Réseau Gloria

Publié le par Roger Cousin

Picabia Jeannine GabrielleLe réseau Gloria SMH est un réseau de résistance à l'occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce réseau qui fut fondé par Jeannine Gabrielle Picabia (fille du peintre Francis Picabia) qu'elle dirigera avec Jacques Legrand (ingénieur chimiste) et Gilbert Thomazon, comptait également parmi ses membres Alfred Péron, normalien et professeur d'anglais au Lycée Buffon. Ce réseau Gloria SMH (His Majesty Service) dépendait de l’Intelligence britannique, en liaison avec les services du SOE. Il avait pour mission de recueillir des informations militaires, navales sur l'occupant. Il comptait parmi ses membres des intellectuels, des cadres, des artistes, dont un graveur très utile pour les faux papiers.

Infiltré par l'abbé Robert Alesch, le réseau est décimé en août 1942. La plupart de ses cadres, dont Alfred Péron, sont arrétés par les nazis. Samuel Beckett et sa compagne Suzanne Deschevaux-Dumesnil, prévenus par la femme d'Alfred Péron, échappent à l'arrestation et se réfugient en zone libre, chez leur amie écrivain Nathalie Sarraute. Au total, plus de quatre-vingt membres du réseau sont déportés et beaucoup ne reviendront pas de Mauthausen ou Buchenwald. Le chef du réseau Jacques Legrand meurt à Mauthausen, Gilbert Thomazon est gazé à Hartheim et Alfred Péron décédera en Suisse, deux jours après la libération de Mauthausen. Réfugiée en Grande-Bretagne, Jeannine Piccabia est entrée au BCRA.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article