Toulouse : aller au musée malgré le Covid grâce aux oeuvres de Fernand Léger installées en plein air aux Abattoirs

Publié le par France 3 Occitanie par Juliette Meurin

Le musée des abattoirs à Toulouse expose des oeuvres de Fernand Léger en plein air. Une façon de retrouver un peu d'activité culturelle tout en respectant les gestes barrières imposées par l'épidémie de Covid.

Un homme photographiant une oeuvre de Fernand Léger dans la cour du musée des Abattoirs à Toulouse. "Les femmes au Perroquet", 1952 (bas-relief en bronze polychrome) • © J.Meurin/FTV

Un homme photographiant une oeuvre de Fernand Léger dans la cour du musée des Abattoirs à Toulouse. "Les femmes au Perroquet", 1952 (bas-relief en bronze polychrome) • © J.Meurin/FTV

Comme tous les lieux culturels, le musée des abattoirs à Toulouse est fermé au public en raison de l'épidémie de Covid mais les extérieurs sont ouverts du mercredi au dimanche de 12h à 17 heures et on peut y admirer une dizaine d'oeuvres de Fernand Léger.

"La Grande Parade", 1953 (mosaïque de pâtes de verre), oeuvre de Fernand Léger dans la cour du musée des Abattoirs à Toulouse • © J.Meurin/FTV

"La Grande Parade", 1953 (mosaïque de pâtes de verre), oeuvre de Fernand Léger dans la cour du musée des Abattoirs à Toulouse • © J.Meurin/FTV

Sur son compte twitter, le musée rappelle que cette visite est gratuite et doit se faire dans le respect des gestes barrières.

La plupart de ces oeuvres signées Fernand Léger sont des mosaïques de pâte de verre coloré. A partir des années 50 le peintre a réalisé des sculptures monumentales inspirées de ses précédents tableaux.

"Les trois musiciens", Fernand Léger dans la cour du musée des Abattoirs à Toulouse • © J.Meurin/FTV

"Les trois musiciens", Fernand Léger dans la cour du musée des Abattoirs à Toulouse • © J.Meurin/FTV

Au musée des Abattoirs à Toulouse, on peut ainsi tourner autour du tournesol, imaginer le concert donné par les trois musiciens ou rêver d'un spectacle de cirque, en attendant des jours meilleurs.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article