Premier avertissement de la Corée du Nord à Joe Biden

Publié le par Paris Match par K. S.

Kim Yo-jong, la soeur de Kim Jong Un, a mis en garde Joe Biden dans un avertissement menaçant : «S'il veut dormir paisiblement ces quatre prochaines années, il devrait éviter de faire des vagues».

Kim Jong Un sur une photo diffusée le 7 mars 2021. KCNA / Handout / Reuters

Kim Jong Un sur une photo diffusée le 7 mars 2021. KCNA / Handout / Reuters

Un avertissement ferme, deux ans après l'échec du sommet de Hanoï. Pour la première fois depuis son investiture, la Corée du Nord a mis en garde Joe Biden. L'avertissement est venu de Kim Yo-jong, l'influente soeur de Kim Jong Un, dans un communiqué relayé par l'agence de presse nord-coréenne : «Nous profitons de cette occasion pour mettre en garde la nouvelle administration américaine qui essaie de répandre une odeur de poudre sur nos terres. S'il veut dormir paisiblement ces quatre prochaines années, il devrait éviter de faire des vagues.» Une possible réponse aux manoeuvres militaires conjointes entamées la semaine dernière par les États-Unis et la Corée du Sud.

Cette déclaration a été publiée à la veille du voyage d'Anthony Blinken et Lloyd Austin, secrétaire d'État et ministre de la Défense, en Corée du Sud, où les deux Américains vont notamment aborder la question de «la dénucléarisation de la Corée du Nord». Lundi, la porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki a confirmé que les États-Unis avaient tenté d'établir le contact avec la Corée du Nord : «La diplomatie est toujours notre objectif. Notre objectif est de réduire le risque d'escalade. Mais nous n'avons pas reçu de réponse», a-t-elle déploré, rappelant que ce silence «suit plus d'un an sans dialogue avec la Corée du Nord, en dépit de nombreuses tentatives américaines pour entamer les discussions». Le silence de la Corée du Nord est une conséquence directe de l'échec du sommet de Hanoï, en février 2019, qui suivait la première rencontre entre Donald Trump et Kim Jong Un en juin 2018 à Singapour.

Des "déclarations d'amour" mais pas d'avancées concrètes

Mais les «déclarations d'amour» de l'ancien président américain au dictateur nord-coréen n'avaient débouché sur aucune avancée concrète, malgré l'espoir d'un réchauffement sur la péninsule coréenne après le dialogue entamé par le président sud-coréen Moon Jae-in avec Kim Jong Un. La Corée du Nord a fini par reprendre les tirs de missiles balistiques, suspendus le temps des discussions avec les Sud-Coréens et les Américains. Au début de l'année, Kim Jong Un avait même qualifié les États-Unis de «plus grand ennemi» du pays, précisant que la Corée du Nord «devrait se concentrer et se développer en vue de subvertir les Etats-Unis, le plus grand obstacle à notre révolution». Il s'était félicité que «de nouvelles recherches de planification pour un sous-marin nucléaire [avaient] été menées à bien et [étaient] sur le point d'entrer dans le processus d'examen final» : le pays devait «développer davantage la technologie nucléaire» et produire des ogives nucléaires légères et de petite taille pour être utilisées «en fonction des cibles visées», avait-il ajouté.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article