Magufuli John

Publié le par Mémoires de Guerre

John Pombe Magufuli, né le 29 octobre 1959 et mort le 17 mars 2021, est un homme d'État tanzanien. Plusieurs fois ministre, il est président de la République du 5 novembre 2015 à sa mort, quelques mois après sa réélection pour un second mandat. 

Magufuli John

Parcours politique

Débuts et ascension

Membre du Chama cha Mapinduzi (CCM), premier parti de Tanzanie2, il devient député dans les années 1990. Entre 2000 et 2015, il est successivement à la tête de différents ministères, à savoir l'Élevage et la Pêche, les Terres, le Logement et les Travaux publics. Il tire de cette période son surnom de « Tingatinga » (le « bulldozer » en swahili) pour son engagement dans la construction de nouvelles routes. 

Président de la République

À 56 ans, il est désigné candidat à l'élection présidentielle de 2015 à la suite d’une élection primaire comptant 38 candidats. Le 29 octobre 2015, il est élu cinquième président de la République, succédant ainsi à Jakaya Kikwete. Il est élu sur un programme de « reconquête de la souveraineté économique face aux institutions financières internationales », selon l'universitaire et politologue Rwekaza Mukandala. 

Politique économique et lutte contre la corruption

Dès le lendemain de son investiture, John Magufuli entame un vaste plan de réduction des dépenses publiques, en réduisant notamment de 100 000 à 7 000 dollars (92 000 à 6 460 euros) les frais de la cérémonie d’inauguration du nouveau Parlement. Il est également à l'origine d'une action pour réduire le budget des événements et des déplacements officiels en limitant le nombre de membres composant les délégations, ou encore de la suppression des indemnités de séance des députés et de l'annulation de la fête nationale. Afin de montrer l’exemple, il réduit également son salaire de 15 000 à 4 000 dollars/mois, devenant de ce fait l'un des chefs d’État africains à la rémunération la moins élevée. Son mandat se caractérise essentiellement par une lutte énergique contre la corruption. D'importantes sommes qui s'évaporaient auparavant dans la fraude fiscale sont désormais investies dans l'éducation et la lutte contre la pauvreté.

La pays a amendé les lois régissant l’attribution des contrats d'exploitation minière, se donnant le droit de les renégocier ou de les rompre en cas de fraude avérée. La nouvelle législation supprime par ailleurs le droit des sociétés minières à recourir à un arbitrage international. Le contentieux fiscal avec l'Acacia Mining, accusée d'avoir sensiblement sous-évalué durant des années sa production d'or, s'est finalement soldé par un accord : la Tanzanie obtient 16 % des parts dans les mines détenues par la multinationale. En revanche, cette politique de lutte anti-corruption a aussi « effrayé les investisseurs, qui craignent désormais d'avoir affaire à la justice tanzanienne, et affaibli la croissance », selon Zitto Kabwe, l'un des responsables du parti d'opposition Chadema.

Porté par l'une des plus fortes croissances économiques du continent (5,8 % en 2018 et 6 % estimés pour 2019 selon le FMI), le gouvernement tanzanien s'engage dans un vaste programme de développement des infrastructures, en particulier ferroviaires. Le petit port de pêche de Bagamoyo, auquel 10 milliards de dollars d'investissement ont été attribués, devrait devenir le plus grand port d'Afrique en 2030. La Tanzanie tend à se rapprocher de la Chine, qui promet de soutenir des projets économiques. En réaction à cette nouvelle orientation diplomatique et au manquement à la démocratie, les États-Unis suspendent leur participation au Millennium Challenge Account, un fonds de développement bilatéral.  À partir de 2016, les autorités intensifient leurs efforts en matière de protection des espèces menacées. Les populations d’éléphants et de rhinocéros sont depuis en augmentation. 

Tournant autoritaire

Même si le même parti dirige le pays depuis l’indépendance, la Tanzanie était jusqu'en 2015 considérée comme relativement démocratique. Confronté à une opposition qui était montée à 40 % des voix lors de l'élection présidentielle organisée cette année-là, John Magufuli entame ensuite un tournant autoritaire visant la presse, l'opposition et ses rivaux au sein de son parti. En 2015, le gouvernement adopte une nouvelle loi anti-cybercriminalité pour encadrer les nouvelles formes de criminalité pour le web. Néanmoins l'application de la loi menace la liberté d'expression des citoyens, arrêtés et jugés pour « insulte au président » sur les réseaux sociaux et les applications de messagerie instantanée. À partir de 2016, le pouvoir en place met en place une forte régulation de l'information : six chaînes de télévision, 21 stations de radios et plusieurs journaux auraient ainsi été suspendus pour avoir critiqué la nouvelle administration.

Le 26 mars 2018, six membres du Chama cha Demokrasia na Maendeleo (Chadema), le principal parti d’opposition, dont le président du parti Freeman Mbowe sont arrêtés et inculpés pour « appel à la haine » à la suite d'une manifestation le 16 février. En septembre 2018, John Magufuli déclare que ceux qui utilisent de la contraception sont trop lâches pour alimenter une grande famille. Il encourage ainsi la population à ignorer les conseils sur la contraception, estimant qu'ils viennent souvent des étrangers avec des motifs jugés malfaisants La déclaration a fait l'objet de critiques, entre autres d'Amnesty International. En 2020, il est réélu à l'issue d'un scrutin considéré comme truqué par plusieurs observateurs internationaux, obtenant officiellement 84 % des voix, tandis qu'au Parlement, son parti décroche 99 % des sièges. 

Pandémie de Covid-19

« Coronasceptique », il estime que la Tanzanie est préservée de la pandémie de Covid-19. Il déclare notamment : « Le virus a été totalement éliminé par Dieu grâce aux prières des Tanzaniens ». Il demande aux forces de sécurité de tester à l'aveugle les kits de test PCR du coronavirus avec des prélèvements sur des chèvres, papayes, moutons et huile moteur ; selon lui, tous ces tests se révèlent positifs à la Covid-19. À l’approche des élections présidentielle et législatives de 2020, les chiffres sur le nombre de personnes contaminées ne sont plus communiqués, tandis que les médias se contentent de relayer la communication gouvernementale. Un journaliste et un média ayant publié des informations au sujet de la pandémie sont poursuivis, alors que la Tanzanie est passée, dans le classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières, de la 75e place en 2015 à la 124e en 2020. 

Situation personnelle

John Magufuli naît en 1959, dans le nord-ouest de la Tanzanie (alors Tanganyika), sur les bords du lac Victoria, dans une famille pauvre. Il vit dans une petite maison au toit de chaume, surveillant le bétail et vendant du lait et du poisson pour aider sa famille. Il étudie ensuite la chimie et les mathématiques, obtenant un doctorat en chimie de l’université de Dar es Salam. Il travaille quelque temps comme enseignant à l'école secondaire de Sengerema, puis comme chimiste industriel. De confession catholique, il est père de cinq enfants. 

État de santé et mort

À partir de la fin du mois de février 2021, il n’est plus vu en public, ce qui suscite des interrogations quant à son état de santé, l'opposition et des internautes affirmant qu'il est atteint de la Covid-19. Le 17 mars 2021, la vice-présidente, Samia Suluhu, annonce à la télévision tanzanienne que John Magufuli, âgé de 61 ans, est mort des suites de problèmes cardiaques à l'hôpital Emilio Mzena de Dar es Salam, où il était soigné. Samia Suluhu devient alors présidente pour la durée restante de son mandat. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article