Mémoires de Guerre

Mémoires de Guerre

La Presse en a parlé... Le regard de la presse et de la littérature sur le conflit le plus important du 20ème siècle la Seconde Guerre Mondiale


Maquis du Limousin

Publié par Roger Cousin sur 1 Juin 1941, 07:50am

Catégories : #Organisations de Résistances

Dechelette EugeneLe maquis du Limousin était l'un des plus grands et actifs maquis résistant de France pendant la Seconde Guerre mondiale. Suite à de récents actes de sabotage, une inspection détaillée de toutes les personnes de sexe masculin était nécessaire. Elles ont été faites sur le marché, où la première inspection est celle des papiers personnels des hommes afin de faire un dépistage immédiat. »

Cette région a été profondément marquée par les 99 pendus de Tulle le 9 juin 1944 et le massacre d'Oradour-sur-Glane le 10 juin 1944 suite au débarquement en Normandie et au passage de la division SS Das Reich en Corrèze et en Haute-Vienne. De même, ce maquis a été troublé par les antagonismes constants entre les maquis Armée secrète (AS) et Francs-tireurs et partisans (FTP) quant aux modes d'actions (notamment à Tulle et à Guéret), à la répartition des pouvoirs locaux à la Libération en août 1944 ainsi qu'à l'ampleur de l'épuration. Dirigé pour les Mouvements unis de la Résistance par Gontran Royer, les responsables les plus connus du maquis Limousin furent :

  • Maurice Rousselier Colonel Rivier Commandant des Forces françaises de l'intérieur pour la R5 en 1944
  • Eugène Déchelette, alias Ellipse ou Chasseigne Délégué militaire régional (R5)(administrateur de société, compagnon de la Libération)
  • Roger Cerclier,
  • Jacques Chapou
  • Albert Fossey-François,
  • Marius Guedin
  • Georges Guingouin, compagnon de la Libération
  • Louis Lemoigne,
  • Roger Lescure,
  • André Malraux,
  • Edmond Michelet,
  • René Vaujour
  • Martial Brigouleix,
  • André Delon,
  • Raymond Farro,
  • Jacques Renouvin,
  • Pierre Souletie
  • Georges Simandoux


La figure dominante de la Résistance limousine et plus particulièrement de la Haute-Vienne, est Georges Guingouin, qui fut révoqué de sa fonction d'instituteur en septembre 1940, du fait de son engagement communiste, choisit de se cacher près de Vicq sur Breuilh (Vergnas). En 1941 à Brive et à Tulle, ce sont Edmond Michelet et Martial Brigouleix qui rassemblent les premiers résistants, donnant naissance aux premiers groupes de résistance gaulliste, les réseaux Combat et Libération qui furent plus tard à l'origine de l'Armée Secrète également appelée l'AS. Jusqu'en 1942, les actions étaient exclusivement les distributions de tracts. Début 1942 l'idée de Résistance commença à prendre des formes concrètes en Corrèze avec les premiers actes de sabotage. Toujours début 1942, se constituèrent les Francs Tireurs et Partisans Français (FTPF mais appelé plus fréquemment FTP). Durant l'été 1942, se montèrent les premiers camps de résistance, appelés maquis à :

  • La Tourette (Faïta) sur la commune d'Ussel créé par les FTP
  • Dans les gorges du Chavanon à l'est d'Ussel créé par l'AS .


En Corrèze, le premier acte de sabotage fut le dynamitage de la centrale électrique de l'usine Montupet à Ussel, les 19-20 juin 1942. Cette fonderie appartenait au groupe Gnome et Rhone dont le directeur général, le plus important fabricant français de moteurs d'avions, s'était déclaré prêt en août 1940 à coopérer avec les Allemands. Cet évènement eu un effet considérable car il visait la production militaire. La visite du chef de l'État de Vichy, le maréchal Pétain, les 7 et 8 juillet 1942 à Ussel, Tulle et Brive fut ressentie comme une provocation par la majeure partie de la population : Le maire socialiste d'Ussel, monsieur Var salua le chef de l'État en s'exclamant : Ici, on vous aime, Monsieur le Maréchal, et cela depuis longtemps déjà!

Dans la seconde moitié de 1942, à Tulle, une section armée de l'Armée Secrète se constitua sous la direction de Martial Brigouleix. Ils se donnèrent comme principale mission de préparer des terrains de parachutage d'armes; l'organisation responsable des parachutage s'appelait le COPA (Comité d'Organisation des Parachutages et Atterrissages). Le 11 novembre 1942, jour de l'Armistice de 1918, les Allemands envahirent la Zone Libre; ils furent accueillis à Brive par La Marseillaise. Après l'opération Anton, ayant pour conséquence la démobilisation de l'armée française d'armistice, l'introduction du STO et la réquisition des produits agricoles, les Limousins confortèrent chacun à leur façon la Résistance.

