Orchestre Rouge

Publié le par Roger Cousin

L’Orchestre rouge (die Rote Kapelle') est le nom d'un réseau d'informateurs en Europe occupée pendant la Seconde Guerre mondiale, qui opérait sous contrôle et pour l'URSS. 

léopold Trepper - Arvid et Mildred Harnackléopold Trepper - Arvid et Mildred Harnack

léopold Trepper - Arvid et Mildred Harnack

Le réseau fut créé par Léopold Trepper à la demande du général Berzine, responsable des renseignements de l'Armée rouge. L'idée de Trepper est de créer des sociétés commerciales qui serviront à la fois de couverture et de source de financement du réseau. À la tête de ces sociétés, Trepper (qui se fera aussi appeler Adam Milker), place des hommes de confiance qu'il recrute dans les mouvements de résistance, Français, Belges, Néerlandais et Allemands. Tous les membres de ce réseau, communistes ou non, agissent avant tout par conviction anti-nazie. Les buts premiers de cette organisation étaient de recueillir des renseignements sur la capacité de production du complexe militaro industriel allemand et d'autres informations importantes permettant de détecter les préparatifs de guerre de l'ennemi. À l'actif de ce réseau, il y a notamment l'annonce de l'opération Barbarossa (le plan d'invasion de l'URSS), et les plans du char allemand T6 Tigre.

Les services de contre-espionnage allemand ont pris connaissance du réseau lorsqu'ils ont intercepté des messages radio en provenance des services secrets soviétiques du NKVD en juin 1941. Dans l'argot des services secrets allemands, le patron d'un réseau est un « chef d'orchestre » : il coordonne et dirige le jeu des « pianistes » (les opérateurs radios) et de leurs « boîtes à musique » (les émetteurs). Les Allemands ont naturellement surnommé ce réseau die Rote Kapelle (« l'orchestre rouge »). Cette organisation était dirigée par Leopold Trepper, un Juif polonais travaillant pour le GRU soviétique. Sous la couverture de sociétés commerciales, il a organisé un réseau d’une très grande efficacité. Le réseau collectait des renseignements en provenance d'Allemagne, de France, de Belgique, des Pays-Bas, de Suisse et des pays scandinaves. Ses activités ont mené à la création d'un groupe de travail dédié à sa destruction, le Sonderkommando Rote Kapelle (Groupe spécial Orchestre rouge).

Une première société est rapidement créée à Bruxelles qui prospère en ouvrant des filiales dans les pays scandinaves et qui établit des relations commerciales avec la France et les Pays-Bas: Le « Foreign excellent Trench-coat ». Une autre société sera créée à Paris : « Simex » et une succursale du même nom à Marseille. La partie berlinoise du réseau était composée de différents groupes d'amis, dirigés par Harro Schulze-Boysen, officier de renseignements pour le ministère allemand de l'Air, et par Arvid Harnack, posté au ministère économique allemand. Les membres incluaient, entre autres, Alexander Erdberg, Adam Kuckhoff (un producteur de théâtre), sa femme Grete Kuckhoff (qui travaillait pour le département de la politique raciale mené par Alfred Rosenberg), Horst Heilmann (spécialiste du chiffre pour la division des communications de la Wehrmacht), Günther Weisenborn (auteur allemand), Herbert Gollnow (affecté au service de contre-espionnage allemand), Johann Graudens (mécanicien pour avions affecté à des bases militaires de la Luftwaffe), Hans Coppi (un communiste)...

L'organisation fournissait à l’Union soviétique des informations stratégiques, politiques et économiques collectées au plus haut niveau (plans des offensives de la Wehrmacht en Russie, activités des troupes allemandes en territoires occupés, production des usines de chars ou d'avions, situation politique interne en Allemagne, Italie et pays occupés ... Le 14 juillet 1942, la station d'écoute allemande intercepte un message codé provenant de Moscou qui avait maladroitement divulgué les noms et adresses de certains agents. L'Abwehr, par triangulation radio, est parvenu à localiser un émetteur à Bruxelles, Belgique. La chasse aux agents de l'Orchestre rouge avait commencé, dirigée par le service spécial de contre-espionnage allemand, le Sonderkommando Rote Kapelle. Utilisant les informations recueillies lors des arrestations, les Allemands démantèlent le réseau berlinois. Schulze-Boysen sont arrêtés le 30 août 1942, ainsi que sa femme Libertas et Harnack et sa femme en septembre de la même année. Peu après, plusieurs agents ont craqué sous la torture et les Allemands ont mis fin aux activités du réseau.

