D'Agraives Jean

Publié le par Roger Cousin

Jean d'Agraives est le nom de plume de Frédéric Causse, né à Paris le 13 mai 1892 et mort à Paris le 21 novembre 1951. Héritier littéraire de son père Charles Causse, qui avait connu son heure de gloire en littérature pour la jeunesse en publiant, sous le pseudonyme de Pierre Maël, des romans écrits en collaboration avec Charles Vincent. C’est sous le nom de Fred Maël' que Jean d’Agraives publie en 1916 son premier roman L'Île qui parle et d'autres en 1916 et 1917 sous le nom Fred Causse-Maël.

En conflit avec les héritiers de Charles Vincent, il doit cependant renoncer à ce premier pseudonyme et opte pour le nom de Jean d’Agraives. Auteur de nombreux livres pour la jeunesse, principalement publiés dans la Bibliothèque Verte des éditions Hachette, il a également écrit des romans populaires ainsi que des ciné-romans, comme Vent debout ou Scaramouche, ce dernier titre lui valant un nouveau conflit avec l'auteur cette fois du roman original, Rafael Sabatini.

Jean d'Agraives a publié au total une cinquantaine de romans. Pendant l’Occupation, il collabora à Radio Paris jusqu'en 1941,année où il a complété son activité d’auteur dans le domaine de la littérature de jeunesse pour aborder l’édition, avec la création successive de Colbert, puis des Deux Sirènes, qui publieront l’une comme l’autre un grand nombre de ses romans d'aventures ou des "récits maritimes", exaltant généralement en ces temps controversés de l'État français les vertus de la France coloniale et militaire, à travers le portrait de marins ou de serviteurs de la Nation. Ainsi Le Maître du Simoun, La Gloire sous les voiles... L'épopée bonapartiste, voire napoléonienne, lui inspira encore L'envol de l'aigle, La frégate de l'empereur, L'Espionne de Nelson ou L'aviateur de Bonaparte.

Le 16 juillet 1945 il fut condamné à huit mois de prison et à cinq ans d’indignité nationale, car il avait aussi protégé des Résistants. L'auteur utilisa les pseudonymes Midship, Jacques et Jean d'Agrève, Jean d'Agrèves, avant d'opter pour le nom de plume Jean d'Agraives. Il fut traducteur de romans anglais sous les pseudonymes Midship et Charles Bourhis. Ses livres, souvent réédités, auront un succès non démenti, jusqu’à sa mort en 1951.

Publié dans Ecrivains

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article