Soudy André

Publié le par Roger Cousin

André Soudy (25 février 1892, Beaugency, Loiret - 21 avril 1913, Paris) est un anarchiste français, guillotiné par Anatole Deibler en compagnie de Raymond Callemin dit "Raymond la Science", et de Étienne Monier dit "Symentoff", à Paris, devant la prison de la santé. 

Soudy André

Il participa comme eux à l'odyssée criminelle de la bande à Bonnot. Issu d'une famille très pauvre, le jeune André quitta l'école à l'âge de onze ans pour entrer en apprentissage en boucherie. Décrit comme étant de caractère ombrageux, sournois et révolté, il multiplia dès l'adolescence des actes d'incivilité, les fugues, ainsi que les petits larcins. Ce qui finit par lui valoir de faire un séjour de plus d'un an en prison. "J'suis un Pas-de-chance, j'écope tout le temps!" répète t-il sans cesse. Il en ressortit en 1911, à l'âge de 19 ans, encore plus aigri et révolté que jamais. Sa vie prit un tournant définitif avec la rencontre à Romainville des autres anarchistes de la bande à Bonnot

Par ailleurs tuberculeux et syphilitique, André Soudy alterne les séjours en prison avec les séjours au sanatorium. Il est guillotiné sans avoir jamais tué personne. Soudy a participé aux braquages de Montgeron et Chantilly. Il était placé dans la voiture, armé d'une carabine, chargé de tirer sur quiconque avait l'intention de poursuivre la bande. Il fut arrêté le 30 mars 1912. En compagnie de Raymond Callemin, Étienne Monier, et Eugène Dieudonné, il est condamné à mort le 27 février 1913 par la cour d'assises de la Seine. Il sera le premier à avoir la tête tranchée le 21 avril suivant, à l'âge de 21 ans. Ses derniers mots ont été: "Il fait froid, au revoir !".

Publié dans Banditisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article