Luguet André

Publié le par Mémoires de Guerre

André Luguet, de son vrai nom André Maurice Jean Allioux-Luguet, est un acteur, un réalisateur et un scénariste français, né le 15 mai 1892 à Fontenay-sous-Bois (France) et mort le 24 mai 1979 à Cannes (France).

Luguet André
Luguet André

Carrière

André Luguet de son identité complète André Maurice Jean Allioux-Luguet naît le 15 mai 1892 à Fontenay-sous-Bois, à l’époque dans le département de la Seine. Son père fut un temps directeur de la scène à la Comédie-Française, tandis que sa mère y était pensionnaire. Orphelin de mère encore enfant, André Luguet est élevé en partie en Angleterre. Il est admis très jeune au Conservatoire d’Art dramatique de Paris. À tout juste dix-sept ans il découvre les plateaux de cinéma pour un film de Georges Le Faure, «La fille du contrebandier» (1909). Puis jeunes premier plein d’humour et de charme, il poursuit, en parallèle au théâtre, une carrière cinématographique avec, jusqu’à la guerre de quatorze, une quarantaine de courts métrages réalisées le plus souvent par Léonce Perret et Louis Feuillade comme «La fille du margrave» (1911) et la série des «Fantômas» (1913/14).

Au tout début des années vingt, André Luguet, dirigé par Luitz-Morat et Pierre Régnier, participe à son premier long métrage, également première adaptation du roman policier d’André Reuze, «Les cinq gentlemen maudits». Durant la même décennie, il s’essaie lui-même à la réalisation («Pour régner» - 1926). Il entre aussi à la Comédie-Française comme pensionnaire (1925) avant d’en devenir sociétaire de 1927 à 1932. Dans les années trente, il retrouve d’une manière plus assidue le cinéma, devenu sonore, tant en France, qu’en Allemagne où il joue l’époux de Brigitte Helm dans «Gloria» (1931) de Hans Behrendt et Yvan Noé. Aux Etats-Unis, il interprète des films destinés au marché local ou français, et il est en particulier de la distribution de «L’amour en vitesse» (1931) de William A. Wellman avec Douglas Fairbanks Jr. et de «Buster Keaton se marie» (1931) de Claude Autant-Lara. Il coréalise également «Monsieur Le Fox» (1930) pour la Metro-Goldwyn Mayer et «Le bluffeur» (1931) pour la Warner Bros. Pictures. Grande vedette masculine de l’époque il participe parfois à la rédaction des scénarios et des dialogues de ses films comme pour «Alexis, gentleman chauffeur» (1938). Ses partenaires sont notamment Lili Damita, Gaby Morlay, Françoise Rosay, Bette Davis, Edwige Feuillère, Josseline Gaël, Suzy Prim, etc.

Pendant la seconde guerre mondiale, il continue à tourner, comme beaucoup d’autres, tandis que l’occupant allemand contrôle la production cinématographique. Il inscrit ainsi à sa filmographie une quinzaine de films dont «Le mariage de Chiffon» (1941) de Claude Autant-Lara, où fringant officier quinquagénaire il est sensé épouser la toute jeune Odette Joyeux. Et citons une comédie très grand succès d’audience: «L’inévitable M. Dubois» (1943) de Pierre Billon. Après la libération André Luguet poursuit sa carrière au cinéma et au théâtre. Sa pièce «La patronne», est portée à l’écran par Robert Dhéry en 1949. Et même si les rôles qu’il interprète sont plus secondaires, il s’y montre toujours un comédien talentueux et plein d’élégance comme lorsqu’il est le père de Brigitte Bardot dans «Une parisienne» (1957) de Michel Boisrond, avec Henri Vidal, Charles Boyer et Nadia Gray. En 1969, «La maison de campagne» de Jean Girault, avec Jean Richard, est son cent-cinquantième et dernier film après cinquante ans d’une carrière cinématographique ininterrompue. André Luguet qui était le père de la comédienne Rosine Luguet (1921-1981) se retire ensuite sur la Côte d’Azur (Cannes) où il décède le 24 mai 1974 alors qu’il venait de fêter ses quatre-vingt deux ans. 