À la fin du printemps 1943, 150 personnes, dont beaucoup étaient étrangères à l'organisation, furent incarcérées et des familles entières d'innocents arrêtées. Léopold Trepper donnera une liste non exhaustive des membres de l'Orchestre Rouge qui ont été arrêtés, déportés ou condamnés à mort par les nazis dont 27 sont passés par la prison de Breendonk, 24 ont été fusillés, 3 se sont suicidés, 5 ont disparu, 10 sont morts en déportation, 48 arrêtés en France et en Belgique sont morts pendant la guerre, 29 arrêtés ont survécu dont Jules Jaspar arrêté par la Gestapo à Marseille le 30 novembre 1942 après avoir été dénoncé, et qui fut transféré à la prison de Fresnes puis déporté Nacht und Nebel à Mauthausen. Son épouse Claire Legrand fut également arrêtée et déportée à Auschwitz où elle sera victime des chambres à gaz. Léo Grossvogel, un des principaux collaborateurs de Léopold Trepper, sera arrêté par la Gestapo le 16 décembre 1942 à Bruxelles et condamné à mort par les nazis en mai 1944. D'autres agents de l'Orchestre rouge ont été exécutés à la prison de Plotzensee.

La socialiste belge Suzanne Spaak qui avait pris part au réseau parisien de l'Orchestre rouge sera également arrêtée par la Gestapo et détenue à la prison de Fresnes. Elle a été abattue par les nazis 13 jours avant la libération de Paris en 1944. Quant à Trepper, il a été également capturé en France le 24 novembre 1942 et décide de devenir agent double (et même triple). Il collabore au « Grand Jeu » initié par les Allemands, une vaste entreprise d'intoxication destinée à tromper les renseignements soviétiques, mais en vérité il agit pour informer Moscou des intentions réelles des services secrets allemands. Il est parvenu ensuite à s'évader et a pris le maquis en France. Il a travaillé dans ce pays jusqu'à la Libération. De retour à Moscou en janvier 1945 et malgré ses états de service, il est emprisonné sur ordre de Staline et n'a été libéré et réhabilité qu'en 1954 après la mort de Staline. Il choisira l'émigration en Israël et s'installera ensuite à Copenhague, au Danemark. En 1975, il publie ses mémoires : Trepper - Le Grand Jeu - Mémoires du chef de l'Orchestre rouge. Le réseau lui-même continuera ses activités jusqu'au début de la guerre froide en espionnant les pays d'Europe occidentale au profit de l'URSS. La DST française entre autres luttera contre lui.

Membres de l'Orchestre rouge

  • David Kamy († 30. avril 1943 in Breendonk)
  • Sophie Poznanska
  • Rita Arnould
  • Mikhail Makarov
  • Isidore Springer
  • Johann Wenzel
  • Hermann Izbutski
  • Sarah Goldberg
  • Georgie de Winter
  • Vera Ackermann
  • Hersch Sokol (1908–1943)
  • Mira Sokol (?–1943)
  • Fernand Pauriol
  • Suzanne Spaak
  • Léo Grossvogel
  • Jeanne Pesant (épouse de Léo Grossvogel)
  • Jules Jaspar (1878-1963) Déporté Nacht und Nebel à Mauthausen
  • Claire Legrand (épouse de Jules Jaspar) Déportée et décédée à Auschwitz
  • Alfred Corbin
  • Hillel Katz (2. Dezember 1905 in Tschensin)
  • Liane Berkowitz (1923-1943)
  • Cato Bontjes van Beek (1920-1943)
  • Erika von Brockdorff (1911-1943)
  • Eva-Maria Buch (1921-1943)
  • Hans Coppi (1916-1942)
  • Hilde Coppi née Rake (1909-1943)
  • Wilhelm Guddorf (1902-1943)
  • Adolf Grimme (1889-1963)
  • Arvid Harnack (1901-1942)
  • Mildred Harnack née Fish (1902-1943)
  • Walter Husemann (1909-1943)
  • Werner Krauss (1900-1976)
  • Walter Küchenmeister (1897-1943)
  • Adam Kuckhoff (1887-1942)
  • Greta Kuckhoff (1902-1981)
  • Willy Lehmann (1884-1942)
  • Beppo Römer (Josef Römer, 1892-1944)
  • Helmut Roloff (1912-2001)
  • Heinrich Scheel
  • Rudolf von Scheliha (1897-1942)
  • Harro Schulze-Boysen (1909-1942)
  • Libertas Schulze-Boysen née Haas-Heye (1913-1942)
  • Elisabeth Schumacher (1904-1942)
  • Maria Terwiel (1910-1943)
  • Leopold Trepper (1904-1982)
  • Rainer Küchenmeister (1926-vit aujourd'hui à Paris)
  • Konstantin Yefremov (15. Mai 1914 in Sawotzki/Ukraine) (a trahi Trepper lors de son arrestation par la Gestapo car le Grand Chef était juif)
  • Anatoli Gourévitch (Kent)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article