Fürtwangler Wilhelm

Publié le par Roger Cousin

Wilhelm Fürtwangler (25 janvier 1886 - 30 novembre 1954) né en Allemagne, à Berlin. 

Fürtwangler WilhelmFürtwangler Wilhelm

Fils de l'archéologue Adolf Furtwängler et de l'artiste peintre Adelheid Wendt , il passe sa jeunesse à Munich. Konrad Ansorge, élève de Liszt, lui enseigne le piano. Ses professeurs de musique seront Anton Beer-Waldbrunn, Joseph Rheinberger et Max von Schillings. Il dirige la Symphonie N°9 d'Anton Bruckner à l'âge de 20 ans, travaille à Breslau puis à Zürich comme chef de choeur de 1907 à 1909. Assistant de Felix Mottl en 1910, en même temps que troisième assistant de Hans Pfitzner à l'Opéra de Strasbourg. Directeur de la Société des Amis de la Musique de Lübeck de 1911 à 1915, directeur de l'Opéra de Mannheim de 1915 à 1920, il succède à Richard Strauss à la tête des concerts de l'Opéra d'Etat de Berlin en 1920 et, en 1922, à Arthur Nikisch à la direction du Gewandhaus de Leipzig et du Philharmonique de Berlin.

Successeur de Felix Weingartner à la Philharmonie de Vienne en 1928, il refuse le poste de directeur de l'Opéra de Vienne, fait ses débuts au Festival de Bayreuth en 1931. Lors de la prise de pouvoir par Hitler en 1933, Goebbels annonce l'entrée en vigueur du boycottage des non-aryens. Furtwängler publie une lettre ouverte dans laquelle il écrit que des musiciens comme Bruno Walter ou Otto Klemperer doivent continuer. Il obtient d'Hitler que les lois antisémites ne soient pas appliquées à l'Opéra de Berlin, est nommé conseiller d'Etat et membre de la Chambre Culturelle du Reich. En 1934, il refuse de participer au congrès de Nuremberg. Il brave les interdictions en dirigeant la suite symphonique " Mathias le peintre " du compositeur juif Paul Hindemith. Invité par le chef d'orchestre britannique Thomas Beecham en 1937, il dirige à Londres pour le couronnement d'Edouard VIIII (futur Duc de Windsor). Goering ne cesse de le menacer ouvertement en se faisant le champion d'un jeune qui monte : Herbert von Karajan.

En 1942, il est forcé d'accepter de diriger en l'honneur de l'anniversaire de Hitler. En 1943 et 1944, il parviendra à se dégager en fournissant des certificats médicaux. Lorsqu'il se marie en 1943 avec Elisabeth Ackermann, Hitler lui offre une maison. Furtwängler refuse, car " trop d'allemands sont sans toit ". Surveillé par la Gestapo, détesté par Goebbels, il s'arrange pour mettre sa famille à l'abri en Suisse. Soupçonné d'avoir participé au complot du 20 juillet 1944 contre Hitler il passe en Suisse avec la complicité du chef d'orchestre Ernest Ansermet. En 1946, il est acquitté par les commissions autrichienne et allemande de dénazification. Thomas Mann, qui le considère comme le plus grand chef d'orchestre de son temps ne lui pardonnera pas d'être resté en Allemagne pendant la période nazie. En 1947, Yehudi Menuhin joue avec lui à Berlin, considérant que sa conduite a été parfaitement honorable. L'année suivante, il est contraint d'abandonner la proposition de devenir le directeur musical du Chicago Symphony. Il dirige la 9ème de Beethoven à la réouverture du Festival de Salzbourg en 1951. Hospitalisé à Baden-Baden le 12 novembre 1954, il meurt le 30. Il est enterré à Heidelberg.

Publié dans Musiciens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article