Kellerman Annette

Publié le par Mémoires de Guerre

Annette Kellermann (parfois écrit Kellerman), née le 6 juillet 1886 à Sydney et morte le 6 novembre 1975 à Southport (Australie), est une pionnière de la pratique de la natation synchronisée. Féministe, elle a revendiqué le droit de disposer de son corps en contribuant au développement du maillot de bain moderne et aux bienfaits de la pratique sportive pour les femmes. 

Kellerman Annette
Kellerman Annette
Kellerman Annette

Enfance

La mère d'Annette Kellermann, Alice Charbonnet, est une pianiste française et l'arrière-petite-fille de James Jackson. Elle s’installe en Australie en 1878 et épouse le violoniste Frederick Kellermann en 1882, à Sydney. Annette Kellermann naît le 6 juillet 1886 à Marrickville. Née avec les muscles des jambes atrophiés, elle doit porter des bretelles d'acier pour faciliter sa marche. Quand elle a six ans, son médecin lui recommande de pratiquer la natation pour stimuler ses jambes. Pour aider ses muscles à se développer, ses parents commencent à l’emmener à la piscine locale, Cavill's Baths.

À l'âge de treize ans, elle a tellement nagé que ses jambes sont presque aussi robustes que la normale. Deux ans plus tard, elle maîtrise toutes les nages, apprenant entre autres le Trudgeon et l'arm over stroke, et gagne sa première compétition de natation. Elle se lance également dans le plongeon. Alors qu'elle est encore au lycée, elle est embauchée par un aquarium où elle joue une sirène deux fois par jour dans un spectacle aquatique. Elle participe également à un spectacle de plongeon où elle saute d'une grande hauteur. 

« Sirène australienne »

À 17 ans, elle enchaîne les exploits. Elle effectue des plongeons de 28 mètres et traverse Londres dans les eaux de la Tamise sur 27 km. À 19 ans, elle se démarque également en tentant la traversée de la Manche à la nage. Les nageurs sont autorisés à nager nus, tandis qu’Annette Kellermann est contrainte de porter une combinaison. Au bout de dix heures de nage dans une eau à 11 °C, elle abandonne la course en cours en raison des conditions difficiles, après s'être révélée particulièrement combative face à l’abandon entre-temps de ses adversaires masculins.

La même année, elle participe à la traversée de Paris à la nage avec sept autres concurrents masculins et termine 4e. Couverte de saindoux, elle s'élance la première à 8 h du matin du pont National, part d'abord en sens inverse mais finit la course au niveau du viaduc d'Auteuil en 4 h 58 min, trente minutes derrière le premier. L'année suivante, elle se représente pour la traversée, cette fois accompagnée de deux autres nageuses : Rosa Frauendorfer et Dora Herxheimer. Elle termine la course en 3 h 59 min 30 s 04, ex-eaquo avec Frauendorfer. 

Féministe du maillot de bain

Pour maximiser ses performances en natation, Kellermann porte une combinaison qui lui dévoile les bras et les jambes et colle à sa peau de très près. En 1907, elle fut d’ailleurs arrêtée à Boston pour « indécence » du fait qu’elle porte une combinaison moulante et à manches courtes. Le juge fit jurisprudence en statuant en faveur de l’argument sportif. Médiatisé, cet évènement a permis la popularisation du maillot de bain une pièce mais aussi de la natation pour les femmes. Par la suite, Annette Kellerman a conçu sa propre gamme de maillots de bain. Elle revendiqua également le confort vestimentaire en commercialisant des « chemises », amples et atteignant les chevilles, précurseurs des modes des années 1920. 

Carrière artistique

Outre ses performances sportives, Annette Kellermann se fait remarquer pour sa silhouette par un professeur d’Harvard, qui la qualifie de « femme parfaite » en comparant ses mensurations à celles de la Vénus de Milo. À ces propos, elle aurait réagi en répliquant avec humour : « seulement en dessous du cou ! ». À partir de 1908, elle commence les ballets aquatiques, pour lesquels les journaux américains saluent « l’élégance de la jeune nageuse » et relèvent son origine française (par sa mère). À partir de 1913, Annette Kellermann exporte ses spectacles en France à travers un spectacle, La Femme parfaite. Elle entame par la suite une carrière d’actrice.

En 1916, elle fut la première actrice à apparaître nue dans un film d’une production hollywoodienne traditionnelle (La Fille des dieux). Assise nue sur une branche d’arbre, ses cheveux couvrant largement ses seins, les bras tendus vers le haut, Annette Kellermann a provoqué un scandale médiatique dans le contexte d’époque. Aucune copie du film ne semble exister. Elle tourne aussi dans des films, en particulier des rôles de danseuse dans des ballets aquatiques :

  • Neptune’s Daughter (La fille de Neptune) ;
  • Venus of the South Seas (Vénus des mers du Sud) ;
  • La Fille des dieux (A Daughter of the Gods).

Sa notoriété s’est progressivement estompée. Après avoir vécu un temps aux États-Unis, elle est retournée en Australie. 

Engagement caritatif

Mariée à son manager, James Raymond Louis Sullivan, Annette Kellermann a joué un rôle actif pendant la Seconde Guerre mondiale en Australie, produisant des spectacles de charité pour la Croix-Rouge. 

Hommages et postérité

En 1952, un film américain, La Première Sirène (Million Dollar Mermaid) retrace sa vie. Son rôle est interprété par l’actrice Esther Williams, une autre nageuse de compétition devenue actrice. Elle possède une étoile sur le Hollywood Walk of Fame. 

Filmographie

  • The Bride of Lammermoor: A Tragedy of Bonnie Scotland (1909, Short)
  • Jephtah's Daughter: A Biblical Tragedy (1909, Short) - Jepthah's Daughter
  • The Gift of Youth (1909, Short)
  • Entombed Alive (1909, Short)
  • The Mermaid (1911, Short) - Mermaid
  • Siren of the Sea (1911, Short) - Siren of the Sea
  • Neptune's Daughter (1914) - Annette, Neptune's daughter
  • A Daughter of the Gods (1916) - Anitia - Daughter of the Gods
  • National Red Cross Pageant (1917) - The Mediterranean - Italian episode
  • Queen of the Sea (1918) - Merrilla, Queen of the Sea
  • What Women Love (1920) - Annabel Cotton
  • Venus of the South Seas (1924) - Shona Royale (final film role)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article