Filmographie 

  • 1909 : La Fille du contrebandier de Georges Le Faure
  • 1911 : L'Âme du violon de Léonce Perret
  • 1911 : On ne joue pas avec le coeur de Léonce Perret : (Pierre Morin)
  • 1911 : La Fille du Margrave de Léonce Perret
  • 1911 : Comment on les garde de Léonce Perret : (Lède)
  • 1911 : Comment on les prend de Léonce Perret : (Georges Desclos)
  • 1911 : Irma et le cor - Une production Gaumont
  • 1911 : Les Béquilles de Léonce Perret : (L'acteur)
  • 1911 : Les Blouses blanches de Léonce Perret
  • 1911 : La Demoiselle du notaire de Louis Feuillade
  • 1912 : La Chrysalide - Une production Gaumont
  • 1912 : La Faute de Madame Pinchard - Une production Gaumont
  • 1912 : Sérénade méritée - Une production Gaumont
  • 1912 : Stratagème - Une production Gaumont
  • 1912 : Les Surprises de l'amour - Une production Gaumont
  • 1912 : Le Délire de la belle maman - Une production Gaumont
  • 1912 : La Gloire et la douleur de Ludwig van Beethoven de Georges-André Lacroix
  • 1912 : La Perle égarée de Henri Fescourt
  • 1912 : La Conversion d'Irma de Louis Feuillade
  • 1912 : Androclès de Louis Feuillade
  • 1912 : L'Espalier de la marquise de Léonce Perret
  • 1912 : Les Cloches de Pâques de Louis Feuillade : (Sandrino Riccardi)
  • 1912 : Jeune fille moderne de Louis Feuillade
  • 1912 : La Leçon d'amour de Louis Feuillade
  • 1912 : Marquisette et troubadour de Léonce Perret
  • 1912 : Nanine, femme d'artiste de Léonce Perret
  • 1912 : Notre premier amour de Léonce Perret
  • 1912 : Le Mariage de Zanetto de Léonce Perret : (Zanetto)
  • 1913 : Bagnes d'enfants de Émile Chautard
  • 1913 : Le Ménestrel de la reine Anne de Louis Feuillade
  • 1913 : La Robe blanche de Louis Feuillade : (Le fils)
  • 1913 : Le Mort qui tue de Louis Feuillade - épisode du ciné-roman Fantômas : (Jacques Dollon)
  • 1913 : À l'ombre de la guillotine de Louis Feuillade - épisode du ciné-roman Fantômas
  • 1913 : Juve contre Fantômas de Louis Feuillade - épisode du ciné-roman Fantômas
  • 1913 : Le Coup de foudre - Une production Gaumont
  • 1913 : Léonce à la campagne de Léonce Perret : (Un invité)
  • 1913 : Léonce et Toto de Léonce Perret: (Le promeneur)
  • 1914 : Peine d'amour de Henri Fescourt
  • 1914 : Manon de Montmartre de Louis Feuillade
  • 1914 : Le Faux Magistrat de Louis Feuillade - épisode du ciné-roman Fantômas
  • 1914 : Fantômas contre Fantômas de Louis Feuillade - épisode du ciné-roman Fantômas
  • 1915 : France d'abord de Henri Pouctal
  • 1917 : Les Vieilles Femmes de l'hospice de Jacques Feyder
  • 1920 : Les Cinq Gentlemen maudits de Luitz-Morat : (Le Guérantec)
  • 1921 : Le Talion de Charles Maudru
  • 1921 : L'Empereur des pauvres de René Leprince
  • 1922 : L'Écran brisé de René d'Auchy
  • 1923 : Soirée mondaine de Pierre Colombier : (Gaëtan de Bernières)
  • 1926 : Pour régner de André Luguet
  • 1927 : La Revue des revues de Alex Nalpas et Joe Francis : (Georges Barsac)
  • 1929 : La Voix de sa maîtresse de Roger Goupillières - court métrage -
