Non, un ancien agent de la CIA n’a pas confessé l’assassinat de Bob Marley

Publié le par AFP Factuel par Sadia Mandjo

Une publication circulant sur les réseaux sociaux depuis 2017 prétend qu’un ancien agent de la CIA aurait assassiné Bob Marley, en le piégeant avec une chaussure équipée d’un clou porteur de bactéries cancérigènes. Tout ceci est faux. Le cancer de la peau dont souffrait initialement Bob Marley ne peut être transmis à la manière d’un virus. De plus, aucune trace de l’agent de la CIA censé avoir confessé le meurtre n’a été retrouvée: la photo utilisée pour le représenter est tirée d’une banque d’images, et n'a rien à voir avec lui.

Capture d’écran Facebook, prise le 14 décembre 2020
Capture d’écran Facebook, prise le 14 décembre 2020

Capture d’écran Facebook, prise le 14 décembre 2020

Bob Marley a été tué par les services secrets américains: voilà ce que prétend une rumeur tenace, présente sur internet depuis au moins 2017 et relayée ces derniers jours par plusieurs posts Facebook. D’après ces publications, partagées plusieurs centaines de fois, cet assassinat aurait été commis par “Bill Oxley, ancien agent de la CIA”, qui aurait confessé sur son lit de mort avoir “empoisonné” la star du reggae.

Comment? En lui offrant “une paire de Converse All Stars” que l’artiste jamaïcain aurait essayé. Le chanteur se serait alors piqué avec un clou placé dans la chaussure, qui “était contaminé par des virus et des bactéries cancéreuses”, précisent ces publications, qui assurent reproduire les propos de M. Oxley.

Capture d’écran de la banque d’image dreamstime, prise le 14 décembre 2020
Capture d’écran de la banque d’image dreamstime, prise le 14 décembre 2020

Capture d’écran de la banque d’image dreamstime, prise le 14 décembre 2020

Ces publications refont surface à quelques mois de la commémoration des 40 ans de la disparition de la légende du reggae (1,2,3,4,5). Elles sont accompagnées de photos censées montrer Bill Oxley, ainsi que Bob Marley et des converses à l’effigie du chanteur jamaïcain. Sur Twitter, des posts font état de publications similaires datant de 2017, 2018, 2019 (1,2,3,4,5).

Rumeur vérifiée par plusieurs sites de fact-checking

Cette rumeur aux accents complotistes a fait l’objet de vérifications sur de nombreux sites de fact-checking (1,2,3,4). Malgré tout, elle continue de circuler, quatre ans après le premier démenti. 

La chaîne de télévision britannique Channel 4 news est l’une des premières à avoir publié un fact-checking sur cette fausse affirmation. Dans un article du 5 décembre 2017, elle indique que la rumeur serait partie du site yournewswires.com, réputé pour diffuser des informations infondées. En recherchant des traces d’un dénommé Bill Oxley, l’auteur de l'article constate qu’aucune personne de ce nom n’est référencée comme ex-agent de la CIA. Selon l’article de yournewswire.com, Bill Oxley était par ailleurs hospitalisé au Mercy Hospital, dans le Maine (Etats-Unis). Or l’hôpital a indiqué n’avoir jamais accueilli de patient répondant à cette identité.

Photo tirée d’une banque d’image

D’autres éléments permettent de conclure que l’histoire relatée par ces publications Facebook est une “infox”.

La photo de l’homme alité utilisée par ces posts, tout d'abord, provient d’une banque d’images. Le copyright indique qu’elle a été prise par Katarzyna Bialasiewicz, photographe d’origine polonaise. La photo apparaît également sur une autre banque d’image, toujours dans la galerie photo de l’artiste. Elle est identique à la photo que nous vérifions, à quelques détails près : la droite et la gauche ont été inversées.

