Joe Biden n’exclut pas une mise en examen d’Andrew Cuomo

Publié le par Paris Match par Kahina Sekkai

Le président américain, interrogé à propos du gouverneur de New York accusé de harcèlement sexuel, a estimé qu’il devrait démissionner.

Joe Biden face à Andrew Cuomo lors d'une visio-conférence, le 25 février 2021. Jonathan Ernst / Reuters

Joe Biden face à Andrew Cuomo lors d'une visio-conférence, le 25 février 2021. Jonathan Ernst / Reuters

Sept femmes l’accusent et une procédure de mise en accusation le menace, mais Andrew Cuomo tient bon. Le gouverneur démocrate de New York, accusé de harcèlement sexuel ces dernières semaines, n’a toujours pas cédé aux appels à la démission, pourtant venus de son parti politique : les sénateurs démocrates Chuck Schumer et Kirsten Gillibrand, mais aussi les élus à la Chambre des représentants Jerry Nadler, Alexandria Ocasio-Cortez, Jamaal Bowman, Mondaire Jones, Grace Meng, Carolyn Maloney, Nydia Velazquez, Yvette Clarke et Adriano Espaillat lui ont demandé de quitter son poste. Interrogé sur la question mardi sur ABC News, Joe Biden s’est lui aussi déclaré en faveur de sa démission après avancée de l’enquête : «Je pense qu’il sera probablement mis en examen», a estimé le président américain. «Il doit y avoir une enquête pour déterminer si ce qu’elles disent est vrai. Voici ce qui se passe en ce moment», a-t-il ajouté, nuançant les demandes pressées des autres démocrates. «Il pourrait y avoir une mise en examen pour des crimes, je ne sais pas».

Joe Biden, qui a lui-même été accusé d’avoir eu des gestes appuyés par plusieurs femmes et d’agression sexuelle par une ancienne collaboratrice durant la campagne, a ajouté qu’«on devrait toujours présumer qu’une femme dit la vérité et qu’elle ne devrait pas être victimisée pour avoir parlé» : «Cela demande beaucoup de courage de parler publiquement. Donc on devrait partir du principe qu’elles devraient être prises au sérieux. Et cela devrait faire l’objet d’une enquête. Et c’est ce qui se passe en ce moment.» Dès mercredi, Andrew Cuomo a répondu au président américain : «Si vous avez commis un crime, vous devez être poursuivi. C’est vrai. Mais ce qu’a dit le président Biden est : "Il devrait y avoir une enquête". Et je suis d’accord avec lui. Les habitants de New York sont d’accord avec lui.»

Une enquête qui fait déjà polémique

En plus des témoignages des sept femmes qui l’accusent, Andrew Cuomo doit faire face à un autre scandale : un temps considéré comme potentiel candidat à la présidence en raison de sa forte présence dans la lutte contre le Covid-19 dans son Etat, le gouverneur de New York a admis avoir volontairement sous-estimé le bilan de la pandémie dans les maisons de retraite. Le bilan a été doublé au début de l’année, après la pression de la procureure générale Letitia James. Andrew Cuomo s’est défendu en assurant avoir agi ainsi afin d’éviter que ces décès ne soient «politisés» et utilisés contre lui et les démocrates par l’administration Trump, en pleine campagne présidentielle.

Malgré ces polémiques, Andrew Cuomo -dont le père Mario a été trois fois gouverneur de New York avant lui- ne compte pas démissionner. Il pourrait pourtant faire face à une procédure de mise en accusation par la Chambre new-yorkaise, avec le soutien des élus démocrates locaux. Une enquête a été confiée au cabinet d’avocats David Polk & Wardwell LLP, qui aidera la commission judiciaire avec «l’expérience, l’indépendance et les ressources nécessaires pour mener cette enquête d’une façon approfondie et rapide». Un choix qui a rapidement été critiqué par Debra Katz, qui défend Charlotte Bennett, une des accusatrices du gouverneur, rapporte Politico : elle a dénoncé un «conflit d’intérêts inacceptable» car ce cabinet emploie notamment Dennis Glazer, dont l’épouse Janet DiFiore a été nommée par Andrew Cuomo à la tête de la Cour d’appel de l’Etat, et qui siège depuis 2014, et sa nomination par Andrew Cuomo, au sein de la commission délivrant les permis de construire pour les casinos.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article