Camp nazi de Ravensbrück : Comment des femmes ordinaires sont devenues des tortionnaires SS

Publié le par BBC News par Damien McGuinness

"Des travailleuses en bonne santé, âgées de 20 à 40 ans, sont recherchées pour un site militaire", lit-on dans l'annonce d'un journal allemand de 1944.

Les gardiennes de camp à Ravensbrück (photo prise vers 1940) Crédit photo, Gedenkstätte Ravensbrück

Les gardiennes de camp à Ravensbrück (photo prise vers 1940) Crédit photo, Gedenkstätte Ravensbrück

Un bon salaire et la gratuité de la nourriture, un logement et des vêtements sont promis.

Ce qui n'est pas mentionné, c'est que l'habillement est un uniforme SS. Et que le "site militaire" est le camp de concentration pour femmes de Ravensbrück.

Aujourd'hui, les baraquements en bois pour les prisonnières ont disparu depuis longtemps. Il ne reste plus qu'un champ rocheux sinistrement vide, à environ 80 km au nord de Berlin.

Vue de Ravensbrück en 1945 Crédit photo, Getty Images

Vue de Ravensbrück en 1945 Crédit photo, Getty Images

Mais il reste encore huit belles villas solidement construites, avec des volets et des balcons en bois. Il s'agit d'une version nazie des années 1940 des cottages allemands médiévaux. 

C'est là que vivaient les gardiennes, certaines avec leurs enfants. Depuis les balcons, elles pouvaient admirer une forêt et un joli lac.

"C'était la plus belle période de ma vie", a déclaré une ancienne gardienne, des décennies plus tard.

Mais de leur chambre, elles voyaient aussi des chaînes de prisonniers et les cheminées de la chambre à gaz. 

Johanna Langefeld, une garde SS, avec son fils et la fille d'un autre garde Crédit photo, Gedenkstätte Ravensbrück

Johanna Langefeld, une garde SS, avec son fils et la fille d'un autre garde Crédit photo, Gedenkstätte Ravensbrück

"Beaucoup de visiteurs qui viennent au mémorial s'interrogent sur ces femmes. Il n'y a pas tant de questions sur les hommes qui travaillent dans ce domaine", explique Andrea Genest, directrice du musée mémorial de Ravensbrück, en me montrant où les femmes ont vécu. "Les gens n'aiment pas penser que les femmes peuvent être aussi cruelles."

Beaucoup de ces jeunes femmes venaient de familles pauvres, ont quitté l'école tôt et n'avaient que peu de possibilités de carrière.

Un emploi dans un camp de concentration signifiait un salaire plus élevé, un logement confortable et une indépendance financière.

"C'était plus attrayant que de travailler dans une usine", explique le Dr Genest.

Beaucoup avaient été endoctrinées très tôt dans des groupes de jeunes nazis et croyaient à l'idéologie d'Hitler.

"Elles avaient le sentiment de soutenir la société en faisant quelque chose contre ses ennemis", dit-elle.

Le crématorium du camp : les meurtres ont continué jusqu'à la libération Crédit photo, Getty Images

Le crématorium du camp : les meurtres ont continué jusqu'à la libération Crédit photo, Getty Images

L'enfer et le confort du foyer

A l'intérieur d'une des maisons, une nouvelle exposition présente des photos des femmes pendant leur temps libre. La plupart avaient une vingtaine d'années, jolies avec des coiffures à la mode.

Les photos les montrent souriant tout en prenant un café et un gâteau à la maison. Ou riant, bras dessus, bras dessous, alors qu'elles se promènent dans la forêt voisine avec leurs chiens.

Une carte de Noël pour la garde SS Anna Enserer Crédit photo, Gedenkstätte Ravensbrück

Une carte de Noël pour la garde SS Anna Enserer Crédit photo, Gedenkstätte Ravensbrück

Les scènes semblent innocentes - jusqu'à ce que vous remarquiez l'insigne SS sur les vêtements des femmes, et que vous vous souveniez que ces mêmes bergers allemands étaient utilisés pour faire peur aux gens dans les camps de concentration.

Quelque 3 500 femmes ont travaillé comme gardiennes des camps de concentration nazis, et toutes ont commencé à Ravensbrück. Beaucoup ont ensuite travaillé dans des camps de la mort tels qu'Auschwitz-Birkenau ou Bergen-Belsen.

Libération de Ravensbrück, 30 Mars 1945 Crédit photo, Getty Images

Libération de Ravensbrück, 30 Mars 1945 Crédit photo, Getty Images

"C'étaient des gens horribles", me dit Selma van de Perre, 98 ans, au téléphone depuis son domicile à Londres.

Elle était une résistante juive néerlandaise qui a été emprisonnée à Ravensbrück en tant que prisonnière politique.

"Elles aimaient ça, probablement parce que ça leur donnait du pouvoir. Cela leur donnait beaucoup de pouvoir sur les prisonnières. Certaines prisonnières étaient très mal traités. Elles étaient battues."

