Beuys Joseph

Publié le par Roger Cousin

Beuys JosephJoseph Heinrich Beuys, né à Krefeld le 12 mai 1921 et décédé le 23 janvier 1986 à Düsseldorf ; artiste allemand qui a produit nombre de dessins, sculptures, de performances, de vidéos, d'installations et de théories, dans un ensemble artistique très engagé politiquement. Le travail de Joseph Beuys est un questionnement permanent sur les questions de l'humanisme, l'écologie, la sociologie — et en particulier de l'anthroposophie. Cela le conduisit à définir notamment le concept de « sculpture sociale » en tant qu'oeuvre d'art totale, énoncée dans les années 1970 avec « Chaque personne un artiste », par l'exigence d'une concertation créative entre la société et le politique.

A la fois controversé et admiré, Joseph Beuys est considéré comme le pendant allemand des artistes Fluxus, et compte au niveau international comme l'un des artistes majeurs de l'art contemporain. Sa vie commence déjà par une fiction. Il déclarait être né à Clèves et non à Krefeld. C'est en découvrant des illustrations des sculptures de Wilhelm Lehmbruck que Beuys ressent grandement la volonté de devenir sculpteur au cours des années 1930. Il obtiendra son baccalauréat en 1940, juste avant d'être enrôlé en tant que pilote dans l'armée de l'air allemande. Un évènement (fictif ? beaucoup se posent la question aujourd'hui...) va être déterminant pour la suite de sa vie : pilote de la Luftwaffe sur le front russe pendant la Seconde Guerre mondiale, il s'écrase en Asie à bord de son appareil en 1942 (autres versions : en Sibérie / en Crimée / en Hollande ; en 1943 / en 1944). Recueilli par des Tatares qui lui donnent du miel en guise de nourriture, il revient à la vie, recouvert de graisse et enroulé dans des couvertures de feutre.

Dès lors, à partir de la fin de la guerre, il devient la figure emblématique du mouvement Bewegung. Sa production artistique constituée d'actions, de peintures, de dessins, de sculptures, de vitrines s'étend sur plus de 30 ans où, simultanément, il réalise de nombreuses conférences (Londres, Düsseldorf, Bruxelles, Paris, New York,...) tout en enseignant dans de nombreux instituts (Düsseldorf, 1961-1972). Lorsqu'il s'est écrasé au-dessus de la Crimée, Beuys passe pour avoir été secouru par des nomades qui l'ont recouvert de feutre et de graisse afin de le protéger du froid. C'est sur cet épisode peu ordinaire (ou sur le mythe de cet accident) qu'il va édifier une œuvre à caractère autobiographique et métaphorique. Les croix rouges qui apparaissent dans certaines de ses œuvres comme Infiltration homogène pour piano à queue (1966) rappellent ainsi des souffrances occultées, personnelles ou ancestrales. La symbolique passe également par l'emploi de matériaux non-conventionnels.

A partir de 1964, Beuys inclut dans ses installations des matériaux organiques qui lui tiennent à cœur depuis son accident d'avion : le feutre qui isole du froid, la graisse symbole de chaleur et d'énergie, le miel, mais aussi la cire d'abeille, le terre, le beurre, les animaux morts, le sang, les os, le soufre, le bois, la poussière, les rognures d'ongles, les poils. Ces derniers matériaux montrent la réutilisation par Beuys des déchets, non pas pour les magnifier, mais pour les mettre au service de l'art et explorer leur matérialité. L'originalité de Beuys tient à ce que, non content de construire son œuvre sur le récit de sa vie (démarche inédite à l'époque), il retourne les termes du problème et s'efforce de mener son œuvre comme un projet existentiel. L'artiste s'invente un personnage (reconnaissable à son chapeau et son gilet) qui investit tous les domaines : professorat à l'académie des Beaux-Arts de Düsseldorf, création du Deutsche Studenten Partei en 1966, puis d'une Université libre internationale (manifeste de 1972) ; activités politiques et sociales diverses comportant une dimension ironique et ambigüe.

C'est en partie à cause de cette ironie sous-jacente que Beuys a été décrié par certains de ses contemporains : il lui fut reproché, entre autres, la dimension mystique de son œuvre, la récupération de l'Histoire (la tragédie de la Seconde Guerre mondiale est un thème récurrent de ses travaux), mais surtout une certaine propension au culte de la personnalité. Beuys crée le concept de sculpture sociale devant permettre d' arriver à une société plus juste ; il pense que tout homme est artiste, et que si chacun utilise sa créativité tous seront libres. Les travaux de Beuys ont donc de nombreuses clefs d'entrée ; ils participent à la fois de ce qu'on appelle une œuvre d'art totale (Gesamkunstwerk) et de formes artistiques basées sur la sensation et sur le sensationnel.

Publié dans Métiers du Spectacle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article