Un cancer de la peau ne se transmet pas tel un virus

D’autre part, l’hypothèse d'une contamination relayée par les publications est incohérente. Bob Marley, de son vrai nom Robert Nesta Marley, est décédé à 36 ans d’un cancer qui s’est généralisé. Selon une des nombreuses biographies consacrées au chanteur jamaïcain, il a commencé à souffrir d’un mélanome, c’est-à-dire un cancer de la peau. Le diagnostic est tombé en 1977, après une consultation en lien avec des douleurs à l’orteil.

Francis Dordor, journaliste et auteur de quatre livres sur Bob Marley, était présent en mai 1977 lors du match de football lors duquel la star jamaïcaine s’est blessée à l’orteil. “C’est à la suite de cette blessure à l’orteil, et de la biopsie qui a suivi, que les médecins ont découvert des cellules cancéreuses dans le pied”, a-t-il raconté à l’AFP lors d’un entretien téléphonique le 15 décembre 2020. “Bob a été opéré la même année mais il n’a pas poursuivi les soins, ni les consultations régulières et les cellules se sont développées dans d’autres parties du corps”, a-t-il poursuivi. 

Ce type de cancer a-t-il pu être transmis par “un clou” contaminé par des “virus et bactéries cancéreuses", comme le soutiennent les publications? Pour le Dr Armand Thouassa, cancérologue à l’hôpital général Adolphe Sice de Pointe-Noire, au Congo, cela est impossible.

“Le mélanome est une maladie des mélanocytes (les cellules de la peau en charge de la pigmentation de la peau, ndlr). Il ne peut pas être transmis à quelqu’un à travers une piqûre ni aucun autre moyen”, explique à l’AFP le médecin, qui se veut catégorique.

Les principaux facteurs de risque concernant les mélanomes sont l’exposition au soleil ou aux ultraviolets superficiels, la présence de plus 50 grains de beauté ou celle de grains de beauté atypiques mais également les antécédents familiaux, liste l’Institut National du Cancer sur son site internet.

“Pur fantasme”

“La théorie du clou contaminé est un pur fantasme”, juge de son côté Francis Dordor dont le dernier livre sur la star du reggae ( “Bob Marley : le dernier prophète”) a été publié en 2011. Cette rumeur fantaisiste serait selon lui inspirée de la tentative d’assassinat de Bob Marley en 1976, à Kingston : le chanteur jamaïcain ainsi que son épouse et son manager avaient alors été blessés, et la CIA avait d’ores et déjà été pointée du doigt.

Photo prise en 1976 du chanteur jamaïquain Bob Marley, décédé à 36 ans en 1981 des suites d'un cancer (Photo by HO / AFP) (AFP / Ho)

Photo prise en 1976 du chanteur jamaïquain Bob Marley, décédé à 36 ans en 1981 des suites d'un cancer (Photo by HO / AFP) (AFP / Ho)

Si Bob Marley a fini par “prendre ses distances avec la politique car il a constaté que les politiciens qu’il a soutenu n’ont rien changé à la situation du pays, il était tout de même un leader d’opinion, qui avait une influence sur les jeunes”, rappelle Francis Dordor. “Il avait un poids culturel qui dépassait la Jamaïque: il parlait d’Afrique et d’un retour aux origines lorsque les politiciens jamaïcains voulaient s’affranchir de l’histoire de la traite négrière et s'aligner sur le modèle occidental".

Selon le journaliste, les USA redoutaient peut-être un scénario communiste à la cubaine mais il n’y a aucune preuve concrète permettant d’affirmer que les services secrets voulaient la mort de l’artiste, devenu un symbole de la lutte pour la paix dans le monde.

Le chanteur de “Redemption Song” et de “Get up, stand up” n’est pas la seule personnalité dont le décès a fait l’objet de rumeurs farfelues: la CIA ainsi été accusée ces dernières années d’être responsable de la mort de Lady Di, de Jim Morrison ou encore de Maryline Monroe. Sans qu’aucun élément ne vienne étayer, là non plus, ces affirmations.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article