Soupçons de détournement de fonds à Marseille : "Il n’y a pas de préjudice pour la caisse publique", assure l’avocat de Jean-Claude Gaudin

Publié le par franceinfo, Radio France

L'ancien maire de Marseille a été placé en garde à vue mercredi au sujet d'une enquête sur le maintien en poste de plusieurs proches à la ville en tant que chargés de mission alors qu’ils avaient largement dépassé l'âge légal de départ à la retraite.

Jean-Claude Gaudin, en juin 2020. (VALLAURI NICOLAS / MAXPPP)

Jean-Claude Gaudin, en juin 2020. (VALLAURI NICOLAS / MAXPPP)

"L’entretien s’est déroulé dans une cordialité parfaite", affirme jeudi 18 février sur franceinfo l’avocat de Jean-Claude Gaudin, maître Gilbert Sindrès, au lendemain de la garde à vue de l’ancien maire de Marseille pour des soupçons de détournement de fonds publics. L'information judiciaire, ouverte le 11 juin 2019 porte notamment sur le maintien en poste de plusieurs proches à la ville en tant que chargés de mission alors qu’ils avaient largement dépassé l'âge légal de départ à la retraite.

    "C’est un dossier dans lequel tout le monde convient du fait qu’il n’y a aucun emploi fictif" Maître Gilbert Sindrès à franceinfo

"Les quelques collaborateurs de cabinet qui sont visés par ce dossier travaillaient et travaillaient beaucoup, défend maître Sindrès. C’est une question de droit de la fonction publique, c’est une question de savoir s’il est irrégulier ou pas de maintenir en fonction des collaborateurs de cabinet qui ont plus de 67 ans et surtout la question de savoir si cette irrégularité constitue ou pas un détournement de fonds publics. Et pour nous à l’évidence cela ne constitue pas un détournement de fonds publics."

Selon l'avocat, "il n’y a pas de préjudice du tout pour la caisse publique. Si les collaborateurs de cabinet visés par l’enquête n’avaient pas travaillé, ils auraient été automatiquement remplacés par d’autres, plus jeunes". Il assure que lui et son client étaient "tout à fait sereins et confiants".

Trois collaborateurs contraints de quitter leurs fonctions

À la fin du mois de juin 2019, à la suite de plusieurs perquisitions, trois chargés de mission de la mairie de Marseille avaient dû quitter la mairie, comme Serge Botey, l'ex-adjoint à la culture de la ville, âgé de 70 ans ou encore Monique Venturini, 68 ans, ancienne adjointe au cinéma de la ville.

Trois autres fidèles de l'ancien maire, comme son directeur de cabinet, Claude Bertrand, 79 ans, ou Jean-Claude Gondard, directeur général des services, avaient eux pu bénéficier d’une prolongation "pour intérêt de service".

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article