Les experts visés

Publié le par L'Express - François Koch

L'Expresspublié le 15/07/1999 à 12h30 par François Koch

La famille Vuarnet, touchée par le suicide collectif de 1995, s'en prend à deux spécialistes

Petit coup de théâtre dans la discrète instruction que mène le juge grenoblois Luc Fontaine sur le massacre de l'Ordre du temple solaire (OTS) qui fit 16 morts, le 16 décembre 1995, dans le Vercors. L'ancien champion de ski Jean Vuarnet (dont l'épouse et un fils périrent au cours de ce "transit"), son fils Alain et deux autres parties civiles ont porté plainte contre les deux experts judiciaires Jean-Marie Abgrall et Jean-Luc Chaumeil. Ce dernier, écrivain-journaliste spécialiste des mouvements templiers, est notamment accusé de complaisance à l'égard du mis en examen Michel Tabachnik, chef d'orchestre franco-suisse et conférencier de l'OTS.

A Jean-Marie Abgrall, expert psychiatre près la Cour de cassation et membre de la Mission interministérielle de lutte contre les sectes, il est surtout reproché de tenter d'influencer l'enquête au travers de son dernier livre (Les Sectes de l'apocalypse, Calmann-Lévy). Pourquoi ces plaintes, alors que Tabachnik ne semble pas blan-chi par les experts? "Parce que l'avocat des Vuarnet, Me Alain Leclerc, défend aussi la mémoire de Jacques Breyer", réplique Chaumeil. Or, selon ce dernier, Breyer apparaît comme le penseur et le philosophe de l'OTS jusqu'à sa mort, en 1996.

Le commandant de police judiciaire Gilbert Houvenaghel va même plus loin, affirmant que "Breyer était le grand maître secret de l'OTS" et qu'il avait une "responsabilité morale" dans le drame. Ce que Me Leclerc conteste. "Sa plainte est une pression classique contre les experts des sectes, affirme quant à lui Abgrall, dont le livre a été poursuivi par la veuve de Breyer. J'y vois une man?uvre pour atteindre à travers moi le juge Fontaine." Le magistrat grenoblois devrait boucler son instruction à l'automne prochain.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article