Pierre Mauroy sera inhumé à Lille

Publié le par Boursier.com

Boursier.compublié le 08/06/2013 à 01h11

L'ancien Premier Ministre français, Pierre Mauroy, qui était hospitalisé depuis le début de la semaine à l'hôpital Percy de Clamart, est décédé à l'âge de 84 ans d'un cancer du poumon. Laurent Fabius, le numéro 2 du Gouvernement, a annoncé la nouvelle depuis le Japon où il accompagne François Hollande en visite officielle. "C'est tout un pilier du socialisme démocratique qui s'en va" a déclaré le Ministre des Affaires étrangères depuis Tokyo.

L'ancien premier ministre Pierre Mauroy
Cheville ouvrière du socialisme moderne


Maire de Lille pendant près de 30 ans, Pierre Mauroy fut le 1er Premier Ministre de François Mitterrand, en 1981. Successivement, il dirigea trois gouvernements d'union de la gauche au début du septennat de François Mitterrand, de 1981 à 1984, avant de céder sa place à Laurent Fabius. Grande figure du parti socialiste et des combats de gauche de ces 50 dernières années, Pierre Mauroy fut la cheville besogneuse de François Mitterrand, lui apportant avec un soutien indéfectible de la première heure celui de la classe ouvrière du Nord alors dans la mouvance des idées chrétiennes démocrates. Après le retrait de Guy Mollet de la SFIO, Pierre Mauroy fut parmi les cinq proches de François Mitterrand, qui permirent de transformer la vieille SFIO et de jeter les fondations de ce qui allait devenir le Parti socialiste lors du congrès d'Epinay en 1971. Dès lors, la route de ce militant, engagé très tôt en politique, fut tracée...

L'homme des réformes

Sa destinée fut celle de l'incontestable numéro 2 de François Mitterrand. Très naturellement, lors de l'avènement de la gauche en 1981, Pierre Mauroy fut choisi pour Matignon. Parfaitement roué aux fonctionnements technocratiques et administratifs de l'appareil politique, Pierre Mauroy fut, lors de cette première alternance de gauche de la Ve République, l'homme des consensus sans renoncement d'idées. Dans une France se devant alors de rompre avec une inflation galopante à deux chiffres, il marqua de son empreinte plusieurs grandes réformes politiques, économiques et sociales telles : les nationalisations, la retraite à 60 ans, la cinquième semaine de congés payés, l'abolition de la peine de mort... La réforme de l'école privée menée par Alain Savary et les grandes manifestations de l'époque auront raison de ses fonctions ministérielles. Egalement Maire de Lille pendant 28 ans, de 1973 à 2001, il se choisit pour successeur Martine Aubry, fille de son ami Jacques Delors. Lors des primaires du Parti socialiste pour la présidentielle de 2012, il apporta d'ailleurs son soutien à Martine Aubry, malgré ses relations privilégiées avec François Hollande...

Concert d'hommages...

La classe politique s'accorde à saluer un homme de tact, soucieux des autres, à l'humanisme chevillé au corps. Fidèle aux idées socialistes malgré quelques divergences fondamentales avec certains éléphants du parti, Pierre Mauroy était un moderniste qui "voyait loin et qui sentait le monde", dit Jacques Delors.

Depuis le Japon, François Hollande salue "un homme qui a servi la France a des moments exceptionnels". Le Chef de l'Etat ajoute : "Il fut le premier Chef de Gouvernement de l'alternance de gauche quand elle faisait l'apprentissage du pouvoir sous la Ve République. Il prit des mesures courageuses qu'on a appelées la rigueur, il a servi son pays sans jamais occulter ces valeurs fondamentales". François Hollande dit encore "Pierre Mauroy était socialiste, il voulait que la justice sociale puisse inspirer tous ses actes. Pierre Mauroy ne trompait pas, il ne mentait pas, il allait jusqu'au bout de ses convictions en prenant la réalité telle qu'elle était. C'était un homme de fidélité, fidélité à ses origines ouvrières, à sa région, à une cause, le socialisme, et à l'unité de la gauche". Le Chef de l'Etat conclut "Pierre Mauroy était aussi un humaniste, il aimait les choses simples mais il était aussi exigeant. Il considérait que le peuple devait avoir accès à tous les biens, à tout ce qui fait le sel de la vie. Sa formule était qu'il fallait mettre du bleu dans le ciel. Aujourd'hui il est avec le bleu".

"C'était un homme que tout le monde aimait. C'est tout un pilier du socialisme démocratique qui s'en va. Il est associé dans l'esprit de chacun à l'aventure de François Mitterrand. Pour moi c'était encore de quelque chose de plus fort, car je lui ai succédé à Matignon après avoir été son Ministre. Je revois toute cette période et je suis triste comme beaucoup de Français, car quelles que soient les opinions des uns et des autres, les gens l'aimaient car il était extrêmement humain. Il adorait sa région du Nord-Pas-de-Calais. C'était un bon vivant, un vrai humaniste", a déclaré Laurent Fabius.

Bernard Kouchner, ancien Ministre des Affaires étrangères, salue "le souvenir d'un homme très humain, un homme qui écoutait les autres et n'avait pas le sectarisme ancré au point de ne pas écouter des idées différentes". Bernard Kouchner évoque un Pierre Mauroy "très simple", "un homme avec qui il était facile de s'entretenir, et très proche des Français". Pierre Mauroy incarne "une représentation familière du socialisme", "un homme sachant faire une politique de gauche sans être acerbe".

Bruno Leroux, Président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, rappelle "le caractère réformiste" d'un Pierre Mauroy qui ne s'était jamais réellement retiré de la vie politique nationale, se ménageant bien souvent un rôle de conseiller. ""Pierre Mauroy, c'était une vision sur le passé et le sens des réformes. Ses conseils étaient précieux. (...) Pierre Mauroy était toujours attentif à la réussite de la gauche"".

 Jacques Delors, ancien ministre socialiste de l'Economie et des Finances, salue les qualités "d'un grand Premier Ministre, et un militant toujours en tête dans le mouvement socialiste, dans la grande tradition du socialisme du Nord".

Derniers hommages

La cérémonie officielle d'hommage à l'ancien Premier Ministre sera déroulera mardi aux Invalides. Elle sera présidée par François Hollande. Les honneurs militaires seront rendus à l'ancien chef du Gouvernement. La revue des troupes et l'éloge funêbre se feront en matinée, entre 10h et 10h45. Le cercueil de Pierre Mauroy sera ensuite acheminé en Mairie de Lille pour un dernier hommage de ses administrés. Les obsèques devraient se dérouler, jeudi, à la cathédrale de Lille. Pierre Mauroy sera inhumé au cimetière de l'Est, à Lille.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article