Idriss Selim

Publié le par Roger Cousin

Idriss Selim Selim Idriss est un brigadier général syrien, né vers 1957. Il est le chef d'état-major du Conseil militaire suprême de l'Armée syrienne libre. Professeur d'électronique formé en Allemagne, Selim Idriss était un général de l'armée syrienne et enseignait à l'Académie militaire d'Alep quand il a fait défection en juillet 2012. Il est considéré comme le représentant légitime des éléments modérés de l'opposition armée en Syrie, puisque des dirigeants de l'Armée syrienne libre ont, sous sa direction, souscrit à une « Proclamation de principes » pro-démocratique.

Selim Idriss a été élu chef d'état-major du Conseil militaire suprême, après sa création, lors d'une conférence tenue en Turquie le 15 décembre 2012. Lors de la conférence, plus de 550 membres du conseil révolutionnaire syrien, de brigades et des ordres de bataillon ont élu 261 représentants pour former l'Autorité de force révolutionnaire. Trente membres ont été élus pour former le Conseil militaire suprême, qui comprend cinq fronts de combat couvrant 14 provinces de la Syrie.

Selim Idriss a accentué son engagement en sollicitant l'aide des pays occidentaux, notamment depuis sa demande initiale aux États-Unis de formations spécialisées et d'un soutien en matériel non-létal, en février 2013. Le 30 avril 2013, les États-Unis ont commencé les livraisons de rations alimentaires et de trousses de premiers secours à l'Armée syrienne libre, sous la supervision du général Idris, dans ce qui était la première livraison américaine d'aide tangible à l'opposition armée en Syrie.

Selim Idriss a envoyé des lettres et des déclarations au secrétaire d'État John Kerry, au président Barack Obama et au Conseil de sécurité des Nations unies visant à encourager une intervention internationale, ainsi qu'un soutien dans la guerre civile syrienne en cours. Dans un entretien le 8 juin 2013 avec le quotidien américain The New York Times, Idris a souligné qu'un soutien international continu à l'Armée syrienne libre, comprenant l'envoi d'armes et de munitions, était une condition préalable à sa participation aux négociations prévues avec Bachar al-Assad à Genève.

Publié dans Militaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article