Patrick Dupond et la Bretagne, une histoire d'amour racontée par ceux qui l'ont côtoyé

Publié le par France Bleu par Benjamin Fontaine, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

L'ancien danseur étoile Patrick Dupond est décédé à l'âge de 61 ans a-t-on appris ce vendredi 5 mars par son entourage. La star de la danse née à Paris avait ses racines dans le Morbihan où il a trouvé refuge lorsqu'il a connu sa traversée du désert. Il y est revenu pendant de longues années.

En Bretagne ou ici en Corse, Patrick Dupont aimait se ressourcer face à la mer. © Maxppp - Michel Luccioni

En Bretagne ou ici en Corse, Patrick Dupont aimait se ressourcer face à la mer. © Maxppp - Michel Luccioni

Une étoile s'est éteinte. Le célèbre danseur Patrick Dupond a succombé à une "maladie foudroyante" à l'âge de 61 ans a annoncé ce vendredi 5 mars sa collaboratrice Leïla Da Rocha. Il aurait dû fêter ses 62 ans le 14 mars prochain.

Patrick Dupond a travaillé avec de grands chorégraphes comme Rudolf Nourrev, Maurice Béjart ou encore Alvin Ailey. Son métier l'a emmenée aux Etats-Unis ou au Japon, mais c'est en Bretagne que l'étoile de la danse aimait se ressourcer. "Je me considère comme un Breton pure souche. J'ai appris à affronter la mer, le vent, les éléments et faire mon chemin droit comme me l'a appris ma grande-mère," confiait-t-il à France Bleu en 2013.

Une grand-mère qui vivait à Balz dans la ria d'Etel, employée à la thalasso de Quiberon fondée par le célèbre coureur cycliste Louison Bobet. "Patrick disait que c'était son parrain de cœur. Il était très attaché à lui. Il lui a fait découvrir la thalasso quand il était très jeune et il a adoré cela," se souvient Jean-Alain.

Quiberon, la ville où il aimait se ressourcer

Le magicien, originaire de Quiberon dit avoir été l'un des confidents de Patrick Dupond. Les deux hommes ont été voisins de pallier à la fin des années 90. Le danseur étoile connait alors un creux dans sa carrière après avoir été évincé de l'Opéra de Paris. "Il était très mal, il a vécu une période très compliquée où l'alcool était très présent, il l'a d'ailleurs raconté plus tard." 

A l'époque, Patrick Dupond passe beaucoup de temps à la crêperie du vieux-port dans le quartier de Port Haliguen où il croise des connaissances, certains vont devenir ses copains. Françoise, 70 ans aujourd'hui, a fréquenté l'artiste dans cette période agitée. "On prenait des pots ensemble et moi j'habitais à côté. Un jour je jouais de la guitare, il est entré et on a passé l'après-midi à chanter. C'était quelqu'un de convivial et de flamboyant, malgré l'adversité", raconte la septuagénaire.

A Quiberon, Patrick Dupond fuit la foule. Il aime parfois se rendre sur l'île de Houat ou à Belle-île. Il part aussi en mer pêcher le bar et communie avec la nature. "Je me souviens d'une série de photos de lui, nu devant les rochers. Il avait de très beaux restes," sourit Françoise. Quiberon, c'est aussi la résurrection pour Patrick Dupond. Après son dramatique accident de la route, il va passer quelques mois à la thalasso, encore elle.

"Quand le succès est revenu grâce à la télévision, Patrick s'est détaché et c'est bien normal. Il est revenu pour les vacances," explique Françoise. Aujourd'hui, les deux Bretons se souviennent d'un homme humble, discret et aimant. "Patrick a toujours été là pour moi. Il était d'une grande fidélité, malgré l'éloignement." 

Eugène, le père de Patrick Dupond vivait à Sarzeau, jusqu'à son décès il y a moins d'un an. "Ils s'étaient rapprochés avec le temps, mais Patrick a surtout était très lié à sa maman. Elle était souvent présente à Quiberon. Ils allaient au restaurant ensemble, il aimait bien manger," confie Jean Alain.

Les deux artistes ont beaucoup partagé pendant vingt ans, le bien comme le mal. "Ce que je retiendrai c'est qu'il faut toujours croire en ses rêves. C'est ce que disait Patrick. Sa vie n'a pas été facile mais il a toujours su se ressaisir. Une étoile rebondit toujours et Patrick était une étoile."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article