Le criminel nazi le plus recherché au monde retrouvé

Publié le par Le Figaro

Le Figaro publié le 15/07/2012 à 20:57

Ladislaus Csizsik-Csatary, 97 ans, est accusé de complicité dans la mort de 15.700 Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a été retrouvé vivant à Budapest par une équipe de journalistes britanniques.

Csatary LaszloLadislaus Csizsik-Csatary, réputé pour être le criminel de guerre nazi le plus recherché au monde, a été retrouvé à Budapest par deux journalistes du Sun . Annoncée dimanche sur le site du journal britannique, l'information a été confirmée par le directeur du centre Simon-Wiesenthal en Israël, une ONG très active dans la traque des criminels nazis. «Le Sun a pu le photographier et le filmer grâce à des informations que nous avions fournies en septembre 2011», précise Efraim Zuroff.

Le commandant de la police hongroise à Kosice (anciennement Kassa) figurait en première place sur la liste des nazis encore vivants recherchés émise par le centre Simon-Wiesenthal - Alois Brunner et le Dr Aribert Heim, dont les responsabilités dans l'Holocauste sont certainement plus grandes, sont en effet présumés morts. Responsable du ghetto des Juifs «privilégiés» à Kosice, Ladislaus Csizsik-Csatary avait été condamné à mort par coutumace en 1948 en Tchéquoslovaquie pour crimes de guerre. Il est notamment accusé d'avor organisé la déportation vers Auschwitz de 15.700 Juifs au printemps 1944.
Le parquet de Budapest informé depuis septembre 2011

Après avoir fui au Canada à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il s'était reconstruit une vie de marchand d'art sous une nouvelle identité. Lorsqu'il fut découvert en 1997, il réussit une nouvelle fois à s'échapper avant que les autorités ne parviennent à monter un dossier en vue de son arrestation.

Sa trace avait ainsi été perdue jusqu'à ce qu'un informateur, resté anonyme, signale au Centre Simon-Wiesenthal avoir retrouvé sa piste à Budapest en 2011. Il «a reçu la prime de 25.000 dollars que nous accordons» pour ce type d'informations, a commenté Efraim Zuroff, en précisant que le parquet de Budapest était averti depuis septembre 2011. Le Procureur adjoint de la République à Budapest, Jenö Varga, n'a pas été en mesure de confirmer l'information, se bornant à déclarer qu'une enquête était en cours pour vérifier la véracité des informations.

Les deux journalistes du Sun qui ont remonté la trace du criminel et sont allés sonner chez lui. L'homme, qui s'exprimait en anglais avec un fort accent canadien, a semblé choqué, racontent les journalistes. Il a refusé de s'expliquer sur ses actes et leur a claqué la porte au nez.

Publié dans Articles de Presse

Commenter cet article