La consigne rien pour les boches se répandit. Le fourrage, le foin, les presses à foin, les batteuses etc... étaient mis hors d'usage. Régulièrement les transports de bovins étaient attaqués où attaqués au profit de l'approvisionnement du Maquis. Le premier résistant limousin arrêté fut Monsieur Henri Bergeal, originaire de Tulle, le 24 décembre 1942 par les douaniers allemands à la frontière espagnole. Il voulait rejoindre l'Afrique du Nord en tant que pilote. Il fut déporté à Oranienburg Sachsenhausen. Dans une action contre les terroristes en France, de nombreux prisonniers ont été faits. Parmi eux se trouvent de nombreuses natures criminelles, les meurtres, les vols, les attentats dans les trains, etc qu'ils ont sur leur conscience. Ils sont gardés par des membres de la milice française, qui lutte au coude à coude avec les soldats allemands contre le bolchevisme. »

1943 : La mise en place en février 1943 du STO pour les jeunes nés entre 1920 et 1922 fut un facteur décisif pour le développement des maquis. Les réfractaires, c'est à dire ceux qui refusaient d'aller travailler en Allemagne, furent accueillis par la Résistance. Le nombre de personnes prenant le maquis fut extrêmement important. Il fallut l'organiser. Dirigé depuis la région de Brive-la-Gaillarde puis de Limoges, ce maquis se scindait en plusieurs secteurs principaux :

  • maquis AS de Basse-Corrèze (Brive), Moyenne-Corrèze (Tulle) et Haute-Corrèze (Neuvic-Ussel)
  • maquis FTP entre Corrèze et Dordogne
  • maquis AS Creusois (Guéret)
  • maquis FTP Limousin (Saint-Gilles-les-Forêts)


Il convient également de noter l'activité considérable déployée par les corps-francs en Basse-Corrèze et les agents de renseignement sur l'ensemble de la région, notamment par René Jugie-Gao ou André Girard pour le compte du réseau Alliance dont l'abbé Lair fut à Tulle l'une des plus belles et courageuses figures.

À la mi-juillet, les troupes de Georges Guingouin, furent particulièrement actives. En août 1943, les opérations de répression du SD se multiplièrent. En réponse, les groupes de résistance s'en prirent de plus en plus aux collaborateurs. En septembre, à Tulle, les ouvriers de l'usine de la Marque, de la Manufacture d'Armes de Tulle, suivis des autres usines et ateliers, arrêtèrent le travail, réclamant une augmentation de salaire de 30%. Le 11 novembre 1943, les 42 membres du camp de l'Armée Secrète de La Besse défilèrent ouvertement à Sainte Féréole. 4 jours plus tard, vendus par un collabo, leur camp était encerclé par les troupes allemandes. 18 maquisards furent tués et 8 déportés. les 16 autres réussirent à se sauver.

En automne 1943, le chef FTP Georges Logothétis rencontra le major britannique du SOE en Corrèze Harry Peulevé. Laval envoya 4 000 GMR supplémentaires pour aider les troupes et policiers allemands à ratisser la région. Certains terroristes s'attaquent aux groupes allemands en retraite. Ils sont capturés, ligotés, séparés et nous attendons à présent que soit déterminé leur sort. Souvent, on trouve sur eux de la propagande haineuse communiste pour séduire les adolescents. » Les Maquisards Limousins se sont opposés à l'occupant comme partout ailleurs en France. Toutefois certains faits d'armes, en particulier en 1944, ont marqué la population locale et nationale :

  • 19-20 juin 1942 : dynamitage de la centrale électrique de l'usine Montupet à Ussel.
  • 13 mars 1943 : destruction du Viaduc de Bussy-Varache
  • 10 juillet 1943 : Destruction d'une locomotive à Peyrat le Château
  • 12 juillet 1943 : Destruction du canal d'amenée d'eau à la centrale électrique d'Eymoutiers
  • 12 juillet 1943 : Coupure de la ligne téléphonique souterraine Bordeaux-Berlin
  • 13 juillet 1943 : Attaque de la gendarmerie de Saint Léonard de Noblat, qui demande l'aide de la Milice française de Limoges.
  • 14 juillet 1943 : Coupure de la ligne des tramways entre Châteauneuf la Forêt et Linards
  • 26 mars au 19 avril 1944 : Attaques contre la division de répression du général Walter Brehmer.
  • 7 juin 1944 : Bataille de Tulle
  • 7 juin 1944 : Première libération de Guéret reprise par les Allemands le 9 aout.
  • 7 juin 1944 : Embuscade du Chavanon
  • 8 au 11 juin 1944 : Attaques contre la division SS Das Reich, qui en représailles massacre la population à Tulle et Oradour-sur-Glane.
  • 14 juin 1944 : Le barrage de Marèges est libéré.
  • 18 au 24 juillet 1944 : Bataille du Mont Gargan.
  • 7 juin au 24 aout 1944 : Attaques contre la colonne de répression du général Kurt Von Jesser.
  • 12 au 17 aout : Siège d'Egletons levé par l'arrivée de la colonne Jesser
  • 15 août 1944 : Libération de Brive-la-Gaillarde.
  • 17 aout 1944 : Libération d'Ussel, occupée en fin de journée par la colonne Jesser.
  • 21 août 1944 : Libération de Limoges par les maquisards du colonel Georges Guingouin
  • 22 août 1944 : Le département de la Corrèze est totalement libéré.
  • 25 aout 1944 : Libération définitive de Guéret
Commenter cet article

Articles récents

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog