Finta Imre

Publié le par Mémoires de Guerre

Imre Finta est né le 2 septembre 1912 à Kolozsvar, ville située à l’époque en Hongrie et actuellement en Roumanie.

Finta Imre
Finta Imre
Finta Imre
Finta Imre
Finta Imre

Après des études de droit dans les années 1930, Imre Finta s’enrôle dans l’académie militaire royale de Hongrie. Il est nommée lieutenant le 1er janvier 1939. Le 5 avril 1942, il est promu capitaine et transféré à Szeged avec le titre de commandant de division des enquêtes de la gendarmerie. Les faits incriminés se sont déroulés en Hongrie à la fin de la deuxième guerre mondiale, dans le cadre de la politique nazie d’élimination des juifs. En 1940, la Hongrie rejoint les puissances de l’Axe et adopte, entre 1941 et 1944, un ensemble de lois antisémites. En mars 1944, les troupes allemandes envahissent la Hongrie et, le gouvernement en place, bien que favorable à l’Axe, est remplacé par un gouvernement fantoche encore plus servile. A cette époque, dans la hiérarchie en place dominée au sommet par le Reichsführer Heinrich Himmler, chef suprême de la Gestapo, figure la gendarmerie royale de Hongrie. 

Le 7 avril 1944, le ministre hongrois de l’intérieur adopte le décret « Baky » qui prévoit un plan d’élimination des Juifs de Hongrie, s’inscrivant sans aucun doute dans celui que les nazis ont appelé « la solution finale au problème juif ». Ce plan, dont l’exécution est notamment confiée aux commandants des divisions des enquêtes de la gendarmerie et aux forces policières locales, doit se dérouler en 6 phases : isolation, expropriation, rassemblement dans des ghettos, concentration, embarquement et déportation des Juifs principalement vers les camps d’Auschwitz et Birkenau. La ville de Szeged est un des 7 centres de concentration.

A l’époque où Imre Finta était commandant d’une division des enquêtes de la gendarmerie à Szeged, 8’617 juifs furent séquestrés dans une briqueterie de la ville dans des conditions sanitaires horribles et dépossédés de leurs biens. Les 24 et 30 juin 1944, ils furent déportés dans des conditions tellement inhumaines qu’elles causèrent la mort de plusieurs d’entre eux pendant le transport. De 1946 à 1951, Imre Finta a vécu en Allemagne. Il a ensuite passé deux années en France avant d’émigrer en 1953 au Canada dont il reçoit la nationalité en 1956. Après la seconde guerre mondiale, Imre Finta est jugé in absentia en Hongrie et déclaré coupable de « crimes contre le peuple » par un tribunal de Szeged qui l’a condamné à cinq ans de travaux forcés, peine commuée à cinq ans d’emprisonnement. Il a ensuite bénéficié d’une amnistie générale prononcée en 1970.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article