Boitel Jeanne

Publié le par Mémoires de Guerre

Jeanne Boitel naît le 4 janvier 1904 à Paris. Elle commence par monter sur les planches où elle est capable de jouer la comédie mais aussi de chanter. 

Boitel Jeanne
Boitel Jeanne
Boitel Jeanne

En 1931, elle tourne son premier film à Berlin «Le petit écart», co-réalisé par Henri Chomette, frère aîné de René Clair et par l’acteur et cinéaste Reinhold Schünzel. Elle a pour partenaire Pierre Richard-Willm qu’elle retrouve pour «Un soir au front» de Alexandre Ryder, d’après la pièce du Belge Henri Kistemaeckers. Elle y incarne une jeune femme qui, dans l’Alsace encore annexée à l’Empire Germanique, sauve et aime un officier français mais reste fidèle à son mari allemand. Toujours la même année, elle donne la réplique à Victor Francen, le fidèle serviteur du duc de Reichstadt dans «L’aiglon» d’Edmond Rostand, adapté par Victor Tourjansky. Elle termine l’année par des comédies de boulevard dont «L’amoureuse aventure» de Wilhelm Thiele, avec Albert Préjean. L’année 1932 reste tout aussi active avec notamment «Chotard et Cie» de Jean Renoir, où Fernand Charpin empêche le mariage de sa fille à un écrivain en herbe; et «Trois pour cent» de Jean Dréville, où les parents d’un jeune homme pauvre empêchent son mariage avec une jeune fille riche!

En 1933, Jeanne Boitel est encore la vedette féminine de «Casanova» de René Barberis avec Ivan Mosjoukine dans le rôle du célèbre Vénitien mais aussi de «Remous» de Edmond T Gréville où elle est l’épouse infidèle d’un mari impuissant qui se suicide pour la laisser libre. Puis elle retrouve Reinhold Schünzel qui tourne à Berlin, «Les dieux s’amusent» (1934), une comédie musicale sur le thème de la mythologie grecque: Jeanne y est une très jolie Alcmène épouse d’Amphitryon alias Henri Garat. Elle est aussi très convaincante en Madame de Pompadour dans «Remontons les Champs-Élysées» (1938) de Sacha Guitry. Pendant l’occupation allemande, l’actrice qui a déjà à sa filmographie une trentaine de titres en seulement dix ans, ne tourne qu’un seul court métrage.

Par contre restée à Paris, Jeanne Boitel renoue avec ses premières amours en jouant notamment au théâtre de la Comédie des Champs-Élysées «Un homme qui revient de loin» et en interprétant au cours de la saison théâtrale 1942-1943, au Théâtre des Variétés, le rôle de Madame Vavalesco dans «Son Excellence», une opérette de Maurice Yvain. Après la guerre elle reste fidèle aux planches et devient pensionnaire de la Comédie-Française de 1947 à 1966. C’est Sacha Guitry qui l’a fait revenir au cinéma pour trois rôles successifs. Elle est Madame de Sévigné, notre célèbre Dame de Lettres, dans «Si Versailles m’était conté» (1953).

Puis elle se fait proche de Talleyrand en interprétant la Duchesse de Dino, dans «Napoléon» (1954) avec Raymond Pellegrin dans le rôle-titre, avant d’incarner Sarah Bernhardt pour «Si Paris m’était conté» (1955). Enfin sous la direction de Jean Delannoy, elle est la fidèle Madame Campan qui assiste jusque dans sa geôle, Michèle Morgan remarquable en «Marie-Antoinette, reine de France» (1955), puis elle devient l’épouse de Jean Gabin transformé en commissaire pour «Maigret tend un pièce» (1957). Jeanne Boitel a un dernier petite rôle dans le feuilleton télévisé «Le neveu d’Amérique» (1973) avant de prendre une retraite bien méritée. Elle décède dans sa ville natale dans sa quatre-vingt quatrième année, le 7 août 1987.

Filmographie

  • 1931 : L'Aiglon de Victor Tourjansky
  • 1931 : Une nuit à l'hôtel de Léo Mittler
  • 1931 : Le Petit Écart de Reinhold Schünzel et Henri Chomette
  • 1931 : Un soir au front de Alexandre Ryder
  • 1931 : Un coup de téléphone de Georges Lacombe
  • 1931 : Être vedette - court métrage - de Émile G. de Meyst
  • 1931 : Une fameuse idée - court métrage - de René Barberis
  • 1932 : L'Amoureuse Aventure de Wilhelm Thiele : Ève
  • 1932 : Chotard et Cie de Jean Renoir
  • 1932 : Ah! quelle gare! de René Guissart
  • 1932 : Conduisez-moi Madame de Herbert Selpin
  • 1932 : Si tu veux de André Hugon : Maryse
  • 1932 : Maurin des Maures de André Hugon : Mme Labarterie
  • 1932 : L'Affaire de la rue Mouffetard - court métrage - de Pierre Weill
  • 1932 : Célérité et Discrétion - court métrage - de Émile G. de Meyst
  • 1933 : Casanova de René Barberis
  • 1933 : Le Grillon du foyer de Robert Boudrioz
  • 1933 : Son autre amour de Constant Rémy et Alfred Machard
  • 1933 : Trois pour cent de Jean Dréville
  • 1934 : Remous de Edmond T. Gréville
  • 1934 : Famille nombreuse de André Hugon
  • 1935 : Les dieux s'amusent de Reinhold Schünzel et Albert Valentin
  • 1936 : Femmes de Bernard Roland
  • 1936 : Romarin de André Hugon
  • 1937 : Les Hommes de proie de Willy Rozier
  • 1938 : Remontons les Champs-Élysées de Sacha Guitry
  • 1938 : Petite Peste de Jean de Limur
  • 1938 : Le Mariage de Véréna de Jacques Daroy
  • 1938 : Ceux de demain de Adelqui Millar
  • 1939 : Une main a frappé de Gaston Roudès
  • 1941 : Méphisto 41 - court métrage - de René Delacroix
  • 1953 : Si Versailles m'était conté... de Sacha Guitry
  • 1954 : Napoléon de Sacha Guitry
  • 1955 : Si Paris nous était conté de Sacha Guitry
  • 1955 : Marie-Antoinette de Jean Delannoy
  • 1956 : Bonjour jeunesse de Maurice Cam
  • 1957 : Maigret tend un piège de Jean Delannoy

Théâtre

  • 1924 : Ysabeau de Paul Fort, mise en scène Firmin Gémier, Théâtre de l'Odéon
  • 1925 : Faust d'après Goethe, mise en scène Firmin Gémier, Théâtre de l'Odéon
  • 1925 : Le Rosaire d'André Bisson, Théâtre de l'Odéon
  • 1937 : Le Mari singulier de Luc Durtain, Théâtre de l'Odéon
  • 1938 : Le Comédien de et mise en scène Sacha Guitry, Théâtre de la Madeleine
  • 1943 : La Dame de minuit de Jean de Létraz, mise en scène Denis d'Inès, Théâtre de l'Apollo
  • 1945 : L'Aiglon de Edmond Rostand, mise en scène Maurice Lehmann, Théâtre du Châtelet
  • 1947 : Ruy Blas, Victor Hugo, mise en scène Pierre Dux, Comédie-Française
  • 1952 : Les Nuées d'Aristophane, mise en scène Socrato Carandinos, Comédie-Française
  • 1952 : Duo de Paul Géraldy, mise en scène Pierre Dux, Comédie-Française
  • 1959 : Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, mise en scène Charles Gantillon, Jean Le Poulain, Théâtre des Célestins
  • 1962: La Troupe du Roy, Hommage à Molière, mise en scène Paul-Émile Deiber, Comédie-Française
  • 1963 : La Foire aux sentiments de Roger Ferdinand, mise en scène Raymond Gérôme, Comédie-Française

Publié dans Acteurs et Actrices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article