Alors que l'enquête sur la disparition de Delphine Jubillar patine, des proches reprennent les recherches sur le terrain

Publié le par France 3 Occitanie par Xavier Marchand

Cela fait plus de trois mois que la jeune infirmière de 33 ans, Delphine Jubillar a disparue de son domicile de Cagnac-les-Mines (Tarn). Quelques proches et habitants du village ont entamé ce jeudi 1e avril des nouvelles recherches dans l'espoir de trouver un indice.

 Ce matin, des proches de Delphine Jubillar ont entamé de nouvelles recherches aux abords de la commune de Cagnac-les-mines dans le Tarn. • © H.Jacques / FTV

Ce matin, des proches de Delphine Jubillar ont entamé de nouvelles recherches aux abords de la commune de Cagnac-les-mines dans le Tarn. • © H.Jacques / FTV

Dans la nuit du mardi au mercredi 16 décembre 2020, Delphine Jubillar disparait soudainement à Cagnac-les-Mines dans le Tarn. Une enquête d'ampleur commence dans le petit village pour tenter de retrouver l'infirmière de 33 ans. En vain pour le moment. Plus de trois mois après sa disparition, le 1er avril, un groupe d'amis de la disparue entame de nouvelles recherches aux abords de la commune.

Amies, voisines et proches de la famille ont décidé de continuer à chercher de leur côté. 

    On a toujours de l’espoir même trois mois après, on se dit pourquoi pas, un indice, quelque chose, il faut se mobiliser, il faut continuer, ne jamais désespérer. Delphine est dans nos coeurs, elle est là, il faut continuer les recherches coûte que coûte. Anne-Marie, amie de la famille

Aujourd'hui, ils ont fait appels aux volontaires pour réaliser une battue citoyenne comme on peut le constater sur cette publication de leur page Facebook.

 Soutiens aux familles de Delphine Aussaguel (Jubillar) via Facebook. • © Capture d'écran / Facebook

Soutiens aux familles de Delphine Aussaguel (Jubillar) via Facebook. • © Capture d'écran / Facebook

Sur leurs pages des réseaus sociaux, ils invitent les gens à les rejoindre toutes les semaines. Ce matin, une vingtaine de personnes quadrillent une zone "pour lutter contre l’attente qui est très difficile et s’activer pour ne pas rester sans rien faire", précise une proche auprès de notre journaliste, Hélène Jacques de France 3 Occitanie.

    Je ne me suis jamais arrêtée de chercher, je n’ai rien à faire devant Netflix à attendre, je pense qu’il faut que l’on soit là pour aider les enquêteurs. C’est pour la conscience, de toute façon, on tourne en rond à la maison, autant être dans les bois a chercher au maximum notre copine. Delphine aurait fait la même chose donc je ne vois pas pourquoi on ne le ferait pas pour elle. Emy, une amie de Delphine

Solidaire et sans jamais arrêter de chercher, tout les volontaires fouillent dans le secteur au tour du village et donnent aux gens la photo de Delphine.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article