Andric Ivo

Publié le par rodney42

Andric Ivo Ivo Andrić, né le 9 octobre 1892 à Travnik en Autriche-Hongrie (aujourd'hui en Bosnie-Herzégovine), et mort le 13 mars 1975 à Belgrade, est un écrivain yougoslave. Né en Bosnie dans une famille Croate, il se déclare Serbe après la seconde guerre mondiale 1945, et s'installe définitivement à Belgrade.

Il est lauréat du prix Nobel de littérature en 1961, et a été membre de l'Académie serbe des sciences et des arts. Il a reçu le titre de docteur honoris causa de l'Université Jagellon de Cracovie en 1964.

Rédigés avec un grand souci de la vérité historique, ses récits ont pour cadre la Bosnie. Diplomate avant la guerre, il se consacre à la littérature dès 1945. Il a été un certain temps président de l'Union des Écrivains yougoslaves.

Il est l'auteur le plus connu et le plus traduit (40 langues) de la littérature serbo-croate. Sa famille quitte très vite sa ville de naissance de Travnik. Il grandit à Višegrad, dont il rend célèbre le pont. Après des études à Vienne, il est fait prisonnier par l'Autriche-Hongrie, après l'attentat de Sarajevo de Gavrilo Princip. Membre de Jeune Bosnie, il milite, pour le rattachement de Bosnie à la Serbie.

En 1918 à Belgrade, il devient éditeur et adhère au milieu littéraire de Belgrade la capitale de la première Yougoslavie, où il fréquente des personnalités comme Miloš Crnjanski et Miličić. Ils se réunissent régulièrement à l'hôtel Moskva (Belgrade). Mais très vite, il se fait remarquer par le gouvernement de Belgrade, qui a une totale confiance en lui, de par son passé de militant dans Jeune Bosnie, ainsi qu'en ses compétences intellectuelles.

Il débute alors une carrière de diplomate dans plusieurs capitales européennes, où il défend avec une grande efficacité les intérêts du royaume de Yougoslavie. Avec un sommet entre 1939 et 1941, lorsque il est nommé ministre plénipotentiaire de la diplomatie à Berlin.

Lorsque la guerre éclate, et que les Allemands bombardent Belgrade le 6 avril 1941, il refuse de gagner la Suisse, mais rentre à Belgrade ou il vit chez son ami Milenković. Dans une petite chambre, il écrit ses deux plus célèbres romans, La Chronique de Travnik puis Le pont sur la Drina.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article