Ching-wu Chang

Publié le par Mémoires de Guerre

Chang Ching-wu, écrit Zhang Jingwu (3 septembre 1906 Yanling, Hunan - 27 octobre 1971), est un homme politique et lieutenant-général chinois communiste. 
 

Ching-wu Chang

Chang Ching-wu est né le 3 septembre 1906 dans le village de Xiaguan, municipalité de Miandu, comté de Ling (aujourd'hui Yanling), dans la province méridionale du Hunan. En 1925, il sort diplômé de l'école normale provinciale No 3 du Hunan. De 1925 à 1928, il est étudiant dans une école officielle de la province du Hunan. Zhang rejoint le Parti communiste chinois en 1930 et participe à la longue marche. Il participe à l'incorporation du Tibet à la République populaire de Chine et reste secrétaire du parti communiste chinois au Tibet entre mars 1952 et août 1965. Au début de la révolution culturelle, il est vice-président du Département central du PCC pour la stratégie du front-uni du travail. Selon Hugues-Jean de Dianous de La Perrotine, le 1er avril 1952 des troubles ont lieu à l'instigation de Lukhangwa qui, avec d'autres nobles tibétains, a formé un parti anti-chinois, le Mimang Tsongdu, qui réclame le départ de l'armée populaire de libération.

Le représentant chinois à Lhassa, Chang Ching-wu, demande la démission des personnages qui ont établi le Mimang Tsongdu, lequel est dissous par le dalaï-lama le 1er mai 1952 mais subsistera dans l'ombre jusqu'à mars 1959. Le Mimang Tsongdu était un mouvement de résistance populaire. Cinq hommes avaient présenté une liste de 6 doléances aux autorités chinoises. Plutôt que de se préoccuper du mécontentement populaire, Chang Ching-wu en rejeta la responsabilité sur les 2 premiers ministres, Lukhangwa et Lobsang Tashi. Lukhangwa avait osé dire à Chang Ching-wu que le peuple souffrait de faim et que les demandes chinoises étaient exorbitantes. Il n'imaginait pas que Lukhangwa puisse être un patriote honnête et incorruptible. Après 1966, il subit de graves persécutions et meurt en 1971, en raison de mauvais traitements, à la prison de Qincheng. Il y cotoie le Tibétain Phuntsok Wangyal avec qui il avait travaillé au Tibet.

Publié dans Militaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article