Disparition de Delphine Jubillar - "Oui je vais la tuer, je vais l'enterrer", un témoin anonyme met gravement en cause son mari Cédric

Publié le par L'Indépendant par N.M.

Un témoin anonyme met en cause Cédric, le mari de Delphine Jubillar disparue depuis la nuit du 15 au 16 décembre dernier, à Cagnac-les-Mines, dans le Tarn.

Delphine Jubillar, 33 ans, est mère de deux enfants en bas âge.

Delphine Jubillar, 33 ans, est mère de deux enfants en bas âge.

Un témoignage anonyme, diffusé par France Bleu Occitanie ce mercredi matin, met gravement en cause Cédric Jubillar, dont l'épouse, Delphine, infirmière de 33 ans et maman de deux enfants (âgés de 6 ans et 20 mois), n'a plus donné signe de vie depuis mi-décembre.

"Du jour au lendemain, se voir perdre tout, ça peut rendre fou un homme"

Ce témoin présenté comme un "membre de la famille de Cédric Jubillar" évoque les sombres projets qui auraient traversé l'esprit du mari de l'infirmière disparue. "Plusieurs fois avant la disparition, on l'a entendu dire à sa mère : oui je vais la tuer, je vais l'enterrer, personne il va la retrouver (sic), elle veut me quitter, elle veut demander le divorce."

"Je sais que c'est elle qui subvenait à tous les besoins de la famille parce que lui n'avait pas vraiment de travail, assure ce témoin. Entre le confinement et tout ce qui s'est passé, en étant auto-entrepreneur, il avait perdu beaucoup de contrats. Je sais qu'elle remboursait quand même pas mal dans le mois. C’est pour ça qu’elle avait décidé de travailler de nuit : pour avoir plus de revenus." 

"Il savait qu'il allait tout perdre, enchaîne le témoin, qu'il allait devoir tout recommencer depuis le début. Pour lui, Delphine, c'était le pilier, c'est elle qui faisait tout. Il avait tout grâce à elle. Du jour au lendemain, se voir perdre tout, ça peut rendre fou un homme. Elle avait déjà tout programmé (...) La situation à la maison devenait invivable pour elle, lui ne voulait pas quitter le domicile et la laisser. Elle prévoyait après les fêtes pour pas les chambouler, elle voulait les prendre et pour le mois de janvier aller être hébergée chez une collègue de travail en attendant de se trouver quelque chose d’autre et de vendre la maison. Elle voulait la garde exclusive de ses enfants. À aucun moment, elle n'aurait voulu que ce soit lui qui les grandisse (sic)."

"Jamais au grand jamais, Cédric n'a tenu de tels propos"

Également visée par ces propos la mère de Cédric Jubillar, Nadine, contactée par la radio est sorti de son silence. Elle a d'abord tenu à dénoncer des mots "choquants, blessants et très graves". "Jamais au grand jamais, Cédric n'a tenu de tels propos et surtout pas devant moi. Je peux le garantir. Cette personne, qui souhaite rester anonyme, veut nuire à Cédric, c'est évident", estime la belle-mère de Delphine.

Nadine Jubillar a tenu également à préciser au sujet de la séparation de son fils et sa bru que "Delphine et Cédric s'étaient mis d'accord sur le principe d'une garde alternée. Mais par quelle haine de mon fils cette personne est-elle donc animée ?"

Les enquêteurs s'intéressent désormais à ce témoignage qui ne figure dans aucune déposition enregistrée, et tentent d'en identifier l'auteur. Depuis le 23 décembre, une information judiciaire est ouverte par le parquet de Toulouse pour "arrestation, enlèvement, détention ou séquestration arbitraire pendant plus de 7 jours accomplis". 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article