Camp de Westerbork

Publié le par Mémoires de Guerre

Westerbork (camp de regroupement et de transit) est un camp de concentration nazi situé aux Pays Bas utilisé par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale comme camp de transit vers les camps d'exterminations de Pologne occupée. Le camp de Westerbork se situe à 15 kilomètres du village homonyme.

Camp de Westerbork

Historique

Le camp est construit en 1939 par les autorités hollandaises pour y parquer les réfugiés juifs allemands légaux et clandestins avec l'objectif à terme d'une émigration vers la Palestine. Les premiers réfugiés arrivent à l'automne 1939. En mai 1940 le chiffre atteint 800 et 1100 en juillet 1941. Pendant cette période les autorités d'occupation font le recensement de toute la population juive hollandaise qui dès lors est assignée à résidence dans des conditions très difficiles. À partir de 1941 les allemands font de Westerbork un camp de transit dans le cadre de la politique de déportation et d'extermination des Juifs. Des baraques en bois sont édifiées, des barbelés entourent le camp. Début juillet 1942 la police de sécurité SS le SD administre le camp dirigé tour à tour par Erich Deppner (juillet et aout 1942), Joseph Hugo Dischner (1 septembre au 9 octobre 1942) et Albert Konrad Gemmeker (9 octobre 42 jusqu'à la libération du camp).

Un Judenrat est créé pour faciliter l'organisation des convois dont les horaires, taille et destination sont fixés par les SS avec au centre du processus un fichier central pour constituer les listes de déportation. Une police Juive (Judischer ordnungsdienst) assure le maintien de l'ordre et constitue les wagons de transport vers Auschwitz. Cohabitent dans le camp une école, un hôpital, un orchestre, un restaurant et diverses activités culturelles pour rassurer les détenus et endormir leur soupçons sur le sort tragique qui les attend. Environ cent mille Juifs hollandais sont déportés vers les camps de la mort du 1er juillet 1942 jusqu'en septembre 1944 à partir de la gare de Hooghalen jusqu'en novembre 1942 puis la voie ferrée ayant été prolongée depuis le camp lui-même. En tout 93 convois transporteront 55 000 Juifs vers Birkenau, 34 000 Juifs vers Sobibor 4 000 vers Bergen-Belsen et environ 5 000 vers Theresienstadt. Le quota de déportation pour la Hollande fixé à 40000 Juifs par Heinrich Himmler est atteint dès la fin de 1942. Pourtant les convois ne cessent de partir vers l'est.

Édith Stein est internée quelques jours entre le 2 aout et le 7 aout 1942. Etty Hillesum est internée du 30 juillet 1942 au 7 septembre 1943 et Anne Frank et sa famille furent internées au camp du 8 aout au 2 septembre 1944. Toutes les trois seront déportées vers Auschwitz. Le dernier convoi date du 13 septembre 1944. Le camp est libéré le 12 avril 1945 par le 4e régiment d'infanterie de l'artillerie royale canadienne qui y découvrent près de 900 survivants. Au nom de la mémoire ont été créés un monument dédié aux victimes et un mémorial. Sur l'appelplatz sont disposées 102 000 pierres qui représentent le nombre total des victimes.

Publié dans Camps de Concentration

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article