Sipo-SD de Marseille

Publié le par Mémoires de Guerre

Le rayon d'action du K.D.S. de Marseille s'étendit sur les départements des Bouches du Rhône, du Gard, du Vaucluse, du Var, des Hautes et Basses-Alpes et des Alpes Maritîmes. 

Sipo-SD de Marseille

Historique

Dans chaque département furent créées des antennes ; celles dépendant de Marseille furent  : Avignon, Nîmes, Toulon, Draguignan, Gap, Cannes, Digne, Nice. Chaque K.D.S. fut divisé en six ou sept sections, la plus importante, celle, du reste, déclarée criminelle par le tribunal international de Nuremberg, était la Section IV, chargée de la répression. Cette section IV fut elle même divisée en sous-section.

L'activité du SD de Marseille se manifesta dans toutes les régions sous son contrôle par des arrestations massives, suivies de déportations, par les arrestations systématiques d'Israélites, par des tortures, exécutions et incendies volontaires. A noter l'action policière, particulièrement efficace d'Ernst Dunker, alias Delage, auteur du Raport Flora couvrant la période du 14 avril au 17 juillet 1943, date de sa signature, il porte sur une des plus terribles opérations de répression contre la Résistance.

Siège de la Sipo-SD de Marseille dans une villa au 425 rue Paradis

Siège de la Sipo-SD de Marseille dans une villa au 425 rue Paradis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article