Fidèles à l’Appel du 18 Juin

Publié le par Le Républicain Lorrain

Le Républicain Lorrainpublié le 18/06/2012 à 05:00

Après le décès de Robert Galley et de Jacques Théodore il y a une dizaine de jours, les Compagnons de la Libération vivants ne sont plus que 26. Une dizaine seulement seront présents ce matin au Mont Valérien.

Daniel CordierLes Compagnons de la Libération, dont le glorieux bataillon a compté 1 036 membres de la France Libre et de la Résistance intérieure, seront une dizaine ce matin au Mont Valérien lors de la commémoration du 72 e anniversaire de l’Appel du 18 Juin du général de Gaulle. La cérémonie est organisée par la chancellerie de l’Ordre de la Libération chaque 18 juin à 11h en présence du président de la République devant le Mémorial de la France combattante, construit en 1960 devant le fort du Mont Valérien (Hauts-de-Seine) où furent fusillés un millier de résistants sous l’Occupation.

Sur l’esplanade, face au long mur austère de grès rose des Vosges du mémorial, la Croix de la Libération accrochée au revers de leur veste avec un ruban vert strié de noir, les Compagnons seront à peine une dizaine dont Daniel Cordier, ancien secrétaire de Jean Moulin ou Pierre Simonet et Hubert Germain, soldats à Bir Hakeim.

Après le décès de Robert Galley et de Jacques Théodore il y a une dizaine de jours, les Compagnons de la Libération vivants ne sont plus que 26. Louis Cortot, 87 ans, est le benjamin et Guy Charmot, 97 ans, le doyen. Le ravivage de la flamme sera effectué par le chancelier de l’Ordre de la Libération, Fred Moore, 92 ans. Il se rendra ensuite à l’intérieur de la crypte où reposent seize hommes et femmes, morts au combat ou fusillés, et dont l’entrée est marquée par une grande croix de Lorraine. Le 17 e caveau attend le dernier Compagnon de la Libération qui sera inhumé dans le caveau N°9 entre Georges Brière, matelot au 1 er régiment de fusiliers-marins, tué dans les Vosges en novembre 1944, et Alfred Touny (« Colonel Guérin ») fusillé en avril 1944, également Compagnon de la Libération.

Fred Moore sera le dernier chancelier de l’Ordre. Son mandat court jusqu’au 15 novembre 2012. Le lendemain, le Conseil national des communes Compagnons de la Libération, créé par une loi du 26 mai 1999, relaiera le conseil de l’ordre actuel. Moore prendra alors le titre de délégué national de ce conseil des cinq villes (Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors, Ile de Sein) Compagnons de la Libération. Ce conseil rassemblera les maires en exercice des cinq communes des Compagnons de la Libération.

Publié dans Articles de Presse

Commenter cet article