Jean-Claude Gaudin en garde à vue dans le cadre d’une enquête pour détournement de fonds

Publié le par Le Monde avec AFP

La chambre régionale des comptes avait critiqué dans un rapport une « gestion des départs en retraite pour le moins coûteuse » à la Ville de Marseille, avec plusieurs maintiens en fonctions jugés « illégaux » au cabinet du maire.

Jean-Claude Gaudin lors d’une visite de la future base nautique olympique à Marseille, en juin 2020.  CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

Jean-Claude Gaudin lors d’une visite de la future base nautique olympique à Marseille, en juin 2020. CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

Sept mois après avoir quitté son fauteuil de maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, 81 ans, a été mis en garde à vue mercredi 17 février, selon des sources proches du dossier, confirmant une information du site local Marsactu. Le domicile de l’ancien homme fort de Marseille, qui a dirigé la deuxième ville de France pendant vingt-cinq ans, avait été perquisitionné la veille, « dans le cadre d’une information judiciaire ouverte le 11 juin 2019 des chefs principaux de détournement de fonds publics par une personne chargée d’une mission de service public et de recel de ce délit », avait alors précisé le Parquet national financier (PNF).

« Cette information judiciaire concerne la situation de personnes qui ont poursuivi leur activité en ayant dépassé l’âge légal de départ à la retraite », selon une source judiciaire. Elle porte sur des faits datant de la période où M. Gaudin était en fonctions.

Contactés par l’Agence France-Presse, l’avocat de M. Gaudin n’a pas immédiatement répondu et plusieurs membres de son entourage n’ont pas souhaité réagir.

Un préjudice de plus d’un million d’euros par an

Dans un rapport au vitriol rendu à la fin de 2019, la chambre régionale des comptes avait critiqué la gestion de la ville par M. Gaudin, des finances au personnel en passant par l’immobilier. La chambre s’était notamment étonnée d’une « gestion des départs en retraite (…) pour le moins coûteuse » à la Ville de Marseille, avec plusieurs maintiens en fonctions jugés « illégaux » au cabinet du maire. Pour les magistrats de la chambre régionale des comptes, la Ville avait « sciemment » enfreint les règles légales sur la retraite et ainsi causé un préjudice de plus d’un million d’euros par an au contribuable.

Les faits ont été révélés dans le cadre d’une autre enquête préliminaire menée par le PNF sur la gestion du temps de travail des agents municipaux de Marseille, terminée en décembre, et pour laquelle M. Gaudin pourrait être renvoyé devant un tribunal correctionnel, ainsi que six de ses proches. Ce dossier est actuellement en phase contradictoire, a appris l’AFP de source proche du dossier, et « aucune orientation n’a été prise pour l’instant ». Dans ce volet, le PNF lui reproche notamment l’existence d’heures supplémentaires indues et un absentéisme injustifié des agents, notamment au Samusocial.

Après plus de vingt ans aux mains de la droite et alors que M. Gaudin se retirait de la vie politique, la mairie de Marseille a été remportée par la coalition de gauche du Printemps marseillais en juillet. Le nouveau maire socialiste de la ville, Benoît Payan, a fustigé au début du mois un héritage financier « catastrophique », estimant que « l’argent public [avait] été gaspillé, jeté, bradé ».

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article