Antonelli Ferdinando Giuseppe

Publié le par Mémoires de Guerre

Giuseppe Ferdinando Antonelli, né le 14 juillet 1896 à Subbiano dans la province d'Arezzo, et décédé le 12 juillet 1993 à Rome, était un cardinal franciscain de l'Église catholique romaine. 

Antonelli Ferdinando Giuseppe

Religieux et prêtre

Giuseppe Ferdinando Antonelli entre comme novice dans l'Ordre franciscain en 1909, à Florence. Il étudie ensuite à l'Université pontificale de Saint-Antoine de Rome la théologie et la philosophie catholique. Le 7 avril 1914, il prononce ses vœux perpétuels. Pendant la Première Guerre mondiale, il est mobilisé. Il est ordonné prêtre le 25 juillet 1922 à Rome puis étudie à partir de 1928 à l'Institut pontifical d'archéologie chrétienne.

De 1928 à 1965, il est chargé de cours à l'Université pontificale de Saint-Antoine, dont il est recteur de 1937 à 1943 et de 1953 à 1959. En outre, il est de 1939 à 1945, définiteur général de l'Ordre franciscain. De 1962 à 1965, il participe également comme théologien des conciles au concile de Vatican II.

Évêque

Le 26 janvier 1965, Paul VI le nomme secrétaire de la Congrégation des rites. Un an plus tard, le 19 février 1966, il le fait archevêque titulaire (ou in partibus) d'Idicra et lui donne le 19 mars de la même année la consécration épiscopale dans la basilique Saint-Pierre ; les coconsécrateurs étant Francesco Carpino et Ettore Cunial. Le 7 mai 1969, il est nommé secrétaire de la Congrégation pour les causes des saints nouvellement créée.

Cardinal

Lors du consistoire du 5 mars 1973, Paul VI le crée cardinal avec le titre de cardinal-diacre de S. Sebastiano al Palatino. Le 2 février 1983, Jean-Paul II l'éleve au rang de cardinal-prêtre pro hac vice. Il est devenu le cardinal le plus âgé du Sacré Collège à la mort du cardinal français Henri de Lubac le 4 septembre 1991. À son propre décès le 12 juillet 1993, c'est le chinois Ignatius Kung Pin-mei qui lui succède comme cardinal le plus âgé. 

Publié dans Eclésiastiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article