Carrero Blanco Luis

Publié le par Roger Cousin

Carrero Blanco LuisLuis Carrero Blanco (Santoña, 4 mars 1903 - Madrid, 20 décembre 1973) était un homme d'État et un amiral espagnol. En 1936, quand éclate la guerre civile espagnole, il se trouvait derrière les lignes républicaines et dut traverser le front afin de rejoindre le camp nationaliste, où il servit dans la marine pendant le conflit. Après la victoire des nationalistes et le début de la dictature de Francisco Franco, il devint l'un de ses plus proches collaborateurs ainsi que le directeur des opérations navales. Il est dit qu'il fut un opposant à l'entrée de l'Espagne aux côtés de l'Axe durant la Seconde Guerre mondiale, en opposition aux phalangistes. Lui-même était en fait un monarchiste.

Devenu ministre en 1957, vice-amiral en 1963 puis amiral en 1966, il est vice-président du gouvernement de 1967 à 1973. Il atteignit sa plus haute position quand il fut nommé président du gouvernement le 6 juin 1973, faisant de lui le successeur probable de Franco. Les historiens estiment que la mort de Carrero Blanco, symbole du « franquisme pur et dur » et principal homme de confiance du chef de l'Etat, a ruiné toutes les chances de subsistance de la dictature après la mort de Francisco Franco en 1975.

Il fut tué à Madrid par quatre membres d'ETA, organisation indépendantiste basque d'extrême gauche, qui firent exploser une bombe1 située dans un tunnel creusé sous la rue au passage de sa Dodge Dart GT 3700 lors de son retour de la messe. La voiture, conçue pour résister à une charge de dynamite de 2 000 kg, s'envola par-dessus le toit d'un couvent adjacent pour retomber dans sa cour. Outre Luis Carrero Blanco, le chauffeur et un officier furent tués dans l'explosion. Le véhicule, qui ne fut pas désintégré mais resta d'un seul tenant, est conservé par le Musée de l'Armée à l'Alcazar de Tolède.

Cet assassinat (surnommé Operación Ogro, Ogro = L'ogre, le surnom donné par ses opposants) constitue le principal coup porté par ETA à la dictature franquiste. Dans le communiqué revendiquant cet attentat, ETA explique d'ailleurs que Carrero Blanco a été choisi comme cible parce qu'il constituait un élément essentiel à l'équilibre du franquisme. (Le récit de la préparation ainsi que de l'attentat par des membres de l'ETA a été publié dans un livre, longtemps interdit et clandestin: Opération Ogro. La violence de l'explosion qui a coûté la vie à Luis Carrero Blanco a donné naissance à un slogan largement scandé au cours des défilés contestataires des années 1970 : « Et hop, Franco, plus haut que Carrero !. » Une boutade populaire en Espagne fait également de lui « le premier astronaute espagnol ».


Publié dans Militaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article