Ciboulette

Publié le par Claude Autant-Lara

CibouletteCiboulette est un film français de Claude Autant-Lara, sorti en 1933. Le film est une adaptation, assez peu respectueuse, de l'opérette de Reynaldo Hahn, Francis de Croisset et Robert de Flers. L’action se passe à Paris et à Aubervilliers en 1867. Acte I - 1er tableau : Le cabaret du chien qui fume. 2e tableau : Le carreau des Halles - La jeune Ciboulette est maraîchère aux Halles. Sa voisine sur le carreau, la mère Pingret lui prophétise un beau mariage. Mais pour que la prédiction se réalise, il lui faudra auparavant découvrir son futur époux sous un chou, blanchir la perruque rousse d’une rivale et recevoir un billet de faire-part sur un tambour basque. Antonin de Mourmelon, jeune et riche benêt, qui vient d'être plaqué par sa maîtresse, la cocotte Zénobie, au profit de l’avantageux capitaine Roger, promène son désespoir dans les Halles où il fait la connaissance de Ciboulette. Les deux jeunes gens sympathisent, mais doivent bientôt se quitter.

Acte II - 3e tableau : A Aubervilliers, chez le père Grenu - Antonin s'endort sous un tas de choux dans la carriole de Ciboulette, qui se rend à Aubervilliers chez son oncle Grenu, accompagnée de Duparquet, qui n'est autre que le Rodolphe vieilli de "La vie de Bohème". À la ferme du père Grenu, Ciboulette, enchantée, découvre Antonin. Première prophétie réalisée. Les deux jeunes gens se plaisent de plus en plus : Ciboulette est déjà amoureuse ; Antonin hésite encore entre le souvenir de Zénobie et le charme de la petite maraîchère.

Zénobie arrive à la ferme en joyeuse compagnie. Ciboulette enferme Antonin dans la cave afin qu'il ne soit pas tenté de courir après son ancienne maîtresse. Bien entendu, Ciboulette et Zénobie se disputent et la deuxième prophétie est bientôt remplie : la rousse cocotte reçoit sur la tête un panier rempli de farine. Un peu plus tard, Ciboulette raconte l'incident à Antonin qui lui reproche vertement sa façon d'agir. Échanges verbaux orageux entre les " deux futurs époux ". Le jeune benêt, persuadé que Zénobie l’aime toujours, s’en va la retrouver. Ciboulette est aussi furieuse que désespérée. Mais Duparquet-Rodolphe est là. Il a décidé d’aider ces deux enfants. Ayant remarqué la jolie voix et la fantaisie de la jeune fille, il va tenter de lui faire conquérir Paris sous le pseudonyme de Conchita Ciboulero.

Acte III - 4e tableau : une soirée chez Olivier Métra - Duparquet présente la jeune maraîchère à Olivier Métra, le célèbre compositeur de valses et voici notre héroïne bien partie pour devenir une grande vedette. Tous les personnages se retrouvent à une soirée donnée par Olivier Métra, à laquelle Ciboulette apparaît masquée. Antonin, invité par Duparquet, promène sa tristesse. Ayant définitivement rompu avec Zénobie, il ne pense qu’à Ciboulette dont il a perdu la trace ; il décide d'en finir avec la vie. Aidé par Duparquet, il rédige son propre billet de décès qui sera remis, au cours de la soirée, sur un tambour basque à Conchita-Ciboulette. Antonin finit par reconnaître Ciboulette. La troisième condition étant remplie, les deux amoureux peuvent sans crainte tomber dans les bras l'un de l'autre.

videoFiche technique

  • Titre français : Ciboulette
  • Réalisation : Claude Autant-Lara
  • Scénario, Adaptation et dialogues : Claude Autant-Lara, Jacques Prévert, d'après la pièce de Francis de Croisset et Robert de Flers
  • Décors: Lazare Meerson, Alexandre Trauner
  • Costumes : Yves Allégret, Claude Autant-Lara, Lou Bonin
  • Photographie : Charles Bauer, Curt Courant
  • Son : William Wilmarth
  • Montage : Henri Taverna, André Versein
  • Musique : Reynaldo Hahn
  • Sociétés de production : Pathé-Natan, Cipar Films
  • Société de distribution : Pathé Consortium Cinéma
  • Pays d’origine : France
  • Langue originale : français
  • Format : Noir et blanc — son Mono
  • Genre : Comédie musicale
  • Durée : 85 minutes
  • Date de sortie : France : 10 novembre 1933

videoDistribution

  • Simone Berriau : Ciboulette
  • Robert Burnier : Antonin
  • Armand Dranem : Le père Grenu
  • André Urban : Monsieur Duparquet
  • Madeleine Guitty : La mère Pingret
  • Georges Pomiès : Olivier Métra
  • Thérèse Dorny : Zénobie
  • Guy Ferrant : Roger de Lansquenet
  • Marcel Duhamel : Le voleur
  • Jacques Prévert : L'Âne
  • Ginette Leclerc : Une cocotte
  • Viviane Romance : Une cocotte
  • Monique Joyce : Une cocotte
  • Christiane Dor : La servante
  • Marie-Jacqueline Chantal : Une invitée chez Métra
  • Lucien Raimbourg : Victor
  • Raymond Bussières : un clochard
  • Charles Camus : Grisart
  • Louis Florencie : Trancher
  • Pedro Elviro (Pitouto) : Arthur et Meyer
  • Eugène Stuber : Un fort des halles et un faune
  • Robert Casa
  • Jean Lods
  • Max Morise
  • Léon Moussinac

 

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article