Jacquin Abel

Publié le par Mémoires de Guerre

Abel Jacquin, de son nom complet Abel Louis Jacquin, est un acteur français, né le 14 juillet 1893 à Colombes (département de la Seine), mort le 12 mai 1968 à Bois-Colombes (Hauts-de-Seine). 

Jacquin Abel

Carrière

Mobilisé durant la Première Guerre mondiale, Abel Jacquin participe à la Bataille de Verdun en 1916. Il est gazé durant le conflit. Premier prix du Conservatoire en 1919, il se fait connaître au théâtre durant les années 1920. Il travaille durant quelques années à l’Odéon sous la direction de Paul Gavault puis de Firmin Gémier. Il participe, notamment, aux « Matinées poétiques » du théâtre.

S’il tourne en 1921 dans le film muet Le Pauvre Village, L'Homme qui assassina (dans lequel il joue le rôle du prince Cernuwitz aux côtés de Marie Bell) marque ses véritables débuts à l’écran. Il interprète le détective dans Anne-Marie (1936), le prince Tomski dans La Dame de pique (1937), le capitaine Karl Burgstaller dans Ultimatum (1938), l'inspecteur Renault dans Pétrus (1946), etc. Il réalise Deux bons copains et Les Deux Monsieur de Madame au début des années 1930.

Durant la Deuxième Guerre, il choisit de se retirer dans sa propriété de Haute-Loire et de s’adonner à l’agriculture, tout en effectuant plusieurs séjours en Suisse où il joue à la Comédie de Genève. Il poursuit, après la guerre, sa carrière théâtrale et cinématographique. On le voit dans des pièces comme Le Matériel humain (1948), Ce soir à Samarcande (1950), Ombre chère (1952), ou encore Namouna (1954). Abel Jacquin est également l'auteur de nombreuses fables et poèmes édités par Pierre Seghers.

Vie privée

Il fut l'époux de l'actrice Gabrielle Roanne. 

Filmographie

Théâtre

  • 1920 : Les Bonaparte de Léo Larguier, Théâtre de l'Odéon
  • 1921 : Paix de Marie Lenéru, Théâtre de l'Odéon
  • 1922 : L'Autoritaire de Henri Clerc, Théâtre de l'Odéon
  • 1922 : Molière de Henry Dupuy-Mazuel et Jean-José Frappa, mise en scène de Firmin Gémier, Théâtre de l'Odéon
  • 1922 : Une danseuse est morte de Charles Le Bargy, Théâtre de l'Odéon
  • 1923 : La Couronne de carton de Jean Sarment, Théâtre de l'Odéon
  • 1923 : Le Professeur Klenow de Karen Bramson, Théâtre de l'Odéon
  • 1924 : L'Homme qui n'est plus de ce monde de Lucien Besnard, Théâtre de l'Odéon
  • 1924 : Chifforton d'André Birabeau, Théâtre des Nouveautés
  • 1924 : Le Mari d'Aline de Fernand Nozière, Théâtre Michel
  • 1925 : Les Plus Beaux Yeux du monde de Jean Sarment, Théâtre du Journal
  • 1926 : La Peau de Fernand Nozière, mise en scène de Gabriel Signoret, Théâtre Michel
  • 1929 : Claude de Jean Aragny, mise en scène de Henri Lesieur, Théâtre des Capucines
  • 1930 : Coucou de Charlotte Lysès, mise en scène de l'auteur, Théâtre de la Potinière
  • 1940 : La Vie de Bohème de Théodore Barrière, Comédie de Genève
  • 1943 : Lorenzaccio d'après Alfred de Musset, mise en scène de Maurice Jacquelin, Comédie de Genève
  • 1945 : Un ami viendra ce soir d'Yvan Noé et Jacques Companeez, mise en scène de Jean Wall, Théâtre de Paris
  • 1945 : Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, mise en scène de Maurice Jacquelin, Comédie de Genève
  • 1948 : Le Matériel humain de Paul Raynal, mise en scène de Jean Darcante, Théâtre de la Renaissance
  • 1949 : À chacun sa vérité de Luigi Pirandello, mise en scène d'Abel Jacquin, Comédie de Genève
  • 1950 : Ce soir à Samarcande de Jacques Deval, mise en scène de Jean Darcante, Théâtre de la Renaissance
  • 1952 : Ombre chère de Jacques Deval, mise en scène de l'auteur, Théâtre Édouard VII
  • 1954 : Namouna de Jacques Deval, mise en scène de l'auteur, Théâtre de Paris

Publié dans Acteurs et Actrices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article