Ces nazis qui doivent encore être jugés

Publié le par Courrier International

Ces nazis qui doivent encore être jugés

Le Centre Simon Wiesenthal vient de publier sa liste des dix anciens nazis les plus recherchés en date du 1er avril 2008.

Ces nazis qui doivent encore être jugés

1) Le docteur Aribert Heim (lieu de résidence inconnu). Il a tué des centaines de prisonniers du camp de concentration de Mauthausen, où il était médecin. Il a disparu en 1962, alors que la police s'apprêtait à l'arrêter. L'Allemagne a émis un mandat d'arrêt international contre lui.

2) John Demjanjuk (Etats-Unis). Originaire d'Ukraine, il est soupçonné par les autorités américaines d'avoir été gardien dans les camps de concentration, ce qu'il nie. Suspecté d'avoir été "Ivan le terrible", le tortionnaire de Treblinka, il a été extradé vers Israël en 1986, où il a été condamné à mort, puis acquitté en 1993. Sa nationalité américaine lui a été rendue en 1998, puis à nouveau retirée en 2002. Il a entamé une procédure d'appel contre la décision rendue en janvier par le juge des services d'immigration qui l'envoyait en Allemagne, en Pologne ou en Ukraine.

3) Sandor Kepiro (Hongrie). Ancien officier de la gendarmerie hongroise, il est accusé d'avoir participé à l'assassinat de plus de 1 000 civils en Serbie pendant la guerre. Il a été condamné à deux reprises par la justice hongroise, en 1944 et en 1946, mais n'a jamais purgé sa peine. Kepiro est rentré dans son pays natal en 1996, après avoir passé plusieurs décennies en Argentine. Il nie toutes les accusations. La Hongrie a rouvert l'enquête.

4) Milivoj Asner (Autriche). Il était le chef de la police sous le régime croate pronazi. Il est soupçonné d'avoir joué un rôle actif dans la persécution et la déportation de centaines de Serbes, Juifs et Tziganes. La Croatie a demandé son extradition à l'Autriche qui a refusé au motif que sa santé ne lui permet pas d'être interrogé ou de comparaître devant un tribunal.

5) Soren Kam (Allemagne). Ancien SS recherché par le Danemark pour l'assassinat d'un journaliste en 1943. Son extradition a été refusée en 2007 par un tribunal allemand pour manque de preuves.

6) Heinrich Boere (Allemagne). Ancien Waffen SS, il est accusé du meurtre de trois civils néerlandais, ce qu'il a reconnu. Condamné à mort par contumace aux Pays-Bas en 1949, il a vu sa peine commuée en prison à vie. La justice allemande a refusé de l'extrader, puis a déclaré que sa condamnation n'était pas valide. Le parquet de Dortmund l'a de nouveau inculpé pour meurtre ce mois-ci.

7) Charles Zentai (Australie). Ancien soldat hongrois, une enquête à son encontre a été ouverte en décembre 2004 par le ministère des Affaires étrangères hongrois. Il est soupçonné d'avoir tué Peter Balazs à Budapest en 1944 parce qu'il ne portait pas l'étoile jaune qui l'identifiait en tant que Juif. Zentai nie et se bat contre son extradition.

8) Mikhaïl Gorshkow (Estonie). Les autorités américaines et les associations juives l'accusent d'avoir participé à l'assassinat de Juifs pendant son service en tant qu'interprète et interrogateur pour la Gestapo en Biélorussie. Il est rentré en Estonie, son pays natal, en 2002, juste avant qu'une cour fédérale lui retire la nationalité américaine pour avoir menti sur ce qu'il avait fait pendant la guerre. La justice estonienne a ouvert une enquête à son encontre.

9) Algimantas Dailide (Allemagne). Ancien officier de la police de Vilnius, il a été reconnu coupable par un tribunal lituanien en 2006 d'avoir contribué à des rafles de Juifs pour le compte des nazis. Les Etats-Unis l'ont extradé vers l'Allemagne en 2003 pour avoir menti dans sa demande d'immigration. Il vit en Allemagne, mais s'est volontairement rendu en Lituanie pour être jugé.

10) Harry Mannil (Venezuela). Ancien officier de la police politique estonienne et des forces de sécurité allemandes pendant l'occupation nazie en Estonie. En examinant une demande de visa déposée par Mannil dans les années 1990, les autorités américaines ont conclu qu'il avait participé à l'assassinat de centaines de Juifs et lui ont refusé l'entrée aux Etats-Unis. Une enquête estonienne menée en 2005 l'a disculpé des accusations de crime contre l'humanité dirigées contre lui.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sandrine 06/05/2011 10:23



Ta petite phrase de dédouannement est illisible, il faudrait que tu changes la couleur de la police