et surchauffé, où les malaises se multiplient.

Une visite qui divise À l’époque, la visite du chef de l’État au centre des apprentis divise, interprétée comme « une provocation » et « une insulte à l’enseignement public » par une partie de la gauche politique et syndicale, qui voit dans le déplacement du président l’opportunité de manifester plus largement son hostilité envers la politique gouvernementale. Un millier de personnes défilent à l’époque dans les rues du centre-ville, à grand renfort de banderoles arborant « CFA = patronat ». Après un déjeuner concocté par un grand chef rochelais, VGE fait une entorse à son agenda pour signer le livre d’or en mairie, au côté du député-maire PS René Gaillard. Adjoints socialistes et fonctionnaires témoigneront d’échanges « pondérés et courtois » entre deux hommes politiques que tout opposait.

repères

En 1993, dans le cadre des législatives

L’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing est repassé par les Deux-Sèvres en 1993. Il est venu soutenir les deux candidats estampillés UDF aux législatives Léopold Moreau et Jacques Brossard. Ils se souviennent.

Léopold Moreau (maire de Saint-Maixent-l’École de 1989 à 2020). « J’ai rencontré Valéry Giscard d’Estaing à deux reprises. La première, c’était au début des années 90, en petit comité à Paris. J’étais alors président des clubs “ perspectives et réalités ”, qui avaient été initiés par lui. La seconde fois, c’était en 1993. J’étais candidat aux législatives et il est venu me soutenir lors d’une réunion publique dans une salle à Melle archi-pleine. Je garde le souvenir de quelqu’un de plus abordable et chaleureux qu’il n’en avait l’air. Ce n’était pas une personne à qui on tapait dans le dos, mais il était à l’écoute, on pouvait échanger. »

Jacques Brossard (maire de Chauray de 1983 à 2020 et député de 1993 à 1997). « J’étais le directeur du CFA de Niort lorsque Giscard d’Estaing est venu à Niort en 1979 (lire par ailleurs). Je l’ai accompagné pendant toute sa visite. C’est un très grand souvenir, important et marquant. Je l’ai revu en 1993 lorsqu’il est venu soutenir ma candidature aux législatives et il m’a même reconnu ! J’étais président de l’UDF79 à l’époque. Ça c’était passé en plus petit comité au Relais Saint-Antoine à Niort. Je l’ai recroisé ensuite lors de réunions à l’Assemblée. Je garde le souvenir de quelqu’un de très sympathique, très abordable, qui parlait. Il était convivial malgré une apparence stricte. Il s’intéressait aux gens et aux jeunes en particulier. »

À noter que le président Giscard d’Estaing est également venu à Saint-Maixent-l’École le 8 mai 1980 pour présider le centenaire de la présence militaire au sein de la ville.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article