Scotto Vincent

Publié le par Mémoires de Guerre

Vincent Scotto est un compositeur français, né le 21 avril 1874 à Marseille et mort le 15 novembre 1952 à Paris. 

Scotto Vincent
Scotto Vincent

Jeunesse

Vincent Baptiste Scotto, de son nom complet, est le dernier-né de Pasquale Scotto d'Aniello et d'Antonia Intartaglia, originaires de l'île de Procida située au nord du golfe de Naples. Il apprend la guitare à l'âge de sept ans, puis étudie la musique dans une institution religieuse. Après avoir animé les noces et banquets de la région marseillaise en accompagnant les chanteurs à la guitare, il commence une carrière solo à Marseille en 1906.

Carrière

L'une de ses toutes premières compositions est adaptée par Henri Christiné pour devenir un succès du chanteur Polin : La Petite Tonkinoise. Fort de cette réputation, il s'installe à Paris dans le faubourg Saint-Martin. C'est le début d'une production abondante, comme J'ai deux amours, Prosper (Yop la boum), Le Trompette en bois, Marinella (Émile Audiffred et Géo Koger) créées par Tino Rossi, Le Plus Beau Tango du monde créée par Alibert ou Sous les ponts de Paris (Jean Rodor) créée par Georgel. Vincent Scotto est le compositeur de quatre mille chansons, et de soixante opérettes, jouées, produites ou écrites entre autres par Christiné, Léo Lelièvre, Jean Rodor, Géo Koger, Émile Audiffred, René Sarvil interprétées par Alibert (son gendre), Paulette Merval, Marcel Merkès, Joséphine Baker, Jaime Plana, Tino Rossi, Maurice Chevalier, Reda Caire… Nombre de ses chansons ont été des succès internationaux, en Europe et aux États-Unis.

La série de ses « opérettes marseillaises » sur des livrets de René Sarvil et Alibert (notamment Un de la Canebière), a beaucoup fait pour répandre à Paris, sinon dans le monde entier, une certaine image de Marseille et des méridionaux, parfois caricaturale. Sa popularité actuelle est aussi due aux nombreuses musiques qu'il a composées pour le cinéma. On dénombre plus de deux cents films à son actif, dont ceux de son ami Marcel Pagnol. Ce dernier lui confia également le rôle-titre dans Jofroi en 1933. Marcel Pagnol lui écrivit cet hommage : « Mon cher Vincent, quand tu partiras, tu laisseras cent ou deux cents chansons, des sentiments à toi, des idées à toi, qui feront encore du bien à des gens qui ne sont pas nés. »

Scotto meurt à Paris à son domicile au 9, rue du Faubourg-Saint-Martin, à l'âge de 78 ans, un an avant la création de son dernier ouvrage, Les Amants de Venise, au théâtre Mogador. Il repose au cimetière Saint-Pierre de Marseille. Son épouse Marguerite Monier, née en 1879, est morte en 1962. Depuis 1948, un Prix Vincent-Scotto est décerné annuellement par la SACEM pour récompenser la meilleure chanson populaire qui s'est révélée dans l'année. L'un de ses cousins, est Serge Scotto qui adapte en bandes dessinées depuis 2016, les œuvres de Marcel Pagnol

Filmographie

Opérettes et revues

  • 1912 : Suzie, opérette en 3 actes, de Mareil, Toulouse
  • 1920 : L'Amour qui rôde, opérette en 3 actes de Carré et Acremant5 ; Paris, Eldorado, le 2 mai
  • 1922 : Pan-Pan, opérette en 3 actes, de Carré et Acremant ; Paris, Ba-Ta-Clan
  • 1922 : Zozo, opérette, de Bertal-Maubon et Hérault ; Paris, Eldorado
  • 1924 : La Princesse du Moulin Rouge, opérette-revue en 3 actes, d'Émile Codey et André Denis ; Paris, Excelsior-Concert, 1er février
  • 1930 : L'as tu vue nue ? ou Denise garde ta chemise ou La Belle Mexicaine, de Pierre Chambard, création au Théâtre de l’Horloge le 21 novembre.
  • 1932 : Au pays du soleil, opérette-revue d'Henri Alibert ; Paris, Moulin de la Chanson, 22 octobre
  • 1933 : Trois de la Marine, opérette-revue en 16 tableaux, d'Henri Alibert et René Sarvil ; Paris, Théâtre de l'Ambigu, 19 décembre
  • 1934 : Zou ! Le Midi bouge, opérette-revue, d'Alibert et Sarvil ; Paris, Alcazar, 8 novembre (spectacle repris l’année suivante au cinéma sous le titre : Arènes joyeuses)
  • 1935 : Un de la Canebière, opérette, d'Alibert, René Sarvil et Raymond Vincy ; Lyon, Théâtre des Célestins, 1er octobre ; Paris, Variétés, 3 avril 1936
  • 1936 : Les Gangsters du château d'If, opérette, d'Alibert et René Sarvil ; Lyon, Célestins, 10 novembre ; Paris, Théâtre des variétés, 19 janvier 1937
  • 1938 : Le Roi des galéjeurs, opérette, d’Alibert et René Sarvil ; Lyon, Célestins, 16 avril ; Paris, Variétés, 16 septembre
  • 1940 : C'est tout le Midi, revue de Raymond Vincy, Albert Bossy, Marc-Cab, Philippe Loriol, Henri Alibert, Vincent Telly et Henri Dorac, musiques de Scotto et Georges Sellers ; Marseille, Capitole, 6 décembre ; Paris, Théâtre des Variétés, 10 octobre 1941
  • 1945 : Les Gauchos de Marseille, opérette, de René Sarvil ; Lyon, Célestins, 18 mai ; Marseille, Odéon, 16 octobre 1946
  • 1948 : Violettes impériales, opérette à grand spectacle en 2 actes et 17 tableaux, de Paul Achard, René Jeanne et Henri Varna ; inspirée du film d'Henry Roussel de 1932 ; Paris, Théâtre Mogador, 31 janvier
  • 1950 : La Danseuse aux étoiles, opérette, de Henri Varna et Guy des Cars ; inspirée du roman de ce dernier : La Demoiselle d'opéra ; Paris, Mogador, 18 février
  • 1953 : Les Amants de Venise, opérette à grand spectacle, de Henri Varna, Marc-Cab et René Richard ; inspirée des romans de Michel Zévaco ; Paris, Mogador, 4 décembre

Publication

  • Souvenirs de Paris, Toulouse, éditions Stael, 1947 (notice BnF no FRBNF35539605)

Publié dans Musiciens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article