Mort de Bertrand Tavernier : les nombreux hommages à un «monument du septième art»

Publié le par Le Figaro

De l'Olympique lyonnais à Gérard Collomb, les réactions se multiplient après le décès du réalisateur de Que la fête commence ou Coup de torchon.

Bertrand Tavernier, en 2019. DPA/ABACAPRESS.COM

Bertrand Tavernier, en 2019. DPA/ABACAPRESS.COM

Les hommages pleuvent depuis l'annonce de la mort de Bertrand Tavernier. Le réalisateur, scénariste et producteur est décédé jeudi à 79 ans, à Sainte-Maxime dans le Var. Son épouse et ses enfants ont annoncé la nouvelle sur les réseaux sociaux, exprimant leur «tristesse» et leur «douleur» et associant l'Institut Lumière, dont Bertrand Tavernier était le président.

L'Institut Lumière, dont il était président, fait ainsi part de sa «tristesse» et sa «douleur». Gilles Jacob, l'ancien président du festival de Cannes évoque «un auteur si précieux» et «un ogre de cinéma». Même émotion à La Cinémathèque Française, qui «lui rendra hommage dès que les conditions le permettront».

«Heureusement qu'il reste les films, a quant à lui déclaré Philippe Torreton sur le plateau de C à vous. Son langage, son envie de raconter le cinéma vont me manquer.» «On pourra toujours revoir ses films, mais ce regard qu'il a eu constamment sur le cinéma, sans barrières sans œillères, il arrivait toujours à puiser une petite scène, une réplique qui faisait son bonheur sa joie et qu'il avait envie de raconter», se souvient le comédien, pour qui Bertrand Tavernier était «un temple du cinéma a lui tout seul».

L'écrivain Philippe Labro évoque un «grand metteur en scène» et d'un «mémoriste exceptionnel du cinéma».

Le décès de Bertrand Tavernier émeut jusque dans le monde sportif puisque l'Olympique lyonnais, club de football de sa ville d'origine, rend hommage à «un amoureux de Lyon et du cinéma».

Alors qu'elle est hospitalisée, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot salue une «fontaine de curiosité» aux «découvertes mémorables», s'étant distinguée par «sa générosité et son souci de transmission et de partage». Ancien locataire de la rue de Valois, Jack Lang dit quant à lui son «immense tristesse».

Le président du CSA Roch-Olivier Maistre salue la mémoire d'«une véritable encyclopédie du septième art».

Certains membres de la classe politique, dont le maire de Lyon Grégory Doucet ainsi que son prédécesseur, Gérard Collomb, ont également dit leur «émotion» et leur «immense tristesse».

L'ancien président de la République François Hollande se souvient pour sa part d'un cinéaste qui «nous a fait croiser dans ses films tant de destins, lumineux, cabossés, humains tout simplement».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article