La France va restituer un tableau de Klimt à une famille spoliée par les nazis en 1938

Publié le par Europe 1 par Angèle Chatelier, avec AFP, édité par Mathilde Durand

La France va restituer un tableau de Gustav Klimt, "Rosiers sous les arbres", aux ayants-droits d'une famille, spoliée par le régime nazi en 1938, en Autriche. L'œuvre avait été achetée par l'Etat dans les années 1980, sans connaitre son parcours, pour une exposition au musée d'Orsay. 

La France va restituer un tableau de Gustave Klimt, "Rosiers sous les arbres", aux ayants-droits d'une famille juive, spoliée par le régime nazi en 1938. © ALAIN JOCARD / POOL / AFP

La France va restituer un tableau de Gustave Klimt, "Rosiers sous les arbres", aux ayants-droits d'une famille juive, spoliée par le régime nazi en 1938. © ALAIN JOCARD / POOL / AFP

"Notre devoir face à l'Histoire". La France va restituer à une famille juive un tableau de Gustav Klimt dont elle avait été spoliée par les nazis en 1938, en Autriche. Cette œuvre, baptisée "Rosiers sous les arbres" et peinte au début du 20e siècle avait été acquise par l'Etat dans les années 1980, qui n'en connaissait pas l'histoire, afin d'être exposée au musée d'Orsay, à Paris. Grâce à un travail de recherche, le parcours de l'œuvre a pu être reconstitué et les ayants-droits de la famille spoliée ont pu demander une restitution.

Une spoliation en 1938

La toile est achetée en 1911 par le collectionneur juif autrichien Viktor Zuckerkandl, sous le nom de "Roses" ("Rosen" en allemand). Elle en portera d'autres : "Pommiers avec des roses" et "Paysages". L'œuvre reste dans la famille et appartient à sa nièce Nora Stiasny lorsque les nazis s'installent au pouvoir. En août 1938, la quadragénaire persécutée et ruinée en raison de sa religion est contrainte à la vente du tableau pour une somme dérisoire. Quelques années plus tard, elle est déportée puis assassinée par le régime nazi.

En 1980, la France acquiert "Rosiers sous les arbres" auprès d'une galerie d'art suisse, pour afin d'exposer le tableau au futur musée d'Orsay à Paris, consacré à la période 1848-1914. C'est grâce à l'ouverture récente d'archives en Autriche et au travail d'historien que l'histoire du tableau refait surface.

"Le témoin de vies brisées"

"Cette œuvre est aujourd'hui un témoin de vies brisées", a clamé la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, lors d'une conférence de presse au sein de son ministère. "'Rosiers sous les arbres' est une peinture, elle ne peut pas nous parler. Et pourtant, elle porte en elle pour toujours ces destins tragiques. Elle est le dernier témoin de ces femmes et de ces hommes qu'une volonté criminelle et implacable a obstinément cherché à faire disparaître".

"Pour moi la restitution des biens juifs spoliés est une ardente obligation.(...) C'est l'honneur de la République que de faire cela. L'honneur de la France", a-t-elle ajouté. "Cette restitution est un accomplissement de notre devoir face à l'Histoire", a également assuré Laurence des Cars, présidente du musée d'Orsay.

Un projet de loi à venir

Aux yeux de la loi actuelle, le tableau ne peut être cédé car il appartient aux collections nationales. Néanmoins, Roselyne Bachelot a promis de présenter "dès que possible" un projet de loi destiné à autoriser la sortie de l'œuvre pour la remettre aux ayants-droits. La demande de restitution, déposée en 2019, doit ainsi aboutir bientôt. 

Les ayants droit sont les descendants de la sœur de Nora Stiasny, Hermine Müller-Hofmann, qui avait pu échapper à l'Holocauste en Bavière. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article