Hevesy George de

Publié le par Roger Cousin

Hevesy George deGeorge de Hevesy, ou George von Hevesy (1er août 1885 à Budapest, Hongrie - 5 juillet 1966 Fribourg-en-Brisgau, Allemagne) est un chimiste hongrois lauréat du prix Nobel de chimie en 1943. Il vit la plupart de sa vie en Suède mais vécut aussi en Autriche, au Danemark et en Allemagne.

Hevesy a développé l'utilisation des isotopes radioactifs comme traceurs isotopiques servant aux études biologiques, par exemple dans la recherche du métabolisme des vivants. Hevesy nait à Budapest dans une famille juive aristocratique. Il est le plus jeune des cinq fils. Son père, Lajos vient de la famille Bischitz (du nom d'une ville de Bohême : Byšice) qui fut anoblie par l'empereur François-Joseph en 1895 sous le nom magyar de Hevesy.

La grand-mère du savant, Johanna Bischitz de Heves, était célèbre pour ses activités philantropiques. Lajos, conseiller privé de la cour, se fait appeler au début Bischitz-Hevesy et depuis 1906 seulement Hevesy. La mère de George de Hevesy, Eugenia (Jenny) Schossberger provenait aussi d'une famille juive originaire de Moravie, anoblie depuis 1863. L'aîné de la famille, Vilmos (Guillaume) a été ingénieur électrotechnicien et collaborateur de Louis Blériot en France, le deuxième - Andor, qui a aussi vécu en France et était écrivain et historien sous le nom André de Heves, le troisième, Ödön, continua les affaires du père, et le quatrième, Pál (Paul), a été diplomate autrichien - hongrois et auteur d'essais politiques en Grande-Bretagne.

György Hevesy fait jusqu'en 1903 ses études au lycée de l'Ordre des frères des écoles pies (Ordre piariste) à Budapest, ensuite il étudie la chimie à l'Université de Budapest et à l'université technique de Berlin puis à l'université de Fribourg-en-Brisgau dont il est diplômé en 1908. En 1910, il part étudier au Royaume-Uni à Manchester sous la direction d'Ernest Rutherford (prix Nobel de chimie 1908). En 1913, il participe avec Frederic Paneth à l'Institut de recherche sur le radium de Vienne à la première expérience d'utilisation de traceurs radioactifs. En 1920, il s'installe à Copenhague pour travailler dans l'institut de Niels Bohr (futur prix Nobel de physique en 1922).

En 1926, il retourne à Fribourg-en-Brisgau comme professeur de chimie physique, puis en 1930 se transfère à l'université Cornell à Ithaca (New York). De 1934 à 1943, il travaille de nouveau à l'Institut Niels Bohr. Lorsque l'armée nazie envahit le Danemark, il dissout les médailles d'or des lauréats du prix Nobel de Max von Laue et James Franck dans l'eau régale et conserve le flacon dans son bureau de l'Institut Niels Bohr. Après la guerre, il fait reprécipiter l'or et le remet à la Fondation Nobel qui refrappe les médailles. Pendant l'occupation nazie au Danemark, il se réfugia en Suède où il resta jusqu'en 1961. Il reçut le prix Nobel de chimie de 1943 « pour son travail sur l'usage des isotopes comme traceurs dans l'étude des processus chimiques ».

Après la fin de la guerre il reprit ses relations de travail avec l'Institut Niels Bohr de Copenhague jusqu'en 1952. À sa retraite, il continue ses activités scientifiques en collaboration avec l'université de Stockholm. Les premières activités scientifiques de George de Hevesy concernent le comportement chimique des sels fondus, mais il s'intéresse rapidement à l'étude des isotopes radioactifs. A Copenhague, il s'intéresse à la séparation des isotopes et contribue à la découverte du Hafnium en 1923 avec Dirk Coster.

Il fait partie des pionniers pour l'utilisation d'isotopes radioactifs comme traceurs, d'abord dans des réactions chimiques, puis pour des utilisations médicales. Il s'intéresse également à l'effet des rayons X sur l'acide nucléique dans les cellules cancéreuses et saines. De Hevesy est mort à Fribourg im Breisgau en Allemagne. Le 19 avril 2001, à la demande de la famille, ses cendres ont été apportées à Budapest, sa ville natale. Il a été marié depuis 1924 à Pia Riis et a eu un fils et trois filles.


Publié dans Scientifiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article