Valéry Giscard d’Estaing: de Polytechnique à l’ENA, un étudiant hors normes

Publié le par Le Figaro étudiant par Wally Bordas

L’ancien président de la République, décédé ce mercredi 2 décembre 2020, avait effectué un parcours scolaire exceptionnel avant d’entamer sa carrière politique.

«VGE» a commencé sa scolarité à l’école Gerson, dans le 16e arrondissement de Paris. Crédits photo: AFP / undefined / AFP / undefined

«VGE» a commencé sa scolarité à l’école Gerson, dans le 16e arrondissement de Paris. Crédits photo: AFP / undefined / AFP / undefined

Un large sourire et une passion encore intacte. Il y a un an tout juste, en décembre 2019, nous avions rencontré Valéry Giscard d’Estaing lors d’une conférence donnée devant un parterre de plus de 200 jeunes au lycée Saint-Jean-de-Passy. Pendant une bonne heure, «VGE» avait raconté avec enthousiasme aux élèves de ce prestigieux établissement du 16e arrondissement de Paris le cheminement de la construction européenne.

Avec humour, il avait même répondu à toutes les questions des lycéens, avides de connaître son avis sur certains sujets d’actualité internationale. Son sens de la formule intact, l’ancien président n’avait d’ailleurs pas hésité à lâcher quelques piques bien senties contre Donald Trump ou François Hollande. «Le président américain peut dire n’importe quoi, c’est d’ailleurs ce qu’il fait, cela ne dérange pas la démocratie européenne», avait-il notamment laché à propos de Donald Trump, devant des lycéens enchantés.

L'ancien chef d’Etat, qui a largement participé à la construction européenne au cours de son mandat, prenait régulièrement la parole, jusqu’aux dernières années de sa vie, pour donner son avis sur la situation de l’Europe. C’est ce qu’il avait fait ce jour-là, avec ardeur. «Vous ne trouverez dans aucun livre d’histoire la description d’un tel changement, celle d’un groupe de pays qui fait disparaître ses limites», clamait-il.

De l’école Gerson au lycée Louis-le-Grand

Valéry Giscard d’Estaing, président de la République de 1974 à 1981, est décédé ce mercredi 2 décembre à l’âge de 94 ans. Élu à la tête du pays à 48 ans après un parcours hors-norme, «VGE» a été un brillant élève, lorsqu’il était étudiant.

Fils d’Edmond Giscard d’Estaing, inspecteur des finances et économiste et de May Bardoux, fille de l’homme politique Jacques Bardoux et véritable passionnée de la politique, il se prédestine dans ses jeunes années à devenir ingénieur des Ponts et chaussées ou sous-gouverneur de la Banque de France. Il commence sa scolarité à l’école Gerson, un établissement catholique privé situé dans le 16e arrondissement de Paris.

Il poursuit ensuite son cursus au lycée Blaise-Pascal à Clermont-Ferrand, où il effectue deux années de sa scolarité au début de la Seconde Guerre Mondiale. Interrogé par L’Express à ce sujet en 2013, l’ancien président avait un souvenir très clair de cette période: «Nous étions en Auvergne quand la guerre a éclaté et ma mère a décidé d’y rester. Je suis donc allé au lycée Blaise-Pascal en classes de troisième et de ¬seconde (…). J’étais scolarisé une année après Jacques Delors et j’y ai croisé Jean d’Ormesson, dont la famille était réfugiée à Royat. Nous avons assisté à l’affreuse débâcle, au spectacle d’une foule terrorisée, affamée et en partie ruinée qui défilait le long des routes, mêlée à des éléments militaires», racontait-il.

«Tous les matins, les Allemands parcouraient les rues de Paris»

Il revient finalement à Paris et intègre le lycée Janson-de-Sailly dans le 16 ème arrrondissement, pendant l’occupation allemande. Une période de sa vie qui le marque considérablement. «C’était tout à fait invraisemblable. Tous les matins, les Allemands parcouraient les rues de Paris en chantant toujours le même air. Il y avait une coupure totale entre eux et nous, je ne leur ai d’ailleurs jamais adressé la parole. Un jour, je me souviens avoir vu, en regardant par la fenêtre, une succession d’autobus passer. À l’intérieur, il y avait des gens vêtus de noir avec quelques bagages, c’était en fait la rafle des personnes juives que l’on conduisait au Vel d’Hiv», se rappelait-il, lors d’une interview accordée au Figaro Étudiant en 2019.

C’est dans ces conditions que «VGE» obtient son double baccalauréat en philosophie et mathématiques élémentaires en 1942, à l’âge de 16 ans seulement au lycée Janson-de-Sailly. Il se lance ensuite dans une prépa scientifique au prestigieux lycée Louis-le-Grand, à Paris dans le 5ème. Il interrompt ses études pendant la guerre pour s’engager dans l’armée française, où il est élevé au grade de brigadier. Il réintègre sa prépa à Louis-le-Grand en 1945, après avoir été décoré de la croix de guerre 1939-1945.

Polytechnique, «le meilleur souvenir» étudiant du président Giscard

Reçu sixième au concours, il intègre l’ École Polytechnique, encore située à l’époque au quartier latin. Un établissement dans lequel «VGE» passe les meilleures années de sa vie étudiante. «J’ai connu un certain nombre d’écoles, mais celle dans laquelle j’ai le meilleur souvenir et à laquelle je suis redevable de ce que j’ai pu accomplir par la suite, c’est votre école», expliquait-il, plein d’émotion en 2014, aux élèves de l’école d’ingénieurs lors d’une rencontre organisée par l’établissement.

Après cette formation scientifique, Giscard d’Estaing décide d’entrer à l’Ecole nationale d’administration (ENA), récemment créée. Il n’a d’ailleurs pas besoin de passer le concours, les polytechniciens ayant à cette période-là des passerelles directes. Il termine sixième de sa promotion (la promotion Europe) avant d’entrer à l’Inspection générale des finances, et de faire la carrière politique que tout le monde lui connaît.

«L’avenir vous appartient»

Lors de sa rencontre avec les lycéens de Saint-Jean-de-Passy, en 2019, il avait été touché d’intervenir devant cette jeunesse. «Cela me rappelle de joyeux souvenirs», nous avait-il confié. Ce jour-là, il avait conclu son allocution par cette phrase: «C’est désormais à vous de porter le flambeau sur ce qu’il reste à faire. L’avenir vous appartient.»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article