Mort de Valéry Giscard d’Estaing : L’Assemblée nationale lui rend hommage à la veille d’une journée de deuil national

Publié le par 20 Minutes avec AFP

DECES Emmanuel Macron a décrété un jour de deuil national mercredi en hommage à Valéry Giscard d'Estaing

Valéry Giscard d'Estaing en 2015. — Anthony Behar/Sipa USA/SIPA

Valéry Giscard d'Estaing en 2015. — Anthony Behar/Sipa USA/SIPA

A la veille d’une journée de deuil national, l’Assemblée nationale a observé une minute de silence, ce mardi, pour rendre hommage à l’ancien chef de l’Etat Valéry Giscard d’Estaing, décédé la semaine dernière.

Le président de l’Assemblée, Richard Ferrand a salué le « grand parlementaire » que fut Valéry Giscard d’Estaing, député du Puy-de-Dôme à de nombreuses reprises, entre 1956 et 2002.

Le fondateur des séances « de questions au gouvernement »

Président de la République de 1974 à 1981, « il conserva un immense respect du Parlement et de ses prérogatives », a souligné Richard Ferrand, en rappelant que « VGE » fut l’initiateur au début de son mandat des séances de questions au gouvernement, devenues rituelles à l’Assemblée et au Sénat.

« En ouvrant à soixante députés ou soixante sénateurs la saisine du Conseil constitutionnel, Valéry Giscard d’Estaing renforça de manière décisive les droits de l’opposition », a poursuivi Richard Ferrand. Durant son mandat, « le Parlement eut à se prononcer sur des réformes de société des plus fondamentales, comme l’interruption volontaire de grossesse. Pour Valéry Giscard d’Estaing, les parlementaires avaient un rôle central à jouer », a souligné Richard Ferrand.

Une minute de silence mercredi à 12 heures

Plusieurs photos de l’ancien chef de l’Etat sont exposées salle des Pas Perdus au Palais Bourbon. Mercredi, il sera proposé au bureau de l’Assemblée « qu’une plaque commémorative » soit apposée dans l’hémicycle, comme celle dévoilée le 23 septembre pour l’ancien président Jacques Chirac.

Emmanuel Macron a décrété un jour de deuil national mercredi en hommage à cette « figure centrale de l’histoire de notre République ». Une minute de silence sera organisée à 12 heures dans plusieurs institutions. « Les Français qui le souhaitent pourront également écrire quelques mots d’hommage dans nos mairies et à Paris, au Musée d’Orsay », avait-il précisé lors de son adresse aux Français jeudi soir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article