  • 1930 : Le Spectre vert de Jacques Feyder : (Lord Montague)
  • 1930 : Si l'empereur savait ça de Jacques Feyder : (Le capitaine Kovacs)
  • 1930 : Le Père célibataire de Arthur Robison
  • 1930 : Monsieur le Fox de André Luguet et Hal Roach : (Louis Le Boy)
  • 1931 : Buster se marie de Edward Brophy et Claude Autant-Lara
  • 1931 : Cœur de lilas de Anatole Litvak : (L'inspecteur André Lucot)
  • 1931 : Quand on est belle de Arthur Robison : (M. Broekton, le patron)
  • 1931 : L'Amour à l'américaine de Claude Heymann : (Gilbert latour)
  • 1931 : The Mad Genius de Michael Curtiz : (Le comte Robert Renaud)
  • 1931 : Gloria de Yvan Noé et Hans Behrendt : (Pierre Latour, l'aviateur)
  • 1932 : Le Bluffeur de André Luguet et Henry Blanke + adaptation et dialogue : (Gar Evans)
  • 1932 : Jewel Robbery de William Dieterle : (Le comte André)
  • 1932 : L'Homme qui jouait à être Dieu (The Man who played God) de John G. Adolfi
  • 1932 : Jenny Lind de Arthur Robison : (Paul Brandt)
  • 1932 : Love is a racket de William A. Wellman : (Max Boncour)
  • 1932 : La Poule de René Guissart : (Frédéric Chapuis)
  • 1932 : Une faible femme de Max de Vaucorbeil : (Henri Fournier)
  • 1933 : Matricule 33 de Karl Anton : (André cartaud / François Villard)
  • 1933 : Il était une fois de Léonce Perret  : (Patrick)
  • 1934 : Le Monde où l'on s'ennuie de Jean de Marguenat : (Roger de Cérau)
  • 1934 : Le Rosaire de Gaston Ravel et Tony Lekain : (Gérard Delaval)
  • 1934 : Jeanne de Victor Tourjansky : (André Savignolli)
  • 1935 : Bourrachon de René Guissart
  • 1935 : Samson de Maurice Tourneur : (Jérôme "Jessie" Le Govain)
  • 1936 : Les Amants terribles de Marc Allégret : (Daniel Fournier)
  • 1936 : À nous deux, madame la vie de Yves Mirande et René Guissart : (Jean)
  • 1937 : L'Escadrille de la chance de Max de Vaucorbeil : (Harry)
  • 1937 : La Dame de pique de Fedor Ozep : (Iretski)
  • 1937 : Êtes-vous jalouse ? de Henri Chomette : (Lucien Moreuil)
  • 1937 : Alexis, gentleman chauffeur de Max de Vaucorbeil + Scénariste et dialoguiste : (Alexis de Saint-Grisol)
  • 1938 : La Vie des artistes de Bernard-Roland
  • 1938 : L'Avion de minuit de Dimitri Kirsanoff
  • 1939 : Tempête de Bernard Deschamps : (Pierre Desmarets)
  • 1939 : Battement de cœur de Henri Decoin : (Le comte d'Argay, l'ambassadeur)
  • 1939 : Jeunes filles en détresse de Georg Wilhelm Pabst : (Maître Jacques Presles)
  • 1940 : Le Collier de chanvre de Léon Mathot : (Gethryn)
  • 1941 : Boléro de Jean Boyer : (Rémi)
  • 1941 : Le Mariage de Chiffon de Claude Autant-Lara : (Le duc d'Aubières)
  • 1941 : Le Dernier des six de Georges Lacombe : (Santerre)
  • 1942 : Mademoiselle Béatrice de Max de Vaucorbeil : (Hubert de Sainte-Croix)
  • 1942 : L'Inévitable Monsieur Dubois de Pierre Billon : (Claude Orly)
  • 1942 : Signé illisible de Christian Chamborant : (Carlier)
  • 1942 : L'Honorable Catherine de Marcel L'Herbier : (Pierre Morland)