Selma a travaillé dans la clandestinité dans les Pays-Bas occupés par les nazis et a courageusement aidé des familles juives à s'échapper.

En septembre, elle a publié au Royaume-Uni un livre sur ses expériences, My Name Is Selma. Cette année, il sera publié dans d'autres pays, dont l'Allemagne.

Les parents et la soeur adolescente de Selma ont été tués dans les camps, et presque chaque année, elle retourne à Ravensbrück pour participer à des événements visant à faire en sorte que les crimes commis ici ne soient pas oubliés.

Ravensbrück était le plus grand camp réservé aux femmes de l'Allemagne nazie.

Plus de 120 000 femmes de toute l'Europe y ont été emprisonnées. Beaucoup d'entre elles étaient des résistantes ou des opposantes politiques.

D'autres ont été jugées "inaptes" à la société nazie : juives, lesbiennes, prostituées ou femmes sans abri.

Au moins 30 000 femmes sont mortes ici. Certaines ont été gazées ou pendues, d'autres sont mortes de faim, de maladie ou d'épuisement.

Elles ont été traitées avec brutalité par de nombreuses gardiennes, battues, torturées ou assassinées. Les prisonnières leur donnaient des surnoms, tels que "Brygyda, la sanglante" ou "Anna, le revolver".

C'étaient des femmes ordinaires qui faisaient des choses diaboliques. Je pense que c'est possible avec beaucoup de gens. Selma van de Perre Survivante de Ravensbrück - Chris van Houts

C'étaient des femmes ordinaires qui faisaient des choses diaboliques. Je pense que c'est possible avec beaucoup de gens. Selma van de Perre Survivante de Ravensbrück - Chris van Houts

Après la guerre, lors des procès pour crimes de guerre nazis en 1945, Irma Grese a été surnommée la "belle bête" par la presse.

Jeune, séduisante et blonde, elle a été reconnue coupable de meurtre et condamnée à mort par pendaison.

Le cliché de la femme blonde et sadique en uniforme SS est devenu par la suite une figure culte sexualisée dans les films et les bandes dessinées.

Mais sur les milliers de femmes qui travaillaient comme gardes SS, seules 77 ont été jugées. Et très peu ont été condamnées. 

Le chef SS Heinrich Himmler en visite à Ravensbrück (janvier 1941) Crédit photo, Gedenkstätte Ravensbrück

Le chef SS Heinrich Himmler en visite à Ravensbrück (janvier 1941) Crédit photo, Gedenkstätte Ravensbrück

Elles se sont présentées comme des aides ignorantes - ce qui était facile à faire dans l'Allemagne de l'Ouest patriarcale d'après-guerre.

La plupart ne parlaient jamais du passé. Elles se sont mariées, ont changé de nom et se sont fondues dans la société.

Une femme, Herta Bothe, qui a été emprisonnée pour d'horribles actes de violence, a plus tard pris la parole en public.

Elle a été graciée par les Britanniques, après quelques années de prison seulement. Dans une rare interview, enregistrée en 1999 juste avant sa mort, elle ne montrait aucun remords.

"Ai-je fait une erreur ? Non. L'erreur était que c'était un camp de concentration, mais il fallait que j'y aille, sinon on m'y aurait mise moi-même. C'était mon erreur."

C'est une excuse que les anciens gardiens donnent souvent. Mais ce n'est pas vrai.

Les archives montrent que certaines nouvelles recrues ont quitté Ravensbrück dès qu'elles ont compris en quoi consistait le travail. Elles ont été autorisées à partir et n'ont pas subi de conséquences.

Je demande à Selma si elle pense que les gardiennes étaient des monstres diaboliques.

"Je pense que c'étaient des femmes ordinaires qui faisaient des choses diaboliques. Je pense que c'est possible avec beaucoup de gens, même en Angleterre. Je pense que cela peut arriver n'importe où. Ça peut se produire ici si c'est autorisé."

"C'est une leçon effrayante pour moi aujourd'hui", croit-elle.

Malgré des crimes horribles, peu de femmes gardiennes ont été condamnées après la guerre Crédit photo, Gedenkstätte Ravensbrück

Malgré des crimes horribles, peu de femmes gardiennes ont été condamnées après la guerre Crédit photo, Gedenkstätte Ravensbrück

Depuis la guerre, les gardes SS féminins ont fait l'objet de fictions dans des livres et des films. Le plus célèbre est The Reader, un roman allemand qui est devenu plus tard un film avec Kate Winslet.

Parfois, les femmes sont présentées comme des victimes exploitées. D'autres fois, elles sont présentées comme des monstres sadiques.

La vérité est plus horrible. Ce n'étaient pas des monstres extraordinaires, mais plutôt des femmes ordinaires, qui ont fini par faire des choses monstrueuses. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article