Alfonso Célestino

Publié le par Roger Cousin

Alfonso CélestinoCélestino Alfonso, né le 1er mai 1916 à Ituero de Azaba (Province de Salamanque, Espagne) et mort le 21 février 1944, fusillé au fort du Mont-Valérien, est un républicain espagnol, soldat volontaire de l'armée française de libération (FTP-MOI / Groupe Manouchian).

Célestino Alfonso arrive en France dans le début des années 1930. En 1934 il adhére aux Jeunesses communistes et devient responsable du groupe d'Ivry-sur-Seine. En 1936, il part comme volontaire pour l'Espagne républicaine où il arrive le 27 août 1936. Il sert comme mitrailleur avec le grade de sergent puis de lieutenant à partir de 1937. Blessé à la main droite en 1938, il entre à l'intendance et est nommé peu après commissaire politique de la 2e Brigade internationale avec le grade de capitaine.

En février 1939, il est rapatrié au camp de Saint-Cyprien d'où il s'évade. En mai 1942, Célestino Alfonso entre dans la Résistance. Arrêté, il est déporté en Allemagne. Au bout de six mois de camp, il réussit à s'évader, rejoint Paris et devient chef de groupe FT-MOI. Il participe a de nombreux actes à Paris et dans la région d'Orléans et notamment à l'exécution du général Von Schaumburg, commandant du Grand Paris, puis le 29 septembre 1943, à celle du SS Julius Ritter, responsable du STO en France.

Le service de renseignement FTP-MOI, avait remarqué des renforcement des mesures de sécurité rue Saint-Dominique, à Paris. Une grosse Mercedès garnie sur les ailes de fanions à croix gammée, pénétrait régulièrement dans la cour de la Maison de la Chimie et un dignitaire nazi en descendait. Après 4 mois de filatures, la direction militaire de la MOI avise Marcel Rayman, Léo Kneler et Celestino Alfonso de préparer un plan d'attaque contre ce dignitaire.

L'opération est placée sous l'autorité de Missak Manouchian, responsable militaire des FTP-MOI, depuis fin aout 1943. Le 28 septembre 1943, à 8 h 30, la Mercedès stationne quelques minutes avant d'emporter son passager. Célestino Alfonso tire sur l'officier SS quand il monte en voiture. Les vitres amortissent les balles. L'homme est blessé ; il tente de fuir par la portière opposée, mais Marcel Rayman l'achève de 3 balles.

C'est par la presse allemande que les combattants apprennent l'identité du personnage : il s'agit de Julius Ritter, responsable du STO en France. La dénonciation en première page de cet « acte abominable » et les obsèques officielles en l'église de la Madeleine donnent plus d'éclat encore à l'opération. Célestino Alfonso est arrêté en octobre 1943 et fusillé au fort du Mont-Valérien le 21 février 1944 avec 21 autres membres de l'Affiche rouge.

Publié dans Résistants

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article