  • 1942 : La Femme que j'ai le plus aimée de Robert Vernay : (L'avocat)
  • 1943 : L'Homme qui vendit son âme de Jean-Paul Paulin : (Martial)
  • 1943 : Arlette et l'amour de Robert Vernay : (Le comte Raoul de Tremblay-Matour)
  • 1944 : Mademoiselle X de Pierre Billon : (Dominique Sigard)
  • 1944 : Farandole de André Zwobada : (Le banquier)
  • 1944 : Florence est folle de Georges Lacombe : (Jérôme Benoîst)
  • 1945 : Au petit bonheur de Marcel L'Herbier : (Alain Plessis)
  • 1946 : Six heures à perdre de Alex Joffé : (Le voyageur et le président Léopold de Witt)
  • 1947 : Une jeune fille savait de Maurice Lehmann : (Bernard Levaison)
  • 1947 : L'aventure commence demain de Richard Pottier : (M. Bentley et Maxime Delcroix)
  • 1948 : Bonheur en location de Jean Wall : (Gérard de Saint-Aignan)
  • 1948 : Tous les deux de Louis Cuny : (Jean Defert)
  • 1949 : La Patronne de Robert Dhéry
  • 1951 : Nous irons à Monte-Carlo de Jean Boyer : (M. Chatenay-Maillard)
  • 1951 : We go to Monte-Carlo/Monte Carlo baby - Version anglaise du film précédent -
  • 1953 : Le Père de Mademoiselle de Marcel L'Herbier et Robert-Paul Dagan : (M. Marinier)
  • 1953 : Les Amoureux de Marianne de Jean Stelli : (M. Duboutois)
  • 1954 : Madame du Barry de Christian-Jaque : (Le roi Louis XV)
  • 1954 : Les Deux Orphelines - (Le due orfanelle) de Giacomo Gentilomo : (Le comte de Lignières)
  • 1955 : Les Carnets du major Thompson de Preston Sturges : (M. Fusilklard)
  • 1956 : Lorsque l'enfant paraît de Michel Boisrond : (Charles Fouquet)
  • 1956 : C'est arrivé à Aden de Michel Boisrond : (Le Gouverneur)
  • 1957 : Mimi Pinson de Robert Darène : (M. Stevenson)
  • 1957 : Méfiez-vous fillettes de Yves Allégret : (Spade)
  • 1957 : Une Parisienne de Michel Boisrond : (Alcide laurier)
  • 1958 : Faibles femmes de Michel Boisrond : (M. Ferral, le père de Julien)
  • 1958 : Sacrée jeunesse de André Berthomieu : (Thomas Longué)
  • 1958 : Les Racines du ciel - (The roots of heaven) de John Huston : (Le gouverneur)
  • 1959 : Suspense au deuxième bureau de Christian de Saint Maurice : (Le chef du Deuxième Bureau)
  • 1960 : Comment qu'elle est de Bernard Borderie
  • 1960 : Callaghan remet ça de Willy Rozier
  • 1961 : Paris Blues de Martin Ritt : (René Bernard)
  • 1962 : Le Grand Duc et l'Héritière - (Love is a ball) de David Swift : (Maurice Zoltan)
  • 1963 : Une ravissante idiote de Édouard Molinaro : (Sir Réginald Dumfrey)
  • 1964 : Un monsieur de compagnie de Philippe de Broca : (Le grand-père)
  • 1964 : Comment épouser un premier ministre de Michel Boisrond : (Le premier ministre)
  • 1964 : L'Enfer de Henri-Georges Clouzot - resté inachevé - (Duhamel)
  • 1965 : La Seconde Vérité de Christian-Jaque
  • 1965 : Pleins Feux sur Stanislas de Jean-Charles Dudrumet : (Le colonel de Sailly)
  • 1968 : La Prisonnière de Henri-Georges Clouzot - ""simple apparition en invité au vernissage qui dit "C'est simple, mais ça existe"
  • 1969 : La Maison de campagne de Jean Girault : (Le baron de Bocquigny)

Théâtre

Avant la Comédie-Française
  • 1919 : Souris d'hôtel de Marcel Gerbidon, Théâtre Femina
  • 1920 : Une faible femme de Jacques Deval, Théâtre Femina
  • 1921 : La Tendresse d'Henry Bataille, Théâtre du Vaudeville
  • 1922 : La Belle Angevine de Maurice Donnay et André Rivoire, Théâtre des Variétés
  • 1922 : L'Homme du soir de Rip, Théâtre des Capucines
  • 1922 : Simone est comme ça d'Yves Mirande et Alexis Madis, Théâtre des Capucines
  • 1923 : Les Vignes du seigneur de Robert de Flers et Francis de Croisset, Théâtre du Gymnase
  • 1923 : Madame, opérette d'Albert Willemetz, musique Henri Christiné, Théâtre Daunou
  • 1924 : Si je voulais... de Paul Géraldy et Robert Spitzer, Théâtre du Gymnase
Carrière à la Comédie-Française - Entrée à la Comédie-Française en 1925 - Sociétaire de 1927 à 1932 - 373e sociétaire
  • 1925 : La Nuit des amants de Maurice Rostand, Comédie-Française
  • 1925 : Robert et Marianne de Paul Géraldy, Comédie-Française
  • 1926 : Le Cœur partagé de Lucien Besnard, Comédie-Française
  • 1928 : Le Métier d'amant d'Edmond Sée, Comédie-Française
Après la Comédie-Française
  • 1929 : L'Ennemie d'André-Paul Antoine, mise en scène René Rocher, Théâtre Antoine
  • 1932 : Trois et une de Denys Amiel, mise en scène Jacques Baumer, Théâtre Saint-Georges
  • 1934 : L'École des contribuables de Louis Verneuil et Georges Berr, Théâtre Marigny
  • 1934 : Les Amants terribles de Noël Coward, mise en scène Jean Wall, Théâtre Michel
  • 1935 : Quand jouons-nous la comédie ? de Sacha Guitry, Théâtre de Paris, avec Suzy Prim
  • 1936 : Trois...Six...Neuf... de Michel Duran, mise en scène Jean Wall, Théâtre Michel
  • 1936 : Le Pélican ou Une étrange famille de Francis de Croisset d'après Somerset Maugham, Théâtre des Ambassadeurs
  • 1939 : Entre nous revue de Rip, Théâtre des Nouveautés
  • 1939 : Histoire de rire d'Armand Salacrou, Théâtre de la Madeleine
  • 1941 : Échec à Don Juan de Claude-André Puget, mise en scène Alice Cocea, Théâtre des Ambassadeurs
  • 1945 : La Patronne d'André Luguet, Théâtre des Nouveautés
  • 1947 : La Patronne d'André Luguet, Théâtre des Célestins
  • 1948 : Les Mains sales de Jean-Paul Sartre, mise en scène Pierre Valde, Théâtre Antoine
  • 1949 : Les Mains sales de Jean-Paul Sartre, mise en scène Pierre Valde, Théâtre des Célestins
  • 1950 : Les Œufs de l'autruche d’André Roussin, mise en scène Pierre Fresnay, Théâtre des Célestins
  • 1950 : La mariée est trop belle de Michel Duran, mise en scène Michel Duran, Théâtre Saint-Georges
  • 1951 : La Seconde de Colette, mise en scène Jean Wall, Théâtre de la Madeleine
  • 1951 : Lorsque l'enfant paraît d’André Roussin, mise en scène Louis Ducreux, Théâtre de l’île de France, Théâtre des Nouveautés
  • 1954 : L'homme qui était venu pour diner de George Kaufman & Moss. Hart, mise en scène Fernand Ledoux, Théâtre Antoine
  • 1954 : La Main passe de Georges Feydeau, mise en scène Jean Meyer, Théâtre Antoine
  • 1955 : Affaire vous concernant de Jean-Pierre Conty, mise en scène Pierre Valde, Théâtre des Célestins
  • 1956 : Le Miroir d'Armand Salacrou, mise en scène Henri Rollan, Théâtre des Ambassadeurs
  • 1957 : L'École des cocottes de Paul Armont et Marcel Gerbidon, mise en scène Jacques Charon, Théâtre des Célestins
  • 1959 : Mon père avait raison de Sacha Guitry, mise en scène André Roussin, Théâtre de la Madeleine
  • 1959 : La Collection Dressen de Harry Kurnitz, adaptation Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène Jean Wall, Théâtre de la Madeleine
  • 1960 : Mon père avait raison de Sacha Guitry, mise en scène André Roussin, Théâtre des Célestins
  • 1961 : La Saint-Honoré de Robert Nahmias, mise en scène Guy Lauzin, Théâtre des Nouveautés
  • 1962 : Mic-mac de Jean Meyer, mise en scène de l'auteur, Théâtre du Palais-Royal, Théâtre Daunou
  • 1964 : Comment réussir dans les affaires sans vraiment se fatiguer de Frank Loesser et Abe Burrows, mise en scène Pierre Mondy, Théâtre de Paris
  • 1965 : Lorsque l'enfant paraît d'André Roussin, mise en scène de l'auteur, Théâtre des Célestins
  • 1967 : Lorsque l'enfant paraît d'André Roussin, mise en scène de l'auteur, Théâtre Saint-Georges
  • 1970 : On ne sait jamais d'André Roussin, mise en scène de l'auteur, Théâtre des Célestins

Télévision

  • 1967 : Le Jeu de l'amour et du hasard de Marivaux, réalisation Marcel Bluwal
  • 1967 : Au théâtre ce soir : Lorsque l'enfant paraît d'André Roussin, mise en scène de l'auteur, réalisation Pierre Sabbagh, Théâtre Marigny
  • 1968 : Cinq jours d'automne de Pierre Badel
  • 1970 : Le Lys dans la vallée de Marcel Cravenne
  • 1970 : Ne vous fâchez pas Imogène de Lazare Iglesis
  • 1971 : Au théâtre ce soir : La Collection Dressen de Harry Kurnitz, adaptation Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène Jacques-Henry Duval, réalisation Pierre Sabbagh, Théâtre Marigny
  • 1972 : Les Rois maudits, feuilleton télévisé de Claude Barma​
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article