Bartosch Berthold

Publié le par Mémoires de Guerre

Berthold Bartosch, né le 29 décembre 1893 à Polaun en Bohême (Autriche-Hongrie) et mort le 13 novembre 1968 à Paris, est un réalisateur allemand. 

Bartosch BertholdBartosch Berthold

Fils de cordonnier, il fait ses études à Vienne. Il est dans la même école d'arts qu'Adolf Hitler, et dans la même classe. Il se déplace à Berlin en 1920, et collabore avec Lotte Reiniger pour ses animations en papier découpé et en silhouettes dans les films suivants :

  • L'ornement du cœur affectueux
  • La bataille de Skagerrak
  • Les aventures de prince Achmed (1923-1926)
  • Dr Dolittle (1928)

En 1929, Bartosch s'installe à Paris, trouvant un abri sous le toit du théâtre du Vieux-Colombier à Paris, grâce au soutien de Jean Tedesco (directeur du théâtre de novembre 1924 à 1934). Il a aussi pour amis Jean Renoir et le critique d'art Wilhelm Uhde. Il construit dans un réduit le plus petit studio d'animation du monde, et réalise un film de 30 minutes L’Idée. Son premier grand travail dans le film d'animation, avec une atmosphère d'une souplesse et d'une grande poésie, est montré en décembre 1931 au cinéma "Studio Raspail" à Paris. Les personnages et les décors du film sont composés de plusieurs couches de différents types de papier allant du semi-transparent au carton épais.

Les effets spéciaux comportent des halos, de la fumée et du brouillard. Ils sont réalisés avec de la mousse de savon étalée sur des glaces, posées les unes sur les autres, avec un espace entre elles, et éclairées par la tranche avec de faibles ampoules électriques de 30 watts. La lumière, s'irisant dans le savon, donne des effets merveilleux. La caméra utilisée, de 35 mm Parvo K, actionnée par une pompe (réplique d'une pompe à bicyclette, est construite avec une grande précision. Une image du film peut ainsi résulter de plusieurs surimpressions, jusqu'à 18. Le film représente trois ans de travail, strictement individuel et solitaire, sans aucune aide extérieure, pas même celle de son épouse. Le film s'inspire d'un livre avec des gravures sur bois de Frans Masereel. La musique du film L'Idée, composée par le compositeur français Arthur Honegger, avec un apport des ondes Martenot, marquerait la toute première utilisation d'un instrument électronique dans l'histoire du cinéma.

Juste avant la Seconde Guerre mondiale, Bartosch commence à réaliser un second film d'animation de 900 mètres sur le cosmos. Les nazis détruisent le négatif, sans que Bartosch puisse voir une seule image. Lorsque Bartosch était à Vienne, il avait fait des micro-films anti-nazis destinés à l'usage des Allemands du temps d'Hitler. La destruction du deuxième film de Bartosch est un coup trop dur, même pour sa volonté de fer. Il ne s'en est jamais plaint, mais, selon Alexandre Alexeïeff, le restant de sa vie il a espéré refaire sa vie d'artiste que la Guerre avait brisée. En 1948, Bartosch passe une année en travaillant pour l'UNESCO, sous la direction de George Dunning, un réalisateur animateur travaillant à Londres près de Soho Square et connu pour sa réalisation du dessin animé des Beatles en 1968, Le Sous-marin jaune (Yellow Submarine).

Publié dans Réalisateur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article