La Gestapo de Rodez

Publié le par La Dépêche - Christian Font et Henri Moizet

La Dépêchepublié le 14/03/1999 à 08h10 par Christian Font et Henri Moizet

Histoire de la Résistance

La Gestapo de RodezTorture, déportation, mort ou libération... Les forces de police et les éléments SS, secondés par une armée d'indicateurs, ont rempli aussi leurs rôles à Rodez.

Même s'il ne présente pas de caractéristiques particulières, il convient de souligner l'important rôle répressif joué par les forces de police et les éléments SS implantés à Rodez. Les missions principales du poste ruthénois étaient d'arrêter les résistants, les Juifs et toute personne suspecte, de les interroger en utilisant souvent les interrogatoires renforcés et de les diriger, sans jugement, sur Montpellier ou sur Toulouse pour une déportation en Allemagne.

Au printemps 1944, on trouve au SD de Rodez : Bottger, chef de service avec le grade de sous-lieutenant ; Stettien, son second, chef des renseignements ; Fienemann, interprète avec grade de caporal.

Indicateurs

Aux côtés de six hommes de main et de trois supplétifs français, exécuteurs des basses uvres, le SD peut s'appuyer sur des indicateurs au nombre inconnu mais dont la mémoire collective a gardé le nom de certains. Avec le surnom du «Grand Luc» ou du «Grand Fauve Blond», l'interprète Fienemann, arrivé à Rodez le 2-octobre 1943, allait acquérir une sinistre renommée. A la tête d'une bande de tueurs et ne sortant que révolver au poing, il faisait régner la terreur et était craint de toute la population ruthénoise et même de celle des campagnes environnantes. «On le considérait comme un fervent disciple d'Hitler». La répression n'a été efficace que parce qu'alimentée par des bons renseignements. Il y avait de très nombreux indicateurs. En Aveyron, la Gestapo a toujours arrêté à bon escient, elle s'est rarement trompée. Les premières arrestations commencèrent dès le mois de janvier 1943, elles ne cessèrent pas jusqu'à la Libération.

Entre le 9-janvier 1943, date de la première arrestation, et le 6-août 1944, veille du départ des troupes cantonnées à Rodez, les arrestations enregistrées s'élèvent à 286. Il est certain que leur nombre réel a été supérieur à ce chiffre. Si pour la moitié, les arrestations ont été suivies d'une rapide libération, pour toutes les autres, ce fut la torture, la déportation ou la mort. Le bilan répressif est terrible : 19-résistants furent torturés de manière cruelle dont 2-à mort : A. Merle et M. Pleinecassagne. Paul Olivier, alias «Paul Clé» se suicidera en avalant du cyanure de potassium plutôt que de risquer de donner des indications sur les activités de la Résistance.

44-fusillés et 37-déportés, dont-12 ne sont pas revenus. On peut essayer d'apprécier ses méthodes et de retrouver le film et la chronologie des atrocités imputables à la Gestapo de Rodez grâce aux témoignages effectués lors de son procès. Tous les patriotes arrêtés étaient conduits à la villa des Roses, rue Grandet, où il fallait parler.

L'interrogatoire renforcé ou poussé était pratiqué lorsque le détenu était susceptible de donner des renseignements intéressant la sécurité de l'armée allemande.

Tortures

A Rodez, ils ont consisté aux pratiques suivantes : nourriture réduite, conditions d'incarcération pénible, privation de sommeil, coups de poing, de pied, de bâton et de ceinturon, serretête, brûlure au visage, à la plante des pieds, épingles enfoncées dans les ongles... Pour le supplice de la règle triangulaire, voici le témoignage de Marcel Angles, négociant ruthénois de 55-ans, arrêté le 29-avril 1944, à cette date président du comité d'action contre la Déportation : «J'eus alors droit à la règle à trois faces.

Seules les rotules portaient sur l'angle tranchant, alors que je ne touchais le sol que par les bouts des pieds». Le supplice de la baignoire consistait à plonger le prisonnier dans une baignoire d'eau glacée, pieds et mains liés et à lui maintenir la tête sous l'eau jusqu'à suffocation presque complète. On le tirait hors de l'eau par les cheveux. Si le «patient» refusait encore de parler, on le replongeait immédiatement. C'est probablement au cours d'une de ces séances que mourut Alfred Merle, patron gantier de Millau et chef de l'armée secrète (AS).

[NOTE] - «Construire l'histoire de la Résistance - Aveyron 1944» et «De la libération de l'Aveyron à la libération de la France» : ouvrages disponibles en librairie ou au CDDP de l'Aveyron, 12-bis, rue Sarrus, 12000-Rodez.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article