Disparition d'Aurélie Vaquier dans l'Hérault : un corps retrouvé au domicile sous une dalle en béton

Publié le par La Dépêche du Midi par F.B. et Cy.B.

Le corps d'Aurélie Vaquier, la jeune femme de 38 ans disparue depuis le 28 janvier dernier, a été retrouvé à son domicile à Bédarieux dans l'Hérault. Un corps a été découvert sous une dalle en béton. Le compagnon d'Aurélie a été placé en garde à vue dans la matinée.  

Aurélie Vaquier a disparu depuis le 28 janvier 2021. Photo gendarmerie de l'Hérault

Aurélie Vaquier a disparu depuis le 28 janvier 2021. Photo gendarmerie de l'Hérault

Un corps a été retrouvé ce mercredi 7 avril, au domicile d'Aurélie Vaquier à Bédarieux dans l'Hérault. Il pourrait s’agir du corps de la femme, dissimulé sous une dalle en béton, selon les informations de Midi Libre. Son compagnon, qui résidait toujours au domicile du couple depuis la disparition a été placé en garde à vue en fin de matinée.

"Les techniciens en investigation criminelle du groupement de gendarmerie de Montpellier procèdent actuellement à l'extraction méticuleuse du corps qui n'est pas encore formellement identifié", a déclaré en début d'après-midi le procureur de la République de Béziers Raphaël Balland dans un communiqué. 

France Bleu indique que plusieurs groupes ont été déployés : les militaires de la compagnie de gendarmerie de Béziers, de la section de recherches de Montpellier et de l'IRCGN (Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale) accompagnés d'un chien spécialisé dans les recherches de personnes disparues ainsi que d’un "géoradar" permettant le sondage des sols et des cloisons qui ont été mobilisés sur cette opération.

Une battue avait été organisée au lac du Salagou (Hérault), le 21 mars 2021. Photo MaxPPP

Une battue avait été organisée au lac du Salagou (Hérault), le 21 mars 2021. Photo MaxPPP

Le compagnon d'Aurélie placé en garde à vue

Aurélie Vaquier n'avait plus donné signe de vie depuis le 28 janvier dernier. Elle avait quitté le domicile avec son téléphone et quelques vêtements mais sans voiture, ni moyen de paiement, ni son chat Latika.

Le 15 février, Samire L., son compagnon, avait indiqué à la famille d'Aurélie qu'il avait reçu un message de la jeune femme envoyé deux jours auparavant. Elle y indiquait qu'elle partait vivre à la campagne, qu'elle laissait son chat et que sa propre famille ne devait surtout pas être au courant. Le compagnon n'avait alerté la gendarmerie de la disparition que le 23 février. Près d'un mois plus tard. Il a expliqué qu'Aurélie avait voulu prendre plusieurs jours pour écrire un livre sur sa vie.

Les gendarmes sont allés l'interpeller en fin de matinée, ce mercredi, au domicile du couple.

Les amis et la famille d'Aurélie se sont mobilisés depuis fin janvier pour la retrouver. Photo AFP

Les amis et la famille d'Aurélie se sont mobilisés depuis fin janvier pour la retrouver. Photo AFP

Le frère n'a jamais cru à la disparition volontaire

Jérémy, un des frères d'Aurélie, n'a jamais cru à la disparition volontaire de sa sœur. Il indiquait à Midi-Libre le 16 mars : "Ma sœur est partie sans voiture. Si elle avait voulu partir volontairement, elle serait partie avec. Elle n'aurait jamais laissé son chat qu'elle adore. Et puis dans le SMS il y avait beaucoup de fautes d'orthographe. Ma sœur est très à cheval sur ça. Elle n'en faisait jamais".

Jérémy, restaurateur à Poussan dans l'Hérault, s'est montré très impliqué dans les recherches. Il a été à l'origine de plusieurs battues pour retrouver sa sœur sur les rives de l'Orb à Bédarieux ou autour du bassin de Thau. La dernière battue avait été organisée le 21 mars dernier autour du lac du Salagou. Sans succès.

Ils vivaient ensemble depuis novembre

Samire.L est un ancien marchand forain originaire de l'Ain. Il s'était installé dans l'Hérault en juin 2020 pour faire la saison comme cuisinier à Marseillan. Pour se loger, il avait trouvé une chambre en colocation dans l'appartement d'Aurélie à Villeveyrac dans l'Hérault. L'employeur de Samire lui avait proposé par la suite de le loger. 

Entre-temps, Aurélie et Samire étaient tombés amoureux. Ils s'étaient installés ensemble en novembre 2020 dans une ancienne galerie d'art du centre-ville de Bédarieux. Ils projetaient d'ouvrir pour l'été 2021 un restaurant et un espace pour vendre des bijoux et des savons bios.

Aurélie, de son côté, faisait les marchés des hauts cantons de l'Hérault sur lesquels elle vendait sa production artisanale de pierres orgonites.

Une information judiciaire pour enlèvement, séquestration et meurtre

Une information judiciaire avait été ouverte le 1er mars par le parquet de Béziers pour enlèvement et séquestration et se poursuit désormais pour des faits de meurtre. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article