Coronavirus : Hospitalisée, Roselyne Bachelot est sous « oxygénothérapie renforcée »

Publié le par 20 Minutes par Manon Aublanc

GOUVERNEMENT La ministre de la Culture a été hospitalisée mercredi  

 La ministre de la Culture Roselyne Bachelot, au palais de l'Elysée, le 3 février 2021. — Ludovic MARIN / AFP

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot, au palais de l'Elysée, le 3 février 2021. — Ludovic MARIN / AFP

Hospitalisée mercredi, après avoir été testée positive au coronavirus, la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot a été placée sous traitement « d’oxygénothérapie renforcée », a-t-elle indiqué sur son compte Twitter, ce jeudi. Dans un tweet ce jeudi, elle dit être « prise en charge par des soignants exceptionnels et bénéficie (r) désormais d’une oxygénothérapie renforcée ».

La ministre de la Culture, âgée de 74 ans, avait annoncé samedi avoir été testée positive au Covid-19, « à la suite de symptômes respiratoires »​. Elle avait alors déclaré être à l’isolement et avoir aménagé son programme pour cette semaine. Mercredi, son entourage a annoncé son hospitalisation. « Son médecin a préconisé une surveillance accrue à l’hôpital pour les quelques jours à venir », avait annoncé cette même source.

« Hier soir, elle ne se sentait plus assez bien avec la dose d’oxygène qui lui était délivrée. Les médecins ont par conséquent décidé de l’augmenter », a dit un membre de l’entourage de la ministre. Cette même source a expliqué qu’elle « a tenu à faire un tweet pour rassurer les personnes qui lui envoient de nombreux messages inquiets ».

Positive malgré la première dose de vaccin

Roselyne Bachelot est le deuxième membre du gouvernement malade du coronavirus et hospitalisé, après la ministre du Travail Elisabeth Borne, 59 ans, admise lundi dans un établissement de la région parisienne. Ancienne ministre de la Santé, Roselyne Bachelot a reçu une première dose de vaccin le 17 mars, trois jours avant d’annoncer qu’elle était contaminée.

Elle a été nommée en juillet à la tête du ministère, succédant à Franck Riester, qui avait lui-même contracté le virus il y a un an. Depuis son arrivée rue de Valois, elle a eu à gérer les retombées de la crise sanitaire sur le monde culturel, dont les musées, le cinéma et le spectacle vivant, qui sont portes closes depuis le 30 octobre.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article