L’auteur des lois nazies anti-juives a contribué au programme nucléaire d’Israël

Publié le par The Times of Israël

Hans Globke, qui a écrit les infâmes lois de Nuremberg, a ensuite contribué au prêt de 5,5 milliards de dollars pour le réacteur de Dimona, selon un reportage du Times of London

Hans Globke, sous-secrétaire d'Etat et directeur de cabinet de la Chancellerie d'Allemagne de l'Ouest entre 1953 et 1963. (Crédit : CC BY-SA/WikiCommons)

Hans Globke, sous-secrétaire d'Etat et directeur de cabinet de la Chancellerie d'Allemagne de l'Ouest entre 1953 et 1963. (Crédit : CC BY-SA/WikiCommons)

Un fonctionnaire qui a aidé le régime nazi à élaborer les lois anti-juives de Nuremberg s’est reconverti après la Seconde Guerre mondiale « en tant que maître de l’espionnage, diplomate et faiseur de roi » et a « joué un rôle clé » dans le développement du programme nucléaire israélien, selon une enquête d’un journal britannique. 

Hans Globke était un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur de l’époque nazie et a joué un rôle central dans l’interprétation et la mise en œuvre des lois raciales de Nuremberg, tout en contribuant au « code juif » appliqué en Slovaquie, selon le Times of London.

Lorsque Hitler a pris le pouvoir, Globke « a pris la responsabilité des « questions de citoyenneté et de race » et a reçu les éloges de ses patrons pour son « attitude positive » envers le nazisme, rapporte le Times of London. « En 1936, il a écrit un commentaire juridique tristement célèbre sur les lois raciales de Nuremberg » et son guide « est devenu omniprésent dans les salles d’audience de l’Allemagne nazie », offrant « de nombreuses interprétations sévères des règles ». 

Il stipulait, par exemple, que « les relations sexuelles entre Aryens et non-Aryens étaient un crime même si elles avaient lieu en dehors de l’Allemagne ». Il a également introduit le statut qui « obligeait les Juifs à prendre le deuxième prénom Israël, s’ils étaient des hommes, ou Sara, s’ils étaient des femmes, afin qu’ils soient plus faciles à identifier. »

    En 1941, selon le Times, il a participé à la rédaction ‘d’une ordonnance qui privait les Juifs des nations conquises de leur statut d’État et permettait la confiscation de leurs biens, considérée comme l’une des bases juridiques les plus importantes de la Shoah.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale a commencé, il a parcouru les territoires occupés par les nazis, « de la France à la Tchécoslovaquie, publiant de nouvelles décisions sur la manière de distinguer les Aryens des races « inférieures ».

En 1941, toujours selon le Times, il a participé à la rédaction « d’une ordonnance qui privait les Juifs des nations conquises de leur statut d’État et permettait la confiscation de leurs biens, considérée comme l’une des bases juridiques les plus importantes de la Shoah. »

Globke et l’extermination des Juifs : Un livre publié en Allemagne de l’Est en 1960 (Crédit : Amazon)

Globke et l’extermination des Juifs : Un livre publié en Allemagne de l’Est en 1960 (Crédit : Amazon)

Pourtant, note le Times, Globke a réussi à se réinventer après la guerre, à tel point qu’il « avait un groupe distingué d’anti-nazis qui faisaient la queue pour témoigner sous serment qu’il avait été une figure instrumentale de la résistance contre Hitler ».

Dans son article publié au début du mois, le Times a déclaré que les documents qu’il avait découverts montraient également que Globke avait des liens avec la formation du programme nucléaire israélien et avec le procès d’Adolf Eichmann, l’un des principaux cerveaux de la Shoah.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Globke a été considéré par l’Occident comme un fonctionnaire du gouvernement nazi plutôt que comme un véritable loyaliste ou idéologue nazi, note le Times. Il a même comparu comme témoin aux procès de Nuremberg après la guerre.

Globke a ensuite été chef de cabinet et homme de confiance de l’ancien chancelier conservateur ouest-allemand Konrad Adenauer, entre 1953 et 1963, et a été responsable du recrutement au sein du gouvernement ouest-allemand.

Son service continu au sein du gouvernement ouest-allemand l’a conduit, à son tour, à une position bien connectée au sein de la communauté du renseignement.

Cette position et ses relations ont été utilisées pour s’assurer que le nom de Globke n’apparaisse pas dans le procès d’Eichmann en Israël en 1961-1962, et, avec l’aide de la CIA, pour s’assurer que son nom ne figure pas dans les documents liés au procès. « Les Allemands ont persuadé la Maison Blanche d’obtenir de la CIA qu’elle supprime toute mention de Globke dans la publication en série des mémoires d’Eichmann dans un magazine américain », rapporte le Times. Plus encore, l’avocat d’Eichmann, Robert Servatius, qui était également « un atout des services de renseignement ouest-allemands, a supprimé le nom de Globke et d’autres dans le dernier discours de son client devant le tribunal ».

Selon le Times, plusieurs mois avant le procès Eichmann, Globke avait aidé Adenauer à commencer à travailler sur un accord secret visant à prêter à Israël l’équivalent actuel de 4 milliards de livres sterling (environ 5,5 milliards de dollars) pour un « projet de développement » dans le désert du Néguev.

Vue du réacteur nucléaire de Dimona, dans le sud d’Israël, le 13 août 2016. (Moshe Shai/FLASH90)ia

Vue du réacteur nucléaire de Dimona, dans le sud d’Israël, le 13 août 2016. (Moshe Shai/FLASH90)ia

Des documents remis à Gaby Weber, un journaliste allemand, montrent que cet argent était destiné à financer l’installation de recherche nucléaire et le réacteur de Dimona. Selon des médias étrangers, ces installations serviraient à la fabrication d’armes nucléaires.

Selon le Times, un mémorandum du ministère allemand des Affaires étrangères de l’époque décrit une réunion entre le ministre allemand de la Défense Franz-Josef Strauss et le Premier ministre de l’époque David Ben Gurion : « Ben Gurion a abordé la question de la production d’armes atomiques. Au cours de la conversation, Ben Gurion a expliqué que le chancelier lui avait promis que l’Allemagne participerait au développement du désert du Néguev. »

Selon le rapport, les Allemands semblent avoir suspendu les négociations liées au nucléaire pendant le procès Eichmann. « En aucun cas, nous ne pouvons prendre d’engagements avant la conclusion du procès Eichmann », indique un document du ministère allemand des Affaires étrangères.

Le rapport du Times ne dit pas si les pourparlers ont repris après le procès, et ne précise pas non plus si le prêt de 5,5 milliards de dollars a fini par être accordé, bien qu’il dise que Globke « a joué un rôle clé dans le développement d’armes nucléaires par Israël